Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 avril 2011

L'OURS BLANC EQUILIBRISTE

L'ours polaire (Ursus maritimus) : un magnifique animal, non seulement grâce à son pelage couleur de chocolat blanc mais aussi par sa taille, sa démarche souple, son "intelligence" et finalement aussi la beauté des paysages où il évolue.

Longs de 2,10 mètres à 3,10 mètres, pesant 400 à 700 kg, les ours polaires sont les plus grands carnivores à l'exception des ours bruns de l'île Kodiak (près de 800 kg !). Bien que des croisements aient parfois été observés dans les zoos entre ours polaires et ours bruns, et que les rejetons soient fertiles, ces deux espèces d'ours sont assez différentes : l'ours polaire possède un cou et une tête plus longue, le museau est presque dans la continuité du front alors que l'ours brun possède une véritable "marche" entre les deux. Par ailleurs, l'ours blanc a des griffes plus courtes mais beaucoup plus acérées, qui ne lui servent pas tant à creuser qu'à tenir ses proies. Ses canines sont plus proéminentes, ses molaires plus acérées, ce qui montre un régime plus carnivore. Les coussinets sous ses pattes sont en grande partie velues pour garder la chaleur, la partie dénudée étant comme garnie de crampons pour ne pas déraper sur la neige et la glace. Enfin, ses oreilles sont plus petites que chez ses cousins.

P1040898 rognée.JPG

Les ours dans les cirques sont devenus relativement rares, et les ours blancs encore plus. Ce sont pourtant des animaux très adroits et doués d'un grand sens de l'équilibre. Toutefois, les dompteurs redoutent généralement les ours car, à la différence des lions voire des tigres, ils ne sont jamais vraiment domestiqués et restent toujours capables d'un mauvais coup. De plus, les ours en colère chargent sans prévenir - alors que le lion prévient par un changement de comportement - et presque rien ne les arrête. 

P1040902.JPG

Parmi les numéros d'ours blancs les plus illustres, il faut noter :

- En 1964, présentation de 12 ours blancs au cirque Pinder

- Au cirque Achille Zavatta, un ours blanc en liberté

- En 1972 et 1973, un très beau numéro d'Ursula Bottcher au cirque Jean Richard

- Au cirque Wilhelm Hagenbeck, présentation de 18 ours blancs, 4 espèces d'ours bruns, 30 lions et 19 tigres. On se demande d'ailleurs ce qu'on pouvait faire de tant d'animaux ! A mon avis, il s'agissait plus d'une présentation que d'un véritable numéro de cirque. Je n'ose imaginer les tensions entre les fauves.

Il faut noter que si, de nos jours, on présente surtout des numéros homogènes, généralement formés de tigres ou bien de lions, il était plus courant autrefois de former des groupes panachés. Je me souviens de la surprise du public en voyant arriver des lions puis des tigres puis des panthères dans la même cage. Un des grands spécialiste des numéros mixtes était Alfred Court, qui mélangeait lions, tigres, ours, pumas, panthères, panthère des neiges et même chiens (danois).

P1040906.JPG

La plus étonnante présentation d'ours blancs est sans conteste celle que fit Willy Hagenbeck en 1904 au cirque Paul Bush, avec 70 ours polaires. En voici une photo, extraite de "La merveilleuse histoire du cirque" de Henry Thétard.

 

Ours blancs Hagenbeck.jpg

Lorsque j'ai fini cette petite pièce, je me suis rendu compte que l'ours avait la même attitude que dans "L'ours blanc et le phoque", auquel je n'ai pourtant pas pensé un instant en travaillant.

J'ai voulu mettre en avant la souplesse du dos de l'ours et ses pattes larges comme des raquettes. Sur la photo, le ballon ne semble pas exactement sphérique : ce n'est que l'effet des ombres car il l'est.

Pour pouvoir faire tenir l'ensemble, il faudra forcément faire un petit socle, le plus léger possible. Des petites cales sous le ballon pourraient aussi être envisagée. Quant à lester la moitié inférieure de la boule, comme pour un culbuto, ce n'est pas possible car le bas ne pourra jamais compenser la masse de l'ours.

D'autres photos sont visibles dans l'album à doite.

Pour être régulièrement informé des nouvautés sur ce site, inscrivez-vous à la "Newsletter" en haut à droite.

Commentaires

Très bon rendu de la souplesse de la bête et de la plasticité du ballon !

Mais... sous le poids de l'ours, il s'écrase forcément un peu et ne peut donc être parfaitement rond ! Ainsi la partie en contact avec le sol s’aplatit légèrement mais suffisamment pour assurer la parfaite stabilité de l'ensemble. Foin de socle donc ! Et cela accentuerait l'idée de souplesse mise en forme.

Tes prochaines vacances au Pôle Nord, Damien ??? Brrrrrr... !!!

Écrit par : Anne Hecdoth | 04 avril 2011

Un beau sujet qui "risque" d'en provoquer d'autres: Ursula Bottcher a eu dix ours dans la cage et Alaska, son géant de trois mètres serait lui aussi un beau prétexte...
Superbe pièce en devenir dans tous les cas!

Écrit par : Pascal Jacob | 04 avril 2011

Les commentaires sont fermés.