Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 septembre 2007

CORRIDA (suite)

Hasard étonnant, je trouve aujourd'hui dans le journal Le Monde daté du mercredi 12 septembre une analyse "Coups de corne contre la taureaumachie". Ni pro ni anti corrida, Jean-Louis Andréani analyse de façon intéressante les arguments des uns et des autres, même s'il n'écrit rien de révolutionnaire hormis l'accent sur l'évolution de notre sensibilité quant à la souffrance des animaux, qui étaient bien moindre il y a encore quelques dizaines d'années.

Cet article m'a amusé car j'y ai retrouvé exactement ce que j'écrivais il y a 3 jours sur ce blog à propos du taureau de corrida. Je cite : "Il est [...] faux de nier l'émotion esthétique qui peut se dégager de la corrida. D'autant que l'un de ses purs instants de beauté est le début du toreo de cape, quand le matador, lui même figé, les pieds au sol, reçoit dans l'étoffe rose et jaune de sa cape les quelques 600 kg de muscles, de hargne et de cornes qui viennent de jaillir du toril, et n'ont encore connu ni le fer de la pique ni les banderilles".

 

22:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.