Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 septembre 2011

DRESSAGE D'ESCARGOTS

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer quelques photos d'une expérience intéressante. Ayant toujours rêvé d'être dompteur (je comptais demander au dresseur d'un cirque d'entrer dans la cage aux fauves, mais mes enfants ne sont pas d'accord...), et trouvant malgré tout tigres, lions et surtout ours assez dangereux, j'ai décidé de commencer avec des animaux un peu plus dociles : les escargots. A noter toutefois qu'il ne faut pas sous-estimer la puissance de leurs mâchoires : si l'on écoute bien un gastéropode manger de la salade, on entend très distinctement le bruit presque terrifiant des "dents" découpant le légume.

Voici donc quelques photos d'un numéro mis au point en Bretagne, un jour (très rare..) où il pleuvait.

Tout dresseur sait bien que pour éviter les bagarres, chaque fauve doit apprendre à gagner son emplacement.

P1050919.JPG

Il faut être impitoyable avec celui qui, profitant du moment où le dompteur a le dos tourné, quitte subrepticement son tabouret pour sauter sur un congénère voire le dresseur lui-même !

P1050932.JPG

Le clou du numéro : le saut de la mort.

La bête se concentre avant l'effort :

P1050931.JPG

Puis, au son du roulement de tambour, elle se lance.

P1050933.JPG

P1050935.JPG

P1050936.JPG

P1050937.JPG

P1050938.JPG

Applaudissez !

Mais parfois, un jeune moins bien dressé et voulant recueillir à son tour les faveurs du public effectue le saut de la mort sans prévenir et atterrit sur un tabouret déjà pris, et dont l'occupant alors furieux -ce que l'on voit parfaitement sur ces photos - défend âprement son territoire.

P1050923.JPG

P1050925.JPG

P1050926.JPG

P1050927.JPG

Pour rétablir l'ordre parmi les bêtes féroces, le dompteur doit alors parfois brandir la menace qui calmera même les plus rétifs.

P1050543.JPG

26 septembre 2011

EXPOSITION ROSA BONHEUR AU HARAS DU PIN

L'été fut l'occasion de visiter l'exposition "Rosa Bonheur - La passion des chevaux" au Haras national du Pin en Normandie, qui se termine le 30 septembre.

Quelle émotion de découvrir peintures, dessins, photos, écrits de cette très grande artiste. On peut simplement regretter que l'ensemble soit présenté dans une pénombre certes bénéfique pour les oeuvres, mais sans doute un peu excessive.

Parmi les témoignages les plus touchants du génie de Rosa Bonheur, il y a certainement les études de jambes de cheval, sous forme de dessins mais aussi de petites sculptures, des études en trois dimensions, représentant des jambes pliées, allongées, au repos... J'ai mieux compris, en voyant leur force et leur précision, pourquoi Rosa tenait tant à ces petites merveilles et acceptait de se séparer d'oeuvres terminées mais jurait de ne jamais abandonner ces études.

Un beau tableau accueille les visiteurs : il s'agit du Marché aux chevaux. Plus précisément, il s'agit de l'un des Marchés aux chevaux car Rosa Bonheur en a  peint plusieurs. Avec l'aimable autorisation de son propriétaire, en voici une photo :

Marché aux chevaux Gilles Bourg.JPG

Marché aux chevaux Gilles Bourg 2.jpg

A noter pour les collectionneurs : ce tableau fera partie des lots de la vente aux enchères du 6 novembre à Alençon (estimation : 15 à 20 000 Euros).

Voici le lien vers Interencheres :

http://www.interencheres.com/ventes_aux_encheres/enchere_...

Le Haras du Pin a publié un petit catalogue de l'exposition, disponible sur place (on peut également y trouver un très beau catalogue de l'exposition sur Lanceray).

Et puis, bien sûr, il y a le Haras du Pin lui-même, le "Versailles du cheval" créé à l'initiative de Louis XIV.

P1050581.JPG

Les mardis et jeudis, sont présentés pendant environ une heure les très beaux chevaux du Haras, notamment les percherons. Voici quelques photos.

P1050683.JPG

P1050643.JPG

P1050622.JPG

P1050668.JPG

P1050616.JPG

P1050673.JPG

22 septembre 2011

EXPOSITION "L'ANIMAL DANS L'ART"

L'exposition de Morestel se termine dans quelques jours (le 25 septembre). En voici quelques photos.

Tout d'abord la très belle maison qu'occupa le peintre François Auguste Ravier (1814-1895) et la superbe vue sur le village de Morestel et la campagne environnante.

P1060074.JPG

P1060071.JPG

Puis l'intérieur et les oeuvres exposées.

P1060062.JPG

P1060065.JPG

P1060066.JPG

Et enfin les oeuvres des excellents Jean-Baptiste Vendamme (bronzes) et Aurélien Raynaud (peintures).

P1060067.JPG

18 septembre 2011

NOUVELLE SCULPTURE : LE RHINOCEROS BLANC CHARGEANT

Les rhinocéros sont des animaux fascinants et nul doute qu'hélas la fascination qu'ils exercent sur les hommes risque d'être fatale à ces pachydermes. Le rhinocéros blanc est le plus grand des cinq espèces (blanc, noir, indien, de Java dit aussi de la Sonde, de Sumatra). C'est un monstre : jusqu'à 4 tonnes, 4 mètres de long, 1m90 garrot. La longueur record de la corne a été mesurée en 1898 sur un animal tué en République Sud-africaine : 158 cm !

Sa corpulence fait croire qu'obèse il est quasiment impotent, mais comme l'hippopotame il est en réalité très agile et a des réactions étonnament rapides. Affligé d'une terrible cécité, il se repère à l'ouïe et surtout à l'odorat, ce qui lui joue parfois des tours car il charge un peu à l'aveugle, attaquant parfois termitières et arbustes.

Pour en avoir la preuve, voyez ce petit film trouvé récemment sur internet. Le pauvre phacochère a dû avoir du mal à s'en remettre. Au temps qu'il met à retomber au sol, on imagine la puissance du coup de corne !

http://fr.video.search.yahoo.com/video/play?ei=UTF-8&...

J'ai déjà expliqué que la différence entre les deux espèces africaines ne vient pas, malgré leur nom, de la couleur de leur robe mais principalement à la forme de leur lèvre supérieure, le blanc ayant une machoire carrée qui lui sert à brouter les graminées alos que le noir a une lèvre pointue, très préhensile, bien utile pour manger les feuillages.

 Dans son "Encyclopédie des animaux de grande chasse", Pierre Fiorenza note que le rhinocéros blanc vit bien en captivité mais que ses cornes se développent alors de façon anarchique. Il est exact que l'on voit souvent ce paisible animal dans nombre de zoos (La Palmyre, Beauval, Touroparc...) mais que parfois ses cornes prennent une curieuse allure : elles se croisent, l'antérieure est dépassée par la postérieure et l'ensemble est alors peu harmonieux.

J'avais déjà fait un rhinocéros blanc il y a quelques années et tous les exemplaires ont rapidement été épuisés, come le rhino noir d'ailleurs. Voici un autre rhino, blanc encore, mais cette fois au galop, chargeant probablement à moins qu'il ne soit en fuite. Il est accompagné de son petit qui galope comme il peut, de façon un peu désordonnée comme le font souvent les jeunes animaux. L'adulte est légèrement penché sur le côté, amorçant un tournant, mais sa tête reste bien horizontale.

P1060012.JPG

Je me suis demandé si je n'avais pas exagéré le contraste entre l'énorme adulte et le petit. Après vérification, il n'en est rien. Le bébé rhino pèse à sa naissance environ 50 kg et ses cornes pointent déjà presque. Il grandira rapidement, mais, à l'image de nombreux petits de la savane, doit déjà suivre sa mère quelques jours après sa naissance.

P1060019.JPG

Lors de son grand safari chasse en Afrique, Théodore Roosevelt raconte qu'il tua un jour un rhinocéros blanc et fit cuisiner sa "bosse", qui est en fait un garrot extraordinairement développé. Il trouva cette chair absolument délicieuse !

P1060023 light.JPG

Ce rhinocéros sera présenté à l'exposition de novembre-décembre 2011 à Lyon, à la galerie Michel Estades. Bien entendu, l'étai en terre qui sert à soutenir l'arrière-train - et que j'ai réussi à effacer sur certaines photos - n'existera plus sur le bronze.

16 septembre 2011

LA VALEUR D'UN BRONZE : la liste complète

Les notes sur "La valeur d'un bronze" se multipliant - une trentaine à ce jour traitant d'une quinzaine de sculpteurs différents - leur liste est désormais disponible en haut à droite de cette page.

Je précise que je ne mets de note sur le site que pour certains bronzes : les plus beaux, les plus rares, ceux accompagnés de belles photos, ceux qui sont bien représentatifs de l'oeuvre du sculpteur, ceux qui représentent des scènes intéressantes...

Mais je réponds directement par mail à toutes les demandes (plusieurs par semaine), de façon généralement plus brèves.