Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 octobre 2007

UN ELEPHANT AU CIRQUE

J'ai toujours beaucoup aimé les cirques, aussi bien les petits chapiteaux qui s'installent pour une journée dans un village que les mastodontes à trois pistes, à la mode américaine. Je me souviens de petites ménageries en fait assez pitoyables composées de quelques animaux fous à force de tourner en huit dans leur cage minuscule, mais curieusement, ces cirques avaient parfois des animaux assez rares : hyène, ours, hippopotame... Je crois que la règlementation a évolué et qu'ils ne peuvent plus détenir d'animaux n'évoluant pas sur la piste durant le spectacle.

Je me souviens aussi d'un grand cirque espagnol, qui avait pris le nom "d'American Circus" pour sa tournée en France, et présentait, simultanément et sur 3 pistes, une cavalerie de 60 chevaux ou bien une troupe de plus de 15 éléphants. Je n'avais jamais revu d'éléphants d'Asie aussi grands que ceux-là. Il y avait aussi un éléphant d'Afrique, fait assez rare à l'époque (on en voit davantage maintenant). Pour contrecarrer ce spectacle, 3 cirques français s'étaient associés, sans le dire officiellement, pour créer "l'American Parade", qui n'arrivait cependant pas au même niveau.

J'ai vu, au fil des spectacles, des girafes, des hippopotames, des rhinocéros, des chimpanzés, des otaries, des zèbres, des crocodiles, tous ceux-là faisant en vérité un petit tour de piste plus qu'un vrai numéro. Certaines numéros, autrefois, réunissaient un nombre gigantesque de fauves (plusieurs dizaines), parfois présentés avec des chiens ou même des moutons et des chèvres ! Les fauves restent toujours dangereux et les accidents sont nombreux. On dit les lions assez faciles à dresser, les panthères plus vicieuses et les ours tout à fait fourbes et toujours dangereux. Je ne sais si c'est vrai...

Les éléphants de cirque sont généralement originaires d'Asie car plus faciles à domestiquer, et ce sont souvent des femelles, qui ne portent que rarement des défenses, à la différence de ceux d'Afrique. Ce sont des animaux intelligents, doués d'une grande mémoire, ce qui peut desservir les mauvais dressseurs, dont plus d'un a fini écrasé par son animal se vengeant ainsi des mauvais traitements.

Ces pachydermes font preuve d'une certaine légèreté pendant le spectacle, virevoltant sur leur tabouret. La forme de leur bouche et leurs petits yeux plissés leurs donnent l'impression de bien "rigoler", pas dupes des tours qu'on leurs demandent d'exécuter. On peut les faire se dresser sur deux pattes avant ou deux pattes arrières, ou même marcher sur deux cables assez hauts, ce qui est très spectaculaire.

Mon éléphant a les pattes bien rassemblées et le dos rond, ce qui donne une impression à la fois de stabilité - le tabouret est bien assez grand pour ses 4 pieds - et d'équilibre difficile à maintenir.

18:10 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.