Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mai 2006

Note n°2 - LE TRAVAIL DE LA TERRE

Il existe plusieurs façons de sculpter. En réalité, les pièces présentées ici sont issues du modelage. En raccourci, on peut dire que lorsqu’on enlève de la matière, on sculpte (une statue en bois, en marbre…) et quand on en ajoute, on modèle (plâtre, terre, cire…). 

 

Ici, les animaux ont donc été modelés à partir d’un bloc de terre glaise, préparée spécialement à cet effet, alternativement avec les doigts et avec des petits outils en bois ou en métal, que l’on appelle mirettes. Mais de nombreux petits ustensiles de la vie quotidienne sont souvent bien utiles : crayon, clou, morceau de bois, pinceau…

 

La terre ne sèche pas tant qu’elle est étroitement couverte par un plastique. En revanche, à l’air libre, elle sèche, plus ou moins vite, ce qui oblige à la mouiller au vaporisateur. Mais cet inconvénient peut être un avantage : pour travailler certains parties fines, il vaut mieux parfois que la terre soit plus sèche, plus rigide. Pour coller des pièces entre elles, on a recours à un mélange de terre et de beaucoup d’eau, préparé un peu à l’avance, et qui a la consistance du beurre bien mou.

 

Il existe de nombreuses sortes de terre : blanche, grise, rouge, etc. Leur composition est différente et chaque artiste a ses préférences. La terre change radicalement de couleur selon qu’elle est humide, sèche ou surtout cuite (à très haute température et dans des fours particuliers). Par exemple, les modèles ici présentés ont tous été réalisés en terre rouge. Elle apparaît pourtant beige, mais c’est parce qu’elle est « crue ». Elle prend une belle couleur rouge brique à la cuisson. Cuite ou non, elle peut être teintée avec des pigments de toutes couleurs.

 

Pourquoi cuire les pièces ? C’est toujours un grand risque : une petite bulle d’air laissée pendant le modelage - ce qui est fréquent - fera éclater la pièce, au mieux en quelques morceaux que l’on recollera avant de lisser l’ensemble avec du plâtre, au pire en de nombreux petits morceaux irréparables. Mais cuire une pièce la rend beaucoup plus solide puisqu’elle devient dure comme de la pierre et pourra donc être conservée. Si elle est destinée à la fonte, elle pourra généralement être récupérée après la fonte, qui la malmène un peu. Une pièce en terre non cuite ressort en miettes de la fonte.

23:05 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bonjour,
Merci pour ces explications très simples et précises. Il m'arrive de faire du modelage d'argile et n'ayant jamais appris, vos explications m'ont permis de répondre à mes questions...
Très jolies réalisations animalières...
Bravo et bonne continuation.

Écrit par : epicedune | 22 mai 2006

Félicitation,

Site superbe, talent immense, informations précieuses.

Du grand travail de maître, je pense que nos petits enfants se bousculeront dans quelques années pour assister aux ventes Drouot de l'an 2025 pour acquérir les bronzes Colcombet, qui comme les ancêtres Colcombet soyeux et amoureux du beau travail retrouvent dans leur petit fils, Damien l'africain, le même amour du beau, fruit du labeur et du travail de l'homme !

Bon vent à toi et encore bravo

Écrit par : Romain | 15 juin 2006

Les commentaires sont fermés.