Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mai 2006

Note n°6 - POURQUOI LES BRONZES ANIMALIERS SONT-ILS CHERS ?

Quelle tristesse de penser que Barye fit faillite avec sa fonderie, que Bugatti eut bien du mal à survivre, réclamant à ses proches, en particulier son frère, qu’on lui payât les bronzes qu’ils détenaient, afin qu’il puisse régler sa note de chauffage. Alors qu’aujourd’hui, les « Barye » fondus par Barye valent une fortune et quand un Bugatti est en vente, l’annonce fait toute une page dans la Gazette de Drouot !

Les trois premières raisons – absolument évidentes – de la cherté d’un bronze sont : le choix du sujet, la qualité de sa réalisation (fonte) et sa rareté.


Le choix du sujet :

Les peintures de bateau d’un peintre de la marine sont presque toujours plus cotées que ses scènes de genre, ses paysages de campagne, ses animaux. De la même façon, on attend généralement d’un sculpteur animalier qu’il fasse… des animaux. Du coup, ses personnages, par exemple, sont souvent moins cotés. Evidemment, il y a mille exceptions à cette règle.

Il y a aussi les « spécialités » : chez Bugatti, tout est maintenant hors de prix puisque ce sont généralement ses œuvres qui battent tous les records de prix, mais ce sont ses fauves les plus inabordables.

Pourtant, si l’on met de côté l’aspect placement financier, il me semble certainement plus intéressant d’avoir une pièce rare, atypique. Un marchand, à Metz, m’a un jour dissuadé d’acheter le « Tigre et gavial » de Barye, me disant que je me lasserai vite de le voir partout (c’est une des œuvres les plus connues de ce sculpteur). Avec quelques années de recul, je vois comme il avait raison.

Enfin, il y a des sujets porteurs : une scène trop sanguinaire rebutera beaucoup d’acheteurs ; les moutons, les cochons, les chèvres ne plaisent pas à tout le monde, alors qu’un cheval, un chien, une scène orientaliste, un fauve font toujours mouche. Il me semble que les sangliers et cerfs ont un peu lassé les acheteurs. De même, les scènes militaires un peu trop romantiques, du style « La dernière cartouche », « En vedette » (ce qui signifie ; sentinelle faisant le guet), « Le courage militaire » sont passés de mode et ne s’adressent plus guère qu’à un public averti, habitant Saumur ou Coëtquidan ! Ces pièces peuvent pourtant être remarquables.

 
La qualité de la réalisation :

Il faut ici se référer à mes notes précédentes. La qualité de la réalisation tient d’une part au savoir-faire du sculpteur et finalement à cette question : a-t-il compris l’animal ? A mon sens, Barye en a compris toute la morphologie et Bugatti en a compris toute l’essence. Esquisse, réalisme : il n’est pas possible d’établir de jugement de valeurs entre ces deux approches, qui ont toutes deux donné des merveilles mais ont aussi été prétexte à des œuvres pompières ou absurdes. A force de tout suggérer, on en arrive parfois à ne plus rien exprimer !

La qualité tient d’autre part à la fonte. Ayant déjà écrit sur ce sujet, je ne m’y étendrai pas davantage, si ce n’est pour rappeler que la qualité des Bugatti vient beaucoup des merveilleuses fontes de Hebrard et que les fontes de Valsuani sont généralement remarquables.


La rareté : 

Il y a peu de Bugatti donc ils valent une fortune. A titre d’exemple, un petit bouledogue était en vente l’an dernier à Lyon 100 000 Euros, ce qui a été reconnu comme peu cher. Un marchand a tout récemment proposé plus de 300 000 Euros à un collectionneur pour un très beau fauve. Le collectionneur a refusé….

Les Barye fonte Barye sont rarissimes, les Barye fonte XIXème sont assez rares, les Barye fonte XXème et tardives sont courants ; les prix suivent cette logique.

Le catalogue raisonné de Barye, de MM. Richarme et Poletti, donne de précieuses indications sur les éditions de chaque modèle.

Le piège pour un collectionneur est se voir proposer comme pièce rare un sujet en fait peu emblématique du sculpteur.

 
Et le reste… :

Alain Delon a « fait » la cote de Bugatti et fera celle d’autres sculpteurs parce qu’il les collectionnait et qu’il a mis son immense notoriété au service de ce sculpteur, dont l’extraordinaire talent reste incontestable. Pour les sculpteurs contemporains, le coup de main des galeries est déterminant. Un grand sculpteur peut rester longtemps méconnu parce qu’il n’a pas l’occasion ou la volonté de se faire connaître. C’est ainsi que Righetti a été « découvert » récemment et que ses œuvres magnifiques peuvent enfin être admirées.

J’ai surtout traité ici des bronzes relativement anciens. Concernant les bronzes contemporains, il sont chers parce que sculpter ou modeler prend du temps (mais peindre aussi) et surtout parce que la fonte et la patine sont extrêmement coûteuses : outre la matière première - le cuivre, dont les cours se sont envolés à des hauteurs inimaginables – le travail de la fonderie est compliqué, minutieux, long, demande beaucoup de main-d’œuvre, les fondeurs devant en plus avoir un sens artistique développé. Le sculpteur doit surveiller la fonte, guider le patineur. Il y a peu de fonderie d’art en France et les délais sont maintenant longs (environ 3 mois). Bref, autant de raisons qui font que le collectionneur peut avoir le sentiment que l’artiste se surestime en fixant des prix prohibitifs alors que c’est bien la fonte qui coûte le plus cher. La galerie joue un rôle important, prenant souvent des risques avec des artistes non confirmés et il faut bien qu’elle vive, elle aussi…

22:55 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.