Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mai 2008

MENAGERIE DU JARDIN DES PLANTES

J'ai redécouvert tout récemment la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris et ce fut un émerveillement. C'était au printemps, il faisait beau, le jardin du Muséeum était fleuri et tout était paisible. J'ai redécouvert avec grand plaisir les statues de Frémiet : dans le zoo le charmeur de serpent et l'homme préhistorique portant une tête d'ours ; à l'entrée de la galerie de paléontologie (dans le bâtiment lui-même), la terrible scène en pierre de l'orang-outan étranglant un chasseur, puis, juste à l'extérieur, le grand bronze représentant Frémiet sculptant le dénicheur d'ourson, si ma mémoire est bonne. Je me suis souvenu que ce très grand artiste, auteur notamment de l'archange St-Michel en haut du Mont-St-Michel, exerçait de fortes pressions pour obtenir des commandes publiques.

Je gardais un souvenir très mitigé de la ménagerie : petits enclos, grilles trop visibles, animaux de faible intérêt, à quelques exceptions près. Mais visiblement, depuis quelques années, le zoo a été repris en main. Il est beaucoup plus beau, aéré, la végétation est abondante, et surtout on peut y voir quelques spécimens rares. Il y a moins de grands singes et de fauves mais les bâtiments conservent leur charme désuet. Il n'y a plus d'ours dans la trop petite fosse.

Parmi les espèces présentées, il faut citer en particulier les Anoas (les plus petits bovins au monde), Markors, Turs, Barals, Mouflons du Caucase (certains petits avaient moins d'une semaine et étaient absolument minuscules), Cervicapres, Pécaris, Paresseux, Cabiais, mais surtout deux animaux très rarement présentés dans les zoos. Le premier est le Takin du Sichuan, bovidé de Chine assez massif, au pelage laineux et littéralement jaune, d'environ 350 kg. Il est affublé de cornes de gnous assez étonnantes. J'en avais vu un au zoo de Montpellier, mais beaucoup moins beau. Il avance doucement, en écartant les pattes comme s'il était perclu de rhumatismes, mais un soigneur m'a dit qu'il n'en était rien.

L'autre animal, absolument incroyable, est le Gaur. C'est le plus grand des Bovidés. Il peut atteindre 2,30 mètres au garrot et peser une tonne. Celui du Jardin des plantes est MONUMENTAL. Il faut imaginer un grand taureau assez svelte auquel on aurait ajouté une énorme couche de muscles sur le dos. Très chassé  en Indochine (chasse dangereuse), il est maintenant protégé mais jamais présenté dans les zoos. Un soigneur m'a confirmé son agressivité, surtout en période de rut où même le passage d'un tracteur le rend violent.

Enfin, citons les énormes tortues des Seychelles, dont la plus vieille pèse plus de 200 KG et a 120 ans !

Si vous aimez les zoos, je vous recommande le site www.leszoosdanslemonde.com, très bien fait.

21:51 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

16 mai 2008

PHOTOS DU ZOO DE ZINIARE

Dans l'album-photo du voyage au Burkina, quelques photos de l'étonnant zoo de Ziniaré (cf. note sur le sujet).

19:36 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

15 mai 2008

UN CHEVAL DE TRAIT (POSTIER BRETON)

Dans les albums photos, un nouveau modèle : le Postier breton.

Il est assez grand - près de 40 cm de long - et représente bien ce que j'aime chez les chevaux de trait : puissance, calme, lourdeur et légèreté à la fois. A dire vrai, j'ai d'abord esquissé un percheron, puis je l'ai fait évoluer vers le Trait breton, peut-être à cause de mes racines géographiques. Le Postier breton est plus petit, plus trapu que le percheron. J'ai eu de grandes difficultés sur certaines parties du corps que j'ai dû refaire à peu près 10 fois. Le plus vexant est de terminer en beauté puis de donner un coup d'ébauchoir malheureux, qui va casser les oreilles, la bouche ou la queue. Il faut recommencer ce qu'on avait bien saisi, bien modelé...

Le Postier breton est le cheval de trait le plus répandu en France. Il est également très apprécié des Japonais et des Sud-Américains qui achètent beaucoup de reproducteurs. C'est un excellent cheval, bon à tout : puissant, rustique, il était utilisé par les maraîchers et les goémoniers (ceux qui connaissent la revue Ar-Men en ont souvent vu des photos). Docile, il est fait pour l'attelage de loisir et servait pour le transport du courrier, d'où son nom. Enfin, il fournit à la boucherie chevaline des carcasses très appréciées.

La race a été fixée tardivement : au début du XXème siècle seulement. Elle est issue du croisement des anciens chevaux très rustiques du centre de la Bretagne ou du Léon (Finistère nord) et des étalons anglais du Norfolk.

Sa morphologie est la suivante (source : "Inventaire des animaux domestiques en France" - Alain Raveneau - Nathan) : tête carrée, de volume moyen, chanfrein droit, naseaux ouverts, yeux vifs, encolure un peu courte, garrot fort ("mais noyé"), dos court mais musclé, croupe large et double (comme divisée en deux parties arrondies), épaules peu longues, cuisses et avant-bras très musclés.

D'ici quelques jours, je mettrai en ligne les photos du fameux zoo de Ziniaré ainsi que celles du "Grand porteur" et de "l'éléphant d'Asie au piquet", qui ontété fondus en bronze.

23:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)