Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juin 2012

NOUVELLE CREATION : LE LÉOPARD ET SA PROIE DANS L'ARBRE

Les plus attentifs à ce site (j'en connais au moins un !) auront remarqué dans les albums photos, à droite, une nouvelle création, un léopard dans un arbre, dont je n'avais pourtant pas parlé jusqu'à présent car il y manquait une pièce : l'antilope tuée par ce fauve.

Voici maintenant la pièce complète, encore en terre :

P1070161.JPG

Nulle part, je n'ai trouvé de bonne explication à l'existence de deux mots, léopard et panthère, pour désigner le même animal. Pour les uns, les léopards sont en Afrique et les panthères en Asie, pour d'autres c'est l'inverse, pour d'autres encore le léopard est le mâle et la panthère la femelle... Aucune de ces théories n'est confirmée.

Le léopard - appelons-le donc ainsi - est un magnifique animal, assez proche de son cousin d'Amérique du sud le jaguar, qui est néanmoins plus massif, possède une tête plus grosse et une queue moins longue (qui plus est souvent raccourcie par les piranhas) et dont les taches sont un peu différentes. Aucun risque, en revanche, de le confondre avec le guépard, très élancé et qui possède des taches caractéristiques sous les yeux, appelées larmiers.

En Afrique, un léopard mâle (comme sur le modèle représenté) mesure 1 mètre à 1,60 mètre auquel il faut ajouter 70 à 80 cm pour la queue. La hauteur au garrot est de 60 à 70 cm et le poids est généralement de 60 kg mais peut atteindre 90 kg. Dans son "Encyclopédie des animaux de grande chasse en Afrique", Pierre Alexandre Fiorenza précise qu'un léopard mesurant 2,20 m, de l'extrémité de la queue ou bout du museau, peut être considéré comme grand et très grand s'il mesure 2,30 m. Le record mondial a été établi par un chasseur au Rwanda avant 1935, avec un animal mesurant 2,92 m !

P1070161 zoom.jpg

La chasse du léopard est considérée comme très dangereuse à cause de l'habileté du fauve mais surtout des énormes risques qu'il fait courir au chasseur si celui-ci l'a blessé : capable de se terrer dans un minuscule fourré, le léopard peut faire des bonds prodigieux sans élan (6 m de long et 3 m de haut) et lorsqu'il charge un chasseur, c'est avec l'intention d'en finir avec lui. Il s'attaque donc au cou sur lequel il s'acharne. Par comparaison, le lion aura tendance à charger, asséner un redoutable coup de patte, puis à repartir très vite.

Léopards et panthères se sont parfois transformés en mangeurs d'hommes, en Afrique et en Asie, avec une incroyable audace et un tableau de chasse terrifiant, comme le raconte par exemple Jim Corbett dans ses mémoires, passionnantes. Habile, silencieux, bon grimpeur, un léopard peut s'introduire en silence dans une case par le toit et enlever un enfant ou une femme en un éclair.

Très musclé, armé à la différence du guépard de griffes rétractiles donc toujours bien aiguisées, de canines puissantes, le léopard est néanmoins beaucoup plus petit que le lion, qui peut mesurer 1,10 m au garrot, et il est généralement solitaire donc démuni face aux troupes de hyènes et de lionnes. Il a donc besoin de mettre à l'abri ses proies dès qu'il les a tuées ; c'est pourquoi il les hisse dans les arbres, où nul hormis les vautours ne pourra s'y servir. Le guépard a les mêmes soucis mais la nature ne l'a pas doté de la musculature et des griffes lui permettant de grimper aux arbres. Un léopard peut hisser une proie de 150 kg soit deux fois son poids, tel un girafon par exemple, à plus de 5 mètres de hauteur, le long d'un tronc pourtant bien vertical.

P1070165.JPG

C'est cette scène que j'ai voulu représenter. Le tronc n'est pas de moi : je l'ai ramassé au parc de la Tête d'or car il avait exactement la forme voulue. Il sera moulé et fondu en bronze comme le reste de la pièce. La proie est un faon de grande antilope, koudou ou éland, ce qui se reconnait à sa taille et aux pattes plus épaisses que celles d'une gazelle (la photo a curieusement tendance à les rendre plus grosses qu'elles ne sont en réalité).

Le corps de cette antilope m'a donné beaucoup de souci. Le corps tordu risquait de conduire à des erreurs morphologiques ; trois des pattes se sont brisées et il a fallu les recoller avec de la barbotine (terre très humide). Une certaine raideur apparaît : c'est normal puisque l'animal est mort, mais certains détails, notamment le contact très étroit avec la branche et la position de la hanche droite, seront corrigés sur le modèle en cire, ce qui ne peut se faire sur la terre.

Le bronze devrait être prêt à la rentrée.

13:52 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

20 juin 2012

"COLLECTIONNEURS"

Bien que peu féru d'art moderne et contemporain - je n'ai appris que tout récemment la distinction entre ces deux termes - j'ai acheté un livre paru récemment dont une bonne critique dans le journal Les Echos annonçait la sortie. Il s'agit de "Collectionneurs" de Anne Martin-Fugier (Actes Sud - Mars 2012 - 300 p. 23,50 Euros).

Voici la présentation de l'ouvrage en 4ème de couverture : 

"Après Galeristes, paru en septembre 2010, Anne-Martin Fugier [Docteur ès lettres] se tourne vers les collectionneurs d'art contemporain, pour les interroger et comprendre leur vocation et leur fonctionnement. A travers quatorze témoignages, Anne-Martin Fugier nous invite à pénétrer dans leur univers".

Parmi ces 14 collectionneurs interrogés, citons Françoise et Jean-Philippe Billarant, Gilles Fuchs, Daniel et Florence Guerlain, Antoine de Galbert (dont j'ai particulièrement apprécié le témoignage sensé), Anne-Marie Charbonneaux...

Les entretiens s'articulent autour des mêmes thèmes : les origines (l'éventuelle éducation des collectionneurs à l'art dans leur enfance, la présence d'oeuvres chez leurs parents, leurs premières acquisitions, etc.), la constitution et la gestion de leur collection (achats, évolution des goûts et des choix, expositions, budget, avenir de leur collections, etc.), les rapports avec les acteurs du monde de l'art (artistes, galeristes, autres collectionneurs, musées, institutions, etc.).

Autant le dire tout de suite, à part quelques noms fréquemment entendus dans la presse ou par la publicité autour d'expositions - Cy Twombly, Zao Wou-Ki, Robert Combas, Wim Delvoye, Jeff Koons, Christian Boltanski, etc. - je ne connais aucun des artistes cités dans ce livre, et quand l'un des collectionneurs interrogés explique qu'il a chez lui "un très beau Marc Devade" ou "une grande toile de Louis Cane", je ne sais absolument pas de quoi il parle.

Et pourtant ce livre est très intéressant car il permet de pénétrer dans la psychologie des collectionneurs d'art contemporain, qui à mon avis est à peu près la même que celles des collectionneurs de meubles ou de tableaux anciens, d'autographes historiques, de livres ou de... bronzes. Il y a certes moins de découvertes et de prises de risques dans ces domaines, mais les origines de la collection, l'ouverture à l'art, les doutes et les joies, le processus d'achat, la question de l'homogénéité de la collection, ou plutôt de sa cohérence, se retrouvent chez la plupart des collectionneurs.

Bien écrit, d'un style agréable, ce livre vous entraîne au son d'une petite musique souvent légère et gaie, parfois un peu angoissée mais de plus en plus prenante au fil du livre, dont on en ressort avec bien des interrogations et réflexions sur la signification d'une collection et - oserais-je le dire ? - avec l'envie de découvrir un peu plus l'art contemporain.

Voici, avec l'aimable autorisation d'Actes Sud, quelques extraits du livre, propices à la réflexion (copyright Actes Sud) :

 

"Chaque fois que j'achète, désormais, j'éprouve un embarras, une souffrance. Après, je me demande : "Comment ai-je pu replonger ?" J'ai l'impression d'avoir fait marche arrière, d'avoir perdu une manche d'un combat avec moi-même. [...] Il y a une part d'insatisfaction après un achat, même si l'oeuvre me plaît beaucoup".

Anne-Marie Chabonneaux

"Nous ne sommes pas là pour aider les artistes. Certains collectionneurs disent cela, ils pensent avoir ce rôle ; pour moi, c'est l'inverse, ce sont les artistes qui nous aident. Il ne faut jamais acheter une pièce pour aider un artiste, c'est un principe essentiel. S'il traverse une période difficile, on peut toujours lui prêter de l'argent. L'artiste est supérieur au collectionneur."

Antoine de Galbert

Gilles Fuchs parle ici de M. de Montaigu, qui l'a initié à l'art : "J'admirais ses collections, il possédait des pièces merveilleuses que je rêverais d'avoir à l'heure actuelle. Comme je m'extasiais, il m'a dit un jour : "Mais vous ne voyez pas tout..." Il m'a emmené dans sa cave et m'a désigné des piles de tableaux : "Ici, ce sont toutes mes erreurs."

Gilles Fuchs

Et enfin, cet extrait de l'auteur elle-même, Anne-Martin Fugier, dans sa conclusion :

"Collectionner, c'est jouer. Ils sont dans l'addiction, sont conscients d'imposer à leurs proches, conjoints ou enfants, leur manie, leur folie. Mais, en même temps, ils revendiquent le droit à dépendance, à s'amuser. Désirer des oeuvres d'art est devenu le moteur de leur existence : "Lorsque j'ai commencé, je n'avais pas l'idée que cela pourrait occuper toute la vie...".

 

"Collectionneurs" de Anne Martin-Fugier (Actes Sud - Mars 2012 - 300 p. 23,50 Euros).

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

14 juin 2012

ENCORE DE NOUVEAUX LIVRES

Voici encore une nouvelle sélection de livres sur l'art animalier et en particulier la sculpture.

Dans l'album photo "LES LIVRES" ci-contre en bas à droite, vous pouvez retrouver un très grand choix d'autres livres.

 

"The animaliers". Je présente ici ce livre parce qu'il est exactement dans le thème de la sculpture animalière mais il représente assez peu d'intérêt, avec sa mise en page vieillote (il date de 1973). J'y ai relevé de nombreuses erreurs, dans le texte et dans les légendes des photos. 

Par exemple : le "Cavalier tartare de Barye" (en photo ci-dessous) n'est autre en réalité que le Cavalier gaulois de Frémiet, les "Deux antilopes de PJ Mêne" sont des chevreuils, des passeraux annoncés comme de la main d'AL Barye ne sont certainement pas de lui, sans compter les approximations et noms incomplets. "L'éléphant du Sénégal courant" de Barye est simplement mentionné comme "Elephant courant", etc.

 

The animaliers - James Mackay - Ward Lock Ltd - London - 1973 - 160 pages

P1070111.JPG

P1070113.JPG


"Un maître imagier - E.Frémiet". Encore un livre qui ne m'a pas donné satisfaction, à double titre. La forme d'abord : sur internet, certains sites de ventes de livres d'occasion proposent des rééditions à la demande de livres épuisés. J'ai donc commandé celui-ci et un autre sur Barye. Les deux sont truffés de fautes d'orthographe (les oe collés semblent poser de nombreux problèmes...), la mise en page est catastrophique, extrêmement indigeste (voir la 2ème photo ci-dessous), les notes de bas de page de l'édition originale se retrouvent en plein milieu du texte et, pire, le début du livre est amputé d'une page remplacée par la mise en garde de l'éditeur sur les éventuelles petites fautes de frappe de cette réédition. Le livre commence donc en plein milieu d'une phrase. Quant au fond, je ne sais pas qui est J. de Biez mais il s'écarte constamment du sujet, possède un style empoulé et très lourd, et finalement ne nous apprend pas grand chose sur Frémiet. A déconseiller absolument. Il faut mille fois préférer le "Frémiet" de Emmanuel Faure-Frémiet dont j'ai déjà parlé ici.

Un maître imagier - E.Frémiet - Jacques de Biez - Réédité par General Books LLC (TM) - Memphis USA

P1070115.JPG

P1070116.JPG

"Untamed". Voici cette fois un magnifique ouvrage en anglais, présentant de très nombreuses photos de grande qualité, avec une mise en page agréable. Y sont présentés non seulement les bronzes mais aussi les peintures de Barye.

UNTAMED - The art of Antoine-Louis Barye - The Walters Art Museum - Baltimore - Prestel - 274 p.

 

P1070120.JPG

P1070121.JPG

P1070122.JPG


"100 sculptures animalières". Il s'agit du catalogue de l'exposition qui se tient actuellement à Boulogne-Billancourt. Un très bel ouvrage montrant les oeuvres de nombreux artistes. On y admirera les sculptures de Pompon, Sandoz, Bugatti, Petersen, Artus, etc. Une partie du catalogue est consacré à des oeuvres modernes, dont bon nombre sont à mon goût assez épouvantables...

100 sculptures animalières Bugatti, Pompon, Giacometti... - Catalogue de l'exposition présentée au Musée des Années Trente de Boulogne-Billancourt du 13 avril au 28 octobre 2012 - Somogy Editions d'art - 2012 - 192 p. 

P1070131.JPG

P1070132.JPG

 

"Beauté animale". Catalogue de la magnifique exposition qui se tient jusqu'au 16 juillet 2012. Les oeuvres sont superbes, la mise en page soignée, les textes très intéressants. Incontournable !

Beauté animale - Catalogue de l'exposition - Grand Palais 21 mars - 16 juillet 2012 - Réunion des Musées nationaux - 2012 - 240 p.

 

P1070133.JPG

P1070134.JPG

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

07 juin 2012

EXPOSITION DE PEINTURE ANIMALIERE DU 7 AU 17 juin 2012

Je vous signale une exposition de peinture animalière contemporaine à Sainte-Foy, a deux pas de Lyon, qui d'après l'affiche - je n'ai pas encore vu l'expo - semble très attirante. Elle se tiendra du 7 au 17 juin (voir les horaires sur l'affiche ci-dessous).

 

expo p. animalière Ste Foy.jpg

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

04 juin 2012

UN ÉVÈNEMENT : LA VENTE POMPON LE 9 JUIN 2012

J'ai reçu il y a quelques jours le catalogue de la vente aux enchères "François Pompon et l'école animalière du XXème siècle" organisée par l'étude Aponem le 9 juin 2012 à Pontoise.

P1070117.JPG

Ce catalogue est superbe et très intéressant : il contient de nombreuses explications et des documents, notamment photographiques, sur Pompon (1855-1933) dont le talent ne se réduit pas, loin de là, au fameux Ours blanc, trop vu.

Pour ceux qui ignorent que Pompon savait parfaitement modeler, avec force détails, les animaux mais aussi les personnages et que l'aspect très stylisé, lisse, de la plupart de ses oeuvres est l'aboutissement d'un long travail commencé au début de sa carrière dans un style très académique, ce catalogue sera une merveilleuse découverte.

P1070118.JPG

La vente aura lieu samedi 9 juin 2012 à 14h. Le catalogue, qui comprend également des bronzes d'autres artistes, peut être consulté à l'adresse suivante : www.aponem.com, mais je conseille vivement de se procurer l'exemplaire papier.

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)