Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 novembre 2007

UN RHINOCEROS INDIEN

Dans l'album-photo, une nouvelle pièce, encore en terre pour l'instant - et pour au moins deux mois, le carnet de commande de la fonderie étant très rempli : le rhinoceros indien.

C'est un animal bien connu, avec sa peau épaisse et plissée, formant comme une armure composée de plaques séparées. Pourtant, on en voit très peu dans les zoos. Il y en a sûrement ailleurs mais pour ma part, je ne me souviens d'en avoir vus qu'à Bâle et Toronto. Encore une espèce qui a bien failli disparaître et est encore en situation très précaire.

Une fois terminé, je me suis aperçu que mon rhino était exactement à la bonne échelle par rapport à mon rhinocéros blanc, c'est-à-dire presque aussi haut (jusqu'à 1m90 dans la réalité) mais beauoup plus court et plus rond. Cela m'a conforté dans mon projet de faire les autres rhinocéros existants. Il m'en manque surtout deux : le noir d'Afrique (voir la note du 12 janvier 2007 dans "Archives"), avec sa grande corne effilée, et le rhinocéros bi-corne d'Asie, plus petit. Je ferai l'impasse sur les sous-espèces.

Je suis certain que mon rhinocéros rendra bien en bronze car la surface grenue de la peau permettra au métal et à la patine d'exprimer tous leurs reflets. La fonderie travaillant très bien, les détails, comme les ongles des pieds, le poil aggloméré à la base de la corne, la lèvre supérieure pointue, devraient être soignés. Je suis si content des détails du casoar que je le garde et je ne l'ai toujours pas exposé en galerie ! Il faudra bien que je le fasse.

D'ici une dizaine de jours, le taureau de corrida ("Les banderilles") sera prêt. La patine sera probablement très foncée mais les banderilles seront colorées, comme en vrai.

23:24 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.