Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mai 2016

ILS ONT PARTICIPE A LA SECONDE CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF

Apportant 5 €, 10 €, 50 €, 300 € voire même 1 000€, des dizaines et des dizaines de généreux donateurs se sont manifestés lors de la seconde campagne de financement participatif pour faire aboutir Grandeur Nature Lyon et permettre qu’au printemps prochain les grandes girafes en bronze soient installées au Parc de la Tête d’or, au cœur de Lyon.

Avec maquette en bronze 3.jpg

Photomontage


Toute l’équipe du projet, qui est porté par le fonds de dotation Devenir, leur en est très reconnaissante et les remercie vivement.

Voici une partie des donateurs de cette campagne 2016. S’y ajoutent encore une trentaine de personnes qui n’ont pas souhaité apparaître nommément.

NB : si votre nom manque ici ou si, au contraire, vous souhaitez qu’il soit retiré de cette liste, n’hésitez pas à nous le faire savoir (damiencolcombet@free.fr)

Pierre ALLYNDREE
Florian BAUCHER
Francoise BERGER
Virginie BERNARD
Louis CAPOURCY
Bruno CATALANO
Jacques CHARTIER
Justine CLUSAN
Béatrice COLCOMBET
Benoit COLCOMBET
Christian COLCOMBET
Eric COLCOMBET
Albane de CAHOUËT

Guillemette et Christophe GINDRE
Arnaud et France de LA FOLLYE DE JOUX
Sandrine de MAGNY
Bertrand et Marie-Antoinette de SAINTE-MARIE
Xavier et Marie-Noëlle de VARAX
Dominique de VIARIS
Arnaud de VILLENEUVE BARGEMON
David DELACHE
Isabelle DELATTRE
Magali DION-NOVAK
Michel DURAND
Cécile FARIGOULE
Anne FECK
Alain GLASS
Claude GUILLAUD
Anne HECDOTH
Pierre et Bérengère LAMY
Anne LECLERC
Damien LECONTE
Yann LESACHER
Frédéric MARMION
Isabelle MOUSSALLI
Elisabeth PELLET
Béatrice PIERLOT
Etienne et Stéphanie PIQUET-GAUTHIER
Maurice POMMIER
Chantal PORRAS
Géraldine POULY
Alban RACADOT
Marion RÉROLLE
Cabinet REYJAL & ASSOCIÉS
Chris ROBIN
Gaëlle RUPIN
Dominique SAVEROT
Eric SIBILLE
Olivia TREGAUT

19:17 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

16 mai 2016

RÉALISATION DES GIRAFES GRANDEUR NATURE : C'EST PARTI !

Puisque grâce aux grands mécènes et aux nombreux et généreux donateurs des deux campagnes de financement participatif, nous avons quasiment réuni le budget nécessaire à la réalisation de la girafe et du girafon en bronze grandeur nature, la commande a été passée à la fonderie Barthélémy Art à Crest. Nous sommes confiants sur le bouclage définitif du budget tant le projet suscite d'intérêt.

Livraison prévue pour installation au cœur de Lyon : mi-avril 2017.

Un grand merci à tous ceux qui soutiennent ce projet !

NANE8155.jpg

Pour mémoire, le modèle créé spécialement pour cette opération (photo ci-dessus) a donc été moulé et réalisé en cire, puis numérisé et des corrections ont été apportées sur ordinateur (voir les notes précédentes).

P1010183.JPG

Puis l'impression en cire de l'agrandissement a commencé. La fonderie Barthélémy Art a mis au point un procédé révolutionnaire d'impression de cire qui permet des retouches beaucoup plus faciles que sur le "PLA", sorte d'amidon donnant l'aspect du plastique (ci-dessous). Etant donné la grande taille des girafes, elles sont imprimées par morceaux qui seront ensuite assemblés.

P1180080.JPG

Voici les premières parties du girafon : le cou et une patte postérieure en cire brune, ce qui permet d'ailleurs d'imaginer facilement l'aspect des pièces en bronze. On mesure ici l'ampleur du projet et la taille qu'auront les girafes lorsqu'elles seront entièrement réalisées !

P1010808.JPG

P1010803.JPG

Enfin, rappelons que la girafe et le girafon en "petite" taille (53 cm de haut et 68 cm de long tout de même !) qui servent de modèle pour l'agrandissement ont été édités en bronze. Cinq exemplaires ont déjà été acquis par des collectionneurs qui sont heureux de posséder le modèle original des grandes sculptures qui seront installées au Parc de la Tête d'or en avril 2017.

P1010253 détourée.jpg

10:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

11 mai 2016

GRANDEUR NATURE LYON : UNE CLASSE DE CM2 SUIT ATTENTIVEMENT LE PROJET

Lors du lancement de "Grandeur Nature Lyon", ce formidable projet qui permettra d'installer, en avril 2017, une girafe et un girafon en bronze en taille réelle au cœur du Parc de la Tête d'or à Lyon, nous avions souhaité que des enfants puissent suivre spécialement le déroulement des opérations tout au long de l'aventure.

Maquettes avec logo 1.jpg

En effet, les enfants sont capables et même avides d'explications tant sur la biodiversité que sur l'art, et ils sont, parfois plus que les adultes, capables d'émerveillement si on leur en offre l'occasion.

Très tôt, donc, avec l'équipe du fonds de dotation Devenir qui porte le projet, nous avons demandé à la Mairie de Lyon de bien vouloir soumettre l'idée à l'Inspection d'Académie et à des écoles primaires. C'est ainsi qu'une classe de CM2 de l'école Jean Rostand à Lyon a été sélectionnée. La proximité de l'établissement avec le Parc de la Tête d'or et le dynamisme du maître d'école de cette classe, Michel Tchoukriel, justifient pleinement ce choix.

Damien présente le projet des girafes aux CM2 de l'école Jean Rostand Lyon.jpg

Le 11 février 2016, j'ai donc passé une grande partie de l'après-midi face aux enfant pour leur expliquer l'histoire de la sculpture animalière française, les différentes étapes de la création d'un modèle puis de sa réalisation en bronze, comment on devient artiste, quelles sont les sources d'inspiration, etc. La conférence, qui devait durer une heure, a presque doublé ce temps, car les enfants, très attentifs et intéressés, ont multiplié les questions.

Toute la séance a été filmé par Jean-Dominique Nogier, qui réalise un documentaire sur Grandeur Nature Lyon.

P1010453.JPG

Le 1er avril, le CM2 de M.Tchoukriel a visité l'exposition organisée par le CIC de Lyon en collaboration avec la galerie Michel Estades.

P1010674.JPG

Puis, le 25 avril, c'est la giraferie du zoo de Lyon, au Parc de la Tête d'or, qui a reçu les enfants. Guidés par Sabine de Roux, la responsable pédagogique du zoo, ils sont entrés dans le vaste bâtiment dont l'accès est habituellement réservé aux soigneurs et ont ainsi approché de très près les grands herbivores.

P1010696.JPG

Ils ont reçu beaucoup d'explications sur l'habitat naturel, les conditions de captivité, la nourriture des girafes, etc. Une magnifique après-midi, qui avait été bien préparée par la classe et son maître puisqu'ils connaissaient visiblement déjà bien les mœurs de ces grands animaux. Le Progrès de Lyon s'est fait l'écho de cette visite.

Le Progrès 30 avril 2016.jpg

La prochaine étape devrait avoir lieu en juin. Toute la classe partira visiter la fonderie Barthélémy Art à Crest, qui réalise en ce moment les sculptures que l'on pourra admirer à Lyon dans moins d'un an. Les enfants pourront voir en réalité les différentes étapes de la réalisation d'un bronze : moulage, cire, retouches, cylindres de plâtre, coulée, démoulage et décochage, retouches bronze, patine...

E Coulée 11 light.jpg

Une telle visite est rare : les enfants connaissent souvent bien les commerces, les bureaux où leurs parent travaillent mais peu ont déjà eu l'occasion de voir une usine en pleine activité : bruits, odeurs, machines au service de l'art leur laisseront un souvenir impérissable.

P1010732 compressée.jpg

16:34 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

28 avril 2016

NOUVELLE CREATION : XANTHIPPE, FEMELLE CHIMPANZE

Il y avait longtemps que je n'avais pas fait de singe. Voici donc Xanthippe, femelle chimpanzé.

P1010561 détourée N&B.jpg

Je ne vais pas décrire à nouveau ces grands singes que sont les chimpanzés : il suffit de se reporter à la note relative à Socrate (les plus érudits feront d'ailleurs le lien entre Socrate et Xanthippe !) : Note sur Socrate et sa tortue

P1010566 détourée N&B.jpg

On devine évidemment qu'il s'agit d'une femelle âgée, qui a déjà bien vécu et à qui "on ne la fait pas". Elle a cet air malin et très humain si troublant. "Je fais confiance aux gorilles mais je me méfie des chimpanzés, qui sont aussi voyous que les hommes", me confiait Pierre Thivillon, créateur du Parc animalier de St-Martin-La-Plaine (Loire), qui héberge beaucoup de grands singes dont plusieurs chimpanzés.

P1010567 détourée N&B.jpg

Pierre m'avait fait remarquer que les singes n'ont pas de fesses aussi marquées que les hommes puisqu'ils restent peu de temps en position verticale. Xanthippe a, comme tous les adultes de son espèce, un dos puissant, des mains longues et aime les poser sur les dernières phalanges.

16:57 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

23 avril 2016

ROSA BONHEUR SUR FRANCE CULTURE. DOMMAGE QUE...

Du 7 avril au 25 juillet, le musée national de Port-Royal des Champs présente une exposition sur "Rosa Bonheur et sa famille : trois générations d'artistes". Voir : Rosa Bonheur à Port-Royal des Champs

Le 16 avril 2016, France Culture consacrait une émission à Rosa Bonheur, illustre artiste dont j'ai abondamment parlé ici. La journaliste Perrine Kervran m'a interrogé et j'ai donc participé - un peu - à cette émission, aux côtés notamment de Marie Borin, excellente biographe de Rosa Bonheur et qui est certainement la personne qui connaît le mieux cette grande artiste, puisqu'elle a eu accès à de très nombreux documents inédits dans les archives de sa propriété, le château de By à Thomery.

P1160119.JPG

Le château de By à Thomery

L'intérêt d'une telle émission est de rendre l'artiste très vivante et d'être facile et agréable à écouter. Différents points de vue sont confrontés et c'est instructif : c'est donc une belle émission que je recommande.

Mais il est curieux de constater que l'émission consacre autant de temps à la supposée homosexualité de Rosa Bonheur : ce sujet revient à plusieurs reprises comme si c'était important. Or, jamais Rosa Bonheur, femme éminemment forte et libre, n'a déclaré ou laissé entendre qu'elle était homosexuelle, malgré les affirmations farfelues que l'on entend au cours de l'émission ("lesbienne assumée" !). 

P1180184.JPG

Comme le dit fort bien Marie Borin, Rosa a certainement été choquée, bouleversée par la vie très difficile de sa mère, dont un mari fantasque prenait fort peu soin, et qui est morte jeune d'épuisement. Son corps a été mis dans la fosse commune faute de moyens, alors que son père oubliait de faire vivre sa famille et se consacrait au saint-simonisme, alors devenu une sorte de secte un peu folle.

Si Rosa a choisi de ne pas se marier, c'est certainement, comme elle le dit, pour ne pas tomber sous la coupe d'un mari qui se comporterait comme son père (que pourtant elle aimait) vis-à-vis de son épouse. Rosa a donc choisi de vivre libre, partageant sa grande maison avec Mme Micas et sa fille - elle considérait la famille Micas comme sa propre famille - puis avec Anna Klumpke, artiste américaine. Il n'y a donc pas grand chose d'autre à en dire.

P1160524.JPG

A propos de cette prétendue homosexualité, Rosa dira de ceux qui en ont vu la trace dans son amitié pour Nathalie Micas puis Anna Klumpke qu'ils n'ont rien compris. Elle précisera à la fin de sa vie qu'elle est "toujours restée pure" et fera écrire sur sa tombe que "l'amitié est une affection divine". Elle appelait sa maison "le domaine de la parfaite amitié".

Son indépendance d'esprit et financière, son anticonformisme surprenant pour son époque et qui s'exprimera tant de fois même vis-à-vis des rois, reines et empereurs, l'auraient conduit à assumer sans complexe sa condition homosexuelle si cela avait été la réalité - et nul n'aurait eu à la juger ! - mais ce n'est pas le cas. Il est risible d'entendre que le portrait où Rosa Bonheur pose avec un petit chien sur les genoux et son ami Anna près d'elle est la marque d'un petit couple bourgeois installé dans son homosexualité ! Les autres arguments avancés sont également sans fondements. 

P1030502.JPG

Il est vrai qu'en faisant intervenir très longuement une historienne d'art qui n'a pas écrit de livre sur Rosa Bonheur mais a participé au Mouvement de Libération des femmes (MLF) en 1971, à la fondation du Front homosexuel d'action révolutionnaire et des Gouines rouges, qui s'est fait une spécialité de l'homosexualité féminine, la journaliste savait à quoi s'attendre... Et d'ailleurs, sur le site de France Culture, Rosa Bonheur est présentée ainsi : "Reconnue à l'époque pour son Marché aux chevaux, on s'en souvient aujourd'hui comme une figure pionnière de la cause homosexuelle et féministe". Tout est dit : son oeuvre n'aurait donc plus d'importance aujourd'hui mais ce qui compte, c'est d'imaginer sa vie intime et d'en faire un symbole d'une cause qui lui était en fait complètement étrangère et qu'elle a réfutée elle-même.

Dommage donc qu'une grande artiste comme Rosa Bonheur soit ainsi l'objet de jugements hâtifs et de tentatives de récupération alors que c'était une femme libre, indépendante, forte, généreuse, qui a pris les moyens de vivre différemment des autres, sans juger, mais qui n'aurait certainement pas appréciée de voir sa vie intime ainsi déformée, comme si son indépendance dérangeait et devait être vite rangée dans une case.

Hormis ces divagations (qui n'ont pas plus d'intérêt que de se demander si elle n'était pas végétarienne, si elle avait des enfants cachés ou si elle aurait été résistante ou collaboratrice pendant la guerre de 40 !), l'émission est très intéressante. Bien entendu, 59 minutes, c'est beaucoup trop court pour vraiment connaître la très riche vie de Rosa Bonheur et sa famille. Je conseille donc de lire plusieurs ouvrages :

Bonheur Borin couv.JPG

L'indispensable Rosa Bonheur - Une artiste à l'aube du féminisme - Marie Borin.

Bonheur Klumpke couv.JPG

Si vous réussissez à le trouver, le formidable et très touchant livre de Anna Klupke, qui a longtemps partagé le domicile et l'amitié de Rosa Bonheur

P1180470.JPG

Le petit livre très bien fait édité par le Musée de Vernon à l'occasion d'une belle exposition sur Rosa Bonheur 

Et pour réécouter l'émission :

France Culture : Rosa Bonheur

14:43 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)