Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 mars 2012

LA VALEUR D'UN BRONZE (44): LE SINGE AU PANIER, DE FRATIN

Voici une pièce amusante envoyée par un internaute qui me dit en avoir hérité. Il m'indique que ce bronze porte la signature Fratin, mais que le N est à l'envers. Il y a également une marque : "Daubrée". Il me demande un avis sur ce modèle, qui mesure 26 cm de haut, 22 cm de long et 14 cm de profondeur.

Singe panier 1.jpg

Ce singe est bien de Christophe Fratin (Metz 1801 - Le Raincy 1864), qui étudia le dessin à Metz puis à Paris dans l'atelier de Géricault. Il fut très populaire en son temps, en France et dans le reste de l'Europe, en particulier en Angleterre. J'ai déjà parlé de cet artiste à propos de son Taureau, à la page suivante :
 
 
Dans le Dictionnaire des bronzes du XIXème, Pierre Kjellberg indique que ses fondeurs furent Thiébaut, Quesnel, Braux, Susse, Richard-Eck-et-Durand et... Daubrée. C'est précisément la marque que porte le bronze de notre internaute.

Singe panier 2.jpg

 
Intrigué par ce nom de fondeur que je ne connaissais pas, j'ai découvert, dans ce même Dictionnaire de P.Kjellberg, qu'Alfred Daubrée "possédait un magasin d'orfèvrerie à Nancy avant de s'établir, dans les années 1850, marchand de bronzes d'art et de bijouterie 85 rue Montmartre à Paris. Il édite un certain nombre de bronzes de Fratin, Cumberworth [...]. Il aurait eu recours à des intermédiaires pour vendre ses bronzes, qui ne portent que rarement sa marque. [...] Lors de l'Exposition Universelle de 1867, il est cité parmi les fondeurs réputés de l'époque. Son fils lui succède après sa mort en 1885."
 
Toujours dans ce Dictionnaire, est mentionné parmi les oeuvres de Fratin "Le singe aux paniers".

Singe panier 5.jpg

 
Je me suis également plongé dans un petit ouvrage édité en 1983 : "Le sculpteur animalier Christophe Fratin - Essai sur sa vie et son oeuvre" par Jacqueline J.A. Bougon, archiviste de la Société Historique du Raincy. Y est citée une lettre de Madame Bizard-Daubrée au Musée de Metz, à l'occasion du don d'une oeuvre de Fratin. Elle est la belle-fille d'Alfred Daubrée qui, raconte-t-elle, fut "éditeur d'un très grand nombre d'oeuvres de Fratin, il fut lié à celui-ci par des sentiments de grande cordialité".
 
Fratin a réalisé de nombreux singes (une vingtaine) et ours (une quarantaine), les "humanisant" très souvent : Ours lisant un journal politique, Ours dentiste, etc. Ce singe fait partie de cette veine, que Fratin aimait mais qu'il considérait seulement comme une distraction car il ne les présenta jamais au Salon.
 
Pour ma part, je suis assez réservé sur les oeuvres de Christophe Fratin, qui était certainement doué d'un grand talent, comme le prouve par exemple son "Lion dévorant un cheval", ses "Jument et poulain", sa "Jument au baquet" ou encore son "Cavalier en armure", mais ses fauves frisent le ridicule. Ses petits animaux humouristiques, à quelques exceptions près, sont assez sommaires. On dirait que ce sculpteur a un peu dilapidé par jeu ou manque de perséverance son talent, qui lui a pourtant permis de sculpter par exemple "L'éléphante défendant son petit contre un lion", que l'on peut voir au Musée des Beaux-Arts de Lyon.
 
Il reste la question du N à l'envers sur votre bronze. Dans le Dictionnaire des sculpteurs animaliers, du Dr Hachet, la signature de Fratin est reproduite. Et le N est bien à l'envers. Il faut savoir que cette interversion du N était courante jusqu'à une date assez récente.

Singe panier 3.jpg

 
En résumé : ce bronze est bien de Fratin et il a probablement été fondu du vivant de l'artiste, ce qui lui donne de la valeur. Son sujet est amusant. Le singe est un peu sommaire (par exemple sur les bras) mais la tête et les paniers sont bien faits. Il est assez grand.
 
Je n'ai pas trouvé de trace, dans les ventes aux enchères, de ce modèle exactement, mais je n'ai certainement pas tout regardé. En revanche, j'ai trouvé à de nombreuses reprises un singe avec une hotte, un singe assis fumant sa pipe, etc. Ils étaient généralement estimés autour de 2000 Euros. je pense que la marque du fondeur et la taille plus importante de ce modèle pourrait le faire monter à 2500 Euros voire peut-être 3000 Euros.
 
Vous possédez un bronze animalier et vous voulez en connaître la valeur ? Envoyez moi quelques photos très nettes (vue d'ensemble, dessous du socle, signature, marque éventuelle de fondeur) et les dimensions exactes à damiencolcombet@free.fr et je vous répondrai.

20:36 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

23 mars 2012

LA VALEUR D'UN BRONZE (43) : COUPE AU VAUTOUR ET AU RENARD, DE MOIGNIEZ

Monsieur ou Madame A. m'envoie des photos d'une "petite desserte en bronze" ayant les dimensions suivantes et me demande un avis. Elle est signée de Moigniez.

Diamètre du plateau : 27 cm

Hauteur totale 21 cm

Poids 3,280 gr

 

Coupe Moigniez 1.JPG

 

Jules Moigniez est né à Senlis en 1835 et, malade, mit fin à ses jours à St-Martin du Tertre en 1894. Il a modelé de nombreux oiseaux, après des études auprès de l'excellent sculpteur Comolera. Il a régulièrement exposé au Salon entre 1859 et 1892 et eut semble-t-il plus de succès à l'étranger (Grande-Bretagne et Etats-Unis) qu'en France. J'ai déjà parlé de lui dans la note n° 36 à propos du Faisan et de la belette, à cette adresse :
 
 
Je trouve que les bronzes de Moigniez sont généralement trop maniérés : ses animaux n'ont ni la vigueur et la force de ceux de Barye, ni le naturel de ceux d'Isidore Bonheur. Je lis à peu près le même avis dans le Dictionnaire des bronzes du XIXème, de Pierre Kjellberg : "Les qualités plastiques des oeuvres de Moigniez ne le classent pas parmi les meilleurs artistes du genre et l'on peut lui reprocher un excès de détail dû à une ciselure souvent trop fignolée, excès racheté, il est vrai, par une certaine élégance des attitudes".

Coupe Moigniez 5.JPG

 
La coupe de notre internaute est très jolie : le vautour est tout à fait réussi, le renard est amusant et le plateau, orné de chamois, lapins et rapaces, est finement ciselé. La signature est curieuse car le nom de Moigniez est généralement en écriture cursive. Il semble ajouté postérieurement. Néanmoins, la coupe n'a pas l'air d'être une copie.

Coupe Moigniez 2.jpg

Pour estimer une oeuvre, je fais généralement appel à mon intuition et mon expérience, puis je consulte des catalogues de ventes aux enchères ou les résultats de ces ventes. Dans la plupart des cas, mon intuition se trouve confortée par mes recherches. Curieusement, ça n'a pas été le cas avec cette coupe.

Coupe Moigniez 4.jpg

 
La qualité de la signature - Moigniez est un sculpteur reconnu - l'originalité de la composition, la qualité de la ciselure m'auraient fait estimer cet objet d'art autour de 1000 Euros, voire plus. En réalité, je note que la même coupe a été adjugée le 5 déc. 2011 à Bruxelles au prix de 300 Euros. Le 19 février 2012, à St-Germain-en-Laye - où elle avait pourtant été vendue 1000 en avril 2007 - elle a été estimée 300 à 400 Euros mais n'a pas trouvé preneur. Une autre coupe encore, plus haute mais plus simple, était estimée en 2009 autour de 90 à 120 Euros.
 
Ainsi, les objets d'art de Moigniez - comme ceux de Cain, donc - sont cotés à un niveau faible.

Coupe Moigniez 6.jpg

 
D'où cela peut-il venir ? D'une part, Moigniez a une cote beaucoup plus basse que Barye, Mêne, Frémiet, Isidore Bonheur, etc. Je me souviens d'une belle galerie spécialisée à Paris qui me disait : "Si vous avez des petits moyens, achetez un Moigniez, car ce n'est pas cher" !. D'autre part, le sujet du vautour est souvent peu apprécié. Enfin, il semble que la mode des objets d'art plus ou moins utilitaires en bronze soit totalement passée, probablement parce qu'ils sont plus difficiles à placer dans un intérieur qu'un bronze que l'on mettra sur une cheminée ou dans une étagère.

Coupe Moigniez 3.jpg

 
Il faut donc admettre que cette coupe a une valeur de l'ordre d'environ 300 Euros selon moi, estimation que je trouve néanmoins... tristement basse.

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

19 mars 2012

DE NOUVEAUX LIVRES SUR LA SCULPTURE ANIMALIERE

Le temps passant, j'ai un peu laissé dans l'oubli une rubrique de ce site qui inventorie les publications relatives à la sculpture animalière. J'ai donc rattrapé mon retard et mis dans l'album photos de nombreux livres, catalogues, revues sur ce thème. Cet album, intitulé "LES LIVRES" et qui présente maintenant plus de 30 publications, est visible en bas à droite de ce site.

Vous y retrouverez notamment, parmi les plus récents :

P1060652.JPG

Une biograpie très complète et très émouvante d'Emmanuel Frémiet, écrite par Philipe Fauré-Frémiet (Gabriel Fauré était le gendre de Frémiet), à laquelle je consacrerai bientôt une note.

P1060663.JPG

Une somme monumentale sur Rosa Bonheur, écrite au début du siècle par Anna Klumpke, qui, unie à Rosa par une belle et profonde amitié, partagea avec elle une grande partie de son existence. C'est Marie Borin, biographe de Rosa Bonheur, qui m'a procuré ce rare et beau livre.

P1060646.JPG

Un amusant petit livre qui constitue un bon résumé de la vie d'Antoine-Louis Barye.

P1060658.JPG

Un bel album édité par la Gallery Dieleman (Belgique) présentant les grands noms des sculpteurs animaliers ayant travaillé sur le thème du cheval.

Et bien d'autres livres encore.

Si vous avez connaissance de publications sur ce thème qui ne seraient pas dans l'album-photo, n'hésitez pas à m'en faire part.

20:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

15 mars 2012

ALLEZ AUSSI FAIRE UN TOUR AU MUSEE D'ORSAY !

Après ma recommandation, il y a quelques jours, d'aller visiter l'aile Richelieu du Louvre, je vous incite également à vous rendre a Musée d'Orsay à Paris pour admirer quelques oeuvres des grands sculpteurs du XIXème siècle.

Comme il est interdit de prendre des photos à l'intérieur du Musée, même sans flash, je ne peux illustrer cette note qu'avec quelques images des oeuvres monumentales situées sur l'esplanade du Musée ou dans le beau jardin des Tuileries.

IMG00163.jpg

Devant l'entrée d'Orsay, on peut admirer le "Rhinocéros indien" de Jacquemart, le "Cheval à la herse" de Rouillard et "l'Eléphant pris au piège" d'Emmanuel Frémiet.

IMG00166.jpg

Il est amusant de noter que dans la réduction de cette dernière pièce, Frémiet a fait plusieurs modifications : la lourde roue et le babouin ont disparu, et c'est désormais la patte arrière qui est retenue.

IMG00167.jpg

Une rangée de grandes statues féminines représente également les différentes parties du monde et j'ai eu la surprise d'y voir, aux côtés de l'Océanie, un amusant kangourou, ce qui est bien rare dans la sculpture de cette époque.

IMG00169.jpg

Aux Tuileries, près de la rue de Rivoli, deux impressionnantes scènes de Cain (le gendre de Pierre-Jules Mêne) : "Rhinocéros indien attaqué par deux tigres" et "Lion et lionne se disputant un sanglier". J'avoue que ces deux grandes pièces, dont je ne me souvenais plus bien, m'ont réconcilié avec Cain, à qui j'ai souvent reproché l'air pompeux de certains de ses animaux.

IMG00173.jpg

A l'entrée du Musée, on est accueilli par une autre pièce monumentale (3,60 m de haut !), qui laisse une impression terrible : elle représente Gérôme, peintre et sculpteur de très grand talent, sculptant un combat de deux gladiateurs. Un examen attentif de la pièce laisse confondu par le génie de l'artiste. Le mirmillon, vainqueur du rétiaire, a dû livrer un combat acharné car une partie du filet du vaincu est restée accrochée à sa ceinture, prise dans un fermoir en forme de poisson, le reste du filet ayant visiblement été tranché d'un coup de glaive et gisant à terre, avec la fourche du rétiaire. Le vainqueur, attendant de la tribune d'honneur un signe pour l'exécuter ou le grâcier, a posé son pied sur le vaincu qui, paniqué, lève trois doigts et réclame la clémence. Le mirmillon porte un bouclier recouvert d'une peau de crocodile.

Ce grand bronze est de Jean-Léon Gérôme lui-même pour la scène de combat et d'Aymé Morot pour Gérôme, que l'on voit travailler la ceinture d'un des gladiateurs. A noter que le combat est directement inspiré du tableau de Gérôme "Pollice verso".

On pense ici à une scène du même ordre, visible dans le jardin du Muséeum d'histoire naturelle à Paris, représentant Frémiet qui sculpte l'une de ses oeuvres, le combat de l'ours et du dénicheur d'oursons.

IMG00165.jpg

Si l'on aime les bronzes du XIXème et en particulier les grands sculpteurs animaliers, la visite du Musée d'Orsay provoque une sorte de fièvre et d'euphorie : on y admire en réalité, et non plus seulement en images, de nombreux chefs d'oeuvre de Frémiet, Barye, Bugatti, Gardet, Riché... Impossible de les énumérer toutes mais il faut voir :

- La première version de la Jeanne d'Arc de Frémiet, celle qui fut remplacée par l'actuelle place des Pyramides (j'aurai bientôt l'occasion d'expliquer l'histoire incroyable de ce remplacement). De Frémiet également, le Chevalier errant.

- Un très étonnant meuble comprenant de nombreux bas-relief de Frémiet, dont un grand "Triomphe de Mérovée", dont il faut admirer les buffles d'Asie.

- Les chasseurs d'alligator, immense bas-relief de Barrias, et "Les chasseurs d'aigles" de Coutan.

- Une version colorée et partiellement émaillée du "Cavalier tartare arrêtant son cheval" de Barye.

- Le combat des panthères, de Riché

- La collection des bronzes de Bugatti

- La vitrine des bronzes de Pompon

et tant d'autres...

Au 1er étage, dans le petit couloir passant au-dessus de la porte d'entrée, une série de terres, moules, cires, plâtres, bronze explique parfaitement le processus de la fonte à la cire perdue et, à côté, celui de la reproduction en marbre des sculptures en bronze.

Une visite passionnante.

IMG00164.jpg

22:22 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

12 mars 2012

LA VALEUR D'UN BRONZE (42) : LE LION DE JACQUEMART

Quelques jours après l'envoi du Groupe de boeufs (cf. note ci-dessous), j'ai reçu de Monsieur Marc S. des photos d'un autre bronze de Jacquemart.

Lion Jacquemart 5.jpg

Ayant rédigé une longue note sur les boeufs, je vais être plus bref à propos de ce fauve, mais je souhaitais le montrer car il absolument magnifique.

Presque tous les sculpteurs du XIXème et du début XXème ont réalisé au moins un lion : de Barye à Delabrierre, de Cain à Fratin, de Valton à Bugatti, cet animal semble les avoir tous fascinés par sa force, sa sauvagerie ou l'expression de noblesse. Quelques exceptions, toutefois, et non des moindres : Pierre-Jules Mêne - qui auraient néanmoins réalisé un "Lion de Haute-Nubie" dont on n'a jamais retrouvé trace - et Emmanuel Frémiet, qui préférait apparemment les ours.

Lion Jacquemart 6.jpg

Les lions ont été reproduits avec plus ou moins de bonheur. Ceux de Delabrierre et Cain sont un peu trop fiers et pompiers, ceux de Fratin sont ébouriffés et ne ressemblent pas vraiment à des lions, ceux de Barye sont presque tous très beaux, à l'exception du "Lion n°3" dont la parfaite mise en pli montre qu'il sort visiblement de chez le coiffeur... Bien souvent, ces lions sont trop musclés, comme si ces fauves pratiquaient la musculation dans des salles de sport, ou bien ils sont curieusement bossus.

Lion Jacquemart 1.jpg

Or il n'en est rien avec ce lion de Henri Alfred Jacquemart (1824-1896). Au Jardin de Plantes à Paris, on peut admirer un autre de ses lions dans une attitude extrêmement naturelle : pattes avant légèrement fléchies, il hume le sol. Ici, l'animal est plus statique, dans une pose moins originale, mais du coup il paraît plus sobre que beaucoup. La crinière n'est pas exagérément abondante, ni parfaitement peignée, et la musculature de la bête reste dans des proportions raisonnables. Levant un peu la tête comme s'il prenait le vent, il semble en alerte sans prendre la pose pour l'éternité ! On note également qu'il possède un corps assez long, comme il se doit. Beaucoup de sculpteurs en ont fait un animal court et trapu, ce qui est une erreur. 

Lion Jacquemart 2.jpg

Jacquemart a réalisé une lionne dans une attitude très proche, qui fait donc le pendant. Elle mesure 30 cm de long alors que le lion de notre internaute fait 33 cm. Elle a été adjugée 5000 Euros à St-Germain-en-Laye le 1er juillet 2007.

Elle était certes très belle, mais ce prix me semble toutefois un peu trop élevé. Il y a peut-être une explication à cela : elle semble la très exacte copie d'un exemplaire mis en vente chez Sotheby's à Londres en novembre 2006 et qui n'a pas été vendue. Or le catalogue précisait qu'il s'agissait d'un chef-modèle. Il n'est pas impossible que cette pièce d'exception ait en fait traversé la Manche pour être reproposée à Paris.

Lion Jacquemart 4.jpg

Le lion de Monsieur Marc S. a peut-être un aussi beau pedigree que la lionne, mais ce serait étonnant. S'il s'agit d'une bonne fonte mais pas d'un chef-modèle, je pense que ce lion pourrait être estimé autour de 3000 Euros, ce qui est déjà élevé pour une signature certes de qualité mais qui n'est pas Barye.

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)