Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 février 2011

LE ZOO DE VINCENNES (2)

Dans le journal Le Monde daté du 26 novembre 2010, un grand article intitulé "Le zoo de Vincennes pourrait perdre ses rochers".

La note ci-dessous ("Le zoo de Vincennes (1)") expliquait la genèse de cet espace zoologique. Je me souviens de l'avoir visité enfant et d'avoir été impressionné par la qualité de ce parc, la diversité de la faune et les monumentaux rochers. C'est là que j'y ai vu pour la première fois un okapi et un rhinocéros. Siam l'éléphant d'Asie avait déjà ses gigantesques défenses se croisant devant la trompe (il est maintenant - mal - naturalisé à la Grande Galerie de l'évolution), et les girafes étaient nombreuses. On pouvait déjeuner juste à côté de l'enclos du guépard.

Le Monde nous apprend que le zoo de Vincennes, qui s'étend sur 14,5 hectares, est fermé depuis 2008, les animaux ayant été soit maintenus sur place (girafes, par exemple), soit envoyés vers d'autres zoos comme Thoiry. De grands travaux sont prévus avec une réouverture envisagée en 2014. Bouygues, La Caisse des Dépôts et d'autres sociétés se sont associées dans une structure ad hoc appelée "Chrysalis", qui finance le projet de rénovation et assurera la maintenance du zoo en se rémunérant sur le prix des billets d'entrée pendant 25 ans. L'Etat, propriétaire du zoo (le terrain appartient toutefois à la Ville de Paris), financera 30 des 135 millions prévus.

Il est prévu de créer 6 biosphères : Savane-Sahel, Europe, Patagonie, Guyane, Madagascar et forêt équatoriale.

Un appel d'offre a été lancé en 2005 mais les lauréats ne l'ont pas été bien longtemps. TNPlus avait imaginé un très beau projet dont le coût a été estimé à 250 millions, donc beaucoup trop. Ce chiffrage est contesté par TNPlus, mais Bouygues a remplacé les lauréats par une nouvelle équipe constituée autour de l'architecte suisse Bernard Tschumi. Les travaux devraient démarrer en 2011.

Le projet Tschumi est à son tour contesté : il passerait par une suppression de tous les rochers, hormis le plus grand. Est-ce le bon choix ? Ne devraient-ils pas être classés monument historique ? Faut-il au contraire repartir de zéro ?

Suite de cette aventure sur ce site dans deux jours.

Les commentaires sont fermés.