Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 avril 2012

LA VIE DE FREMIET (2)

Suite de la note ci-dessous "La vie de Frémiet (1)"

Il serait trop long de retracer ici toutes les étapes de la vie d'Emmanuel Frémiet (1824-1910). La précédente note retrace son enfance : je m'attacherai simplement ici à quelques épisodes remarquables.

Deux oeuvres majeures de Frémiet marquèrent les esprits du XIXème et constituèrent des étapes importantes dans la carrière du sculpteur : Le combat de l'ours et de l'homme, et Le gorille femelle emportant une négresse.

La première scène fut travaillée et retravaillée encore, changeant parfois de nom. On en connaît une version sous le nom du Dénicheur d'ourson. La première version date de 1850 (Frémiet a alors 26 ans) et il y en eut 6 autres ! Parfois le chasseur est déjà mort entre les bras colossaux du fauve, parfois il lutte encore ; les oursons sont soit vivants et cachés derrière leur mère, soit tués et pendent à la ceinture de l'homme. Cette oeuvre connut un succès considérable et valut une deuxième Médaille au sculpteur.

 

IMG00167.jpg


Le combat du gorille et de la femme fut également réalisé en plusieurs versions. Dans la première, réalisée en 1859, le singe - qui semble être un curieux croisement de gorille et de chimpanzé - s'enfuit en courant, tenant par la taille le corps d'une femme inanimée ou morte dont les pieds traînent par terre. Cette oeuvre fit scandale car on y vit l'expression de fantasmes inavouables sur les rapports entre femme et singe (une femelle pourtant). Théophile Gauthier prit farouchement parti pour le sculpteur. La pièce, soumise au Salon, fut refusée et faillit être retournée à l'auteur. Le comte de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-Arts et protecteur de Frémiet, obtint qu'elle soit simplement dissimulée derrière un rideau, dans un débarras. Mais la foule la chercha et souleva le rideau !

Nadar, ami de l'artiste, se moqua du jury en décrivant ainsi le gorille : "Il emporte dans les bois une petite dame pour la manger. M.Frémiet n'ayant pu dire à quelle sauce, le jury a saisi ce prétexte pour refuser cette oeuvre intéressante".

A l'issue de cette exposition, le groupe en plâtre fut entreposé dans un des ateliers de Frémiet. L'auteur du livre raconte ce qui arriva à l'artiste :

"Un matin, il trouva son oeuvre en miettes, brisée à coups de pioche. La veille, il avait eu une vive altercation avec des ouvriers travaillant dans le chantier voisin. La vengeance était évidente, mais Frémiet refusa de porter plainte, il vit là comme un avertissement, comme un signe que l'oeuvre n'était pas encore ce qu'elle devait être et qu'il fallait faire mieux."

Frémiet refit donc cette scène en 1887, mais cette fois le gorille est percé d'une flèche, il tient une pierre  dans sa main et la femme n'est pas inanimée : elle essaie de se défaire de la terrible emprise du singe. L'oeuvre fut accueillie avec enthousiasme et obtint la Médaille d'honneur.

 

IMG00166.jpg

Comme presque tous les artistes de son époque, Frémiet participa aux travaux du Louvre et réalisa également les Chevaux ailés du pont Alexandre III. Il avait pourtant une grande aversion pour les architectes, ce qu'illustre bien l'anecdote suivante : "Se tournant un jour, à l'Institut, vers un de ses confrères qui plaisantait assez grossièrement, il lui dit mi-railleur mi-féroce : "Alors, il ne vous suffit pas d'être architecte, il faut encore que vous soyez mal élevé ?.."

C'est que Frémiet rêve de simplicité, de nudité autour de ses oeuvres, qui selon lui ne devraient pas se trouver enchâssées, étouffées par l'architecture environnante.

Dans son ouvrage, Ph.Fauré-Frémiet évoque longuement une curieuse histoire qui rend parfaitement compte du souci du détail, du perfectionnisme de Frémiet et de sa volonté irrépressible d'être au service de l'art et de la nature.

Frémiet reçut commande d'une grande Jeanne d'Arc, à placer à Paris. Il entame alors une réflexion autour de la sainte et de son cheval que l'auteur raconte à sa manière :

"En chair ou en bronze, il s'agit d'une femme - d'une jeune fille - vraisemblablement de taille moyenne, juchée, en toute maîtrise, sur un cheval de bataille énorme. Le réel, sans nul effort romantique, offre un contraste d'épopée. Il est certain que le génie et la mission de Jeanne n'ont aucun rapport avec sa taille. Géante, elle étonnerait à contresens. Ce qui est admirable, c'est qu'elle fut une fille de simple apparrence et de taille ordinaire équilibrée au moral comme au physique. Voilà qui isole, purifie, glorifie, et son génie et son état d'illumination. Cette combattante, venue des champs, demande un cheval : "Monseigneur, donnez-moi un cheval" dit-elle à Baudricourt. Il serait surprenant que Baudricourt lui offrît un cheval de course. Le seul cheval qui vaille est celui qui peut, tour à tour, faire guerre et labour. Jeanne le connaît ; elle en fera son docile serviteur mieux que d'un exécrable cheval distingué, d'autant plus qu'elle a un pouvoir de domination extrardinaire sur toute force physique. Jeanne ira donc, frêle comme une femme, sur un grand cheval de combat. [...].

Or ses proportions de femme exigent que les pieds, jambes tendues - la selle d'arme est, relativement, assez haute - ne dépassent pas le ventre du cheval et demeurent au-dessus de son niveau.

Frémiet tient également à faire de Jeanne ni une exaltée, ni une femme en prière. Pour lui, elle est habitée par sa vision mais elle en est au temps de l'action, dans la confiance. Il veut donc qu'elle ait l'air "normale".

 

P1060720.JPG

Jeanne d'Arc est donc installée place des Pyramides en 1874. La princesse Mathilde félicite le sculpteur : "Bravo, soyez satisfait de votre Jeanne d'Arc, les sots seuls la critiqueront." Hélas, les sots furent nombreux et se déchaînèrent... Selon eux, rien ne manifestant visiblement la mission de la Pucelle d'Orléans, ni sa haute stature, ni son air de piété ou de "folie mystique", on en vint à déclarer que Frémiet avait bafoué l'héroïne nationale. On lui dit que sa Jeanne a l'air d'un gamin, ou même d'un gavroche.

Tant et si bien que Frémiet en vient à douter : il se dit que la place où elle est installée manque de dégagement, que Jeanne d'Arc ne peut lui appartenir donc que son image doit être conforme à ce qu'en attendent les Parisiens, même s'ils ont tort. Le sculpteur décide alors de refaire une nouvelle Jeanne d'Arc, dont le corps passe de 1m73 à 1m96 et qui monte un cheval moins massif. On peut voir la maquette de la 1ère version au Musée d'Orsay : les différences sont assez subtiles !

Frémiet fait donc fondre la 2ème version et la donne à Nancy. Il voudrait remplacer la 1ère version par celle-ci mais ni l'Etat ni la Ville de Paris ne pourraient financer ce nouvel exemplaire. Une importante commande arrive alors des Etats-Unis : Frémiet la réalise et consacre l'argent ainsi gagné à faire fondre, à ses propres frais, un nouvel exemplaire de la 2ème version, ce qui dut représenter une somme colossale pour le pauvre artiste qui n'était pas riche. Il devient alors obsédé par la nécessité d'installer cette nouvelle Jeanne d'Arc à la place de l'ancienne, mais l'Administration s'opposerait à ces frais. Il la garde donc en réserve.

Or, en 1900, lors du creusement du métro sous la rue de Rivoli, le sol s'effondre un peu et Jeanne d'Arc s'incline un peu. Il faut l'enlever d'urgence et consolider ses fondations. Huit jours plus tard, la statue est réinstallée, en patine dorée. Certains trouvent que cette nouvelle patine la changent un peu. Et pour cause : c'est la 2ème version qui, en toute discrétion, a été installée. La précédente est détruite. Frémiet ne veut pas que cela se sache et veut garder le secret jusqu'à sa mort. Mais en 1905, le pot aux roses sera découvert.

Quelle extraordinaire leçon d'humilité, de conscience professionnelle et artistique, de générosité !

 

P1060723.JPG

Je voudrais terminer ces deux notes par un extraordinaire témoignage de cet immense artiste. Philippe Fauré-Frémiet raconte que le 15 août 1910, 25 jours avant sa mort, alors que Frémiet a 86 ans, il se confie à ses proches :

 "Je crois en un Etre formidable, un Maître incompréhensible qui crée la Nature et règle ses lois comme il lui plaît. Or cet Etre, je L'ai senti, je L'ai touché, le L'ai prié toute ma vie.

Quand je préparais ma première communion, à Saint-Eustache, je L'ai connu pour la première fois. J'étais à lui, je me demandais si j'aurais la force d'être un martyr...

C'est dans ma quarantième année surout, dans mes plus terribles luttes pour faire mes grandes statues, que j'ai touché cet Etre. J'étais seul dans mon atelier avec le modèle, toute la journée, éperdu, tendu à me briser pour comprendre et saisir la nature. Il était là, autour de moi. J'étais tremblant de ce contact... Je travaillais sans relâche, cherchant la nuit, par la pensée, à m'élever encore pour l'oeuvre du jour, priant tous les matins et tous les soirs. Je Lui demandais la force de faire mon devoir, de ne pas faiblir dans mon labeur, de ne pas succomber entre tant d'épreuves. Souvent, je recevais des avis admirables. Une pensée me venait à laquelle je sentais devoir obéir. Récemment encore j'ai reçu encore plusieurs conseils. Toujours je l'ai prié...

Un soir dans mon atelier, j'appris soudain par une lettre d'un ami, qu'une de mes plus ferventes prières était exaucée : dans mon élan de reconnaissance, je me trouvai debout, la tête penchée, les bras en croix, étendus ; je murmurais ma foi entière. J'ai sculpté mon Credo  en témoignage."

 

Fremiet - Credo.jpg

En lisant ce magnifique texte, un parallèle s'établit aussitôt avec la foi de Rosa Bonheur telle qu'elle l'exprime très simplement elle-même (source : "Rosa Bonheur - Une artiste à l'aube du féminisme" - Marie Borin - Pygmalion - 2011 - 444 p. - Un livre remarquable qui balaie bien des idées reçues et des élucubrations hâtives sur la fascinante Rosa Bonheur - C'est LE livre à lire sur le sujet) :

"Celui qui se sent ému devant la nature, toute la sagesse de Dieu, éprouve un sentiment de vraie religion. Je crois en la justice de Dieu, soit en ce monde, soit dans l'autre. L'Esprit Créateur n'a pas voulu qu'il nous fût donné avant la mort de connaître le secret de la vie. Il a tenu à nous laisser libres de la diriger chacun selon notre conscience. Nous ne pouvons rien affirmer sans orgueil déplacé ou imposture : l'Esprit Créateur ne peut être ni conçu, ni jugé par notre humanité."

Et Rosa formule de très belles prières, quoique parfois un peu curieuses, inspirées du Notre Père, du Credo ou d'autres :

"Je crois en Dieu, le Père tout puissant, éternel, créateur de tout chose éternelle ; je crois en son Fils bien-aimé, le couple sauveur, Christ androgyne, unique sommet de transformation humaine, sublime manifestation de Dieu vivant qui est en tout ce qui est ; qui a été conçu dans le sein de la glorieuse nature humaine, toujours mère et toujours vierge, qui est né, qui est mort, pour renaître toujours plus parfait, qui est monté vers l'avenir qu'il nous ouvre où seront jugés les vivants et les morts. Je crois au saint amour, Dieu vivifiant toutes choses, à la sainte Eglise où tous sont appelés en corps et en esprit, à la communion de tous les hommes, sanctifiés par le travail saint, car tous seront sauvés ; à la rémission des fautes ; à la vie éternelle".

Que l'on rejoigne ou non Frémiet et R.Bonheur dans leurs convictions, il est en tout cas frappant de voir à quel point leur foi est personnelle et pas du tout extérieure, conventionnelle, imposée par les habitudes de l'époque.

20:39 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Il ne peut y avoir de grand artiste sans que celui-ci ne soit animé d'une grand foi .
Foi en la nature , l'homme ou dieu qu'importe sa croyance tant que celle-ci le dépasse dans son "imagination créatrice" .
Damien Colcombet vous en êtes un de ceux-là .

Écrit par : Hardin Richard | 27 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.