Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 août 2012

EXPOSITION A PARIS A PARTIR DU 17 NOVEMBRE 2012

P1040332 recadré light.JPG

Après celle de Lyon fin 2011, voici la prochaine grande exposition, où seront visibles plusieurs dizaines de mes bronzes :

P1070364.JPG

Paris

Galerie Michel ESTADES

17 place des Vosges

75004 PARIS

A partir du 17 novembre 2012

 

P1070373.JPG

Si vous souhaitez recevoir un carton d'invitation, merci de m'adresser par mail vos coordonnées postales, à damiencolcombet@free.fr

 

P1060434.JPG


20:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

22 août 2012

LA VALEUR D'UN BRONZE (47) : OCELOT EMPORTANT UN HERON, DE BARYE

Monsieur C. de Versailles possède un joli bronze, "une panthère dévorant un échassier" écrit-il, signé Barye et il souhaite avoir des informations et une estimation de sa valeur.

Ce bronze est bien d'Antoine-Louis Barye (1795-1875), dont j'ai souvent parlé sur ce site. Le titre exact de l'oeuvre tel qu'il apparait au numéro 67 dans le catalogue des bronzes de Barye publié vers 1860 est : "Ocelot emportant un héron". Il est alors vendu au prix de 135 francs. Il est précisé que la longueur de la plinthe (le socle) est de 32 cm. Par comparaison, le tout petit lapin est vendu à 3 francs (2 francs sans terrasse), les cerfs (marchant, de Java, axis, du Gange, etc.) autour de 20 francs. On comprend qu'il s'agit d'une des grandes pièces de Barye, parmi les plus chères parmi les animaux, au même rang que "l'élan surpris par un lynx" (les personnages et les candélabres sont généralement d'un prix encore plus élevé).

P1040393.JPG

Selon le "Catalogue raisonné des sculptures de Barye", de MM.Poletti et Richarme (Gallimard), le modèle a été créé en 1839. Dans "La griffe et la dent" (Les dossiers du Musée du Louvre), il est mentionné comme "apparu dans le catalogue Barye 1844".

P1040394.JPG

Barye révèle encore ici son génie non seulement de modelage des animaux mais aussi de la mise en scène. Il n'a jamais quitté Paris et en tout cas n'est jamais allé en Amérique donc cette scène est sortie de son imagination. L'ocelot, parfois confondu avec le serval qui lui est africain, est un petit fauve d'Amérique du sud, pesant une bonne dizaine de kilos et mesurant 1,50 m du museau au bout de la queue. Il s'apprivoise bien : Salvador Dali en possédait un, du nom de Bambou, qu'il emmenait partout.

P1040395.JPG

Notre ocelot a donc attrapé un héron : l'habileté du sculpteur est de montrer la victoire du fauve, rond, ramassé, satisfait, par contraste avec la grandeur déchue du héron si beau en vol mais dont les grandes ailes, les grandes pattes, le grand cou sont désormais épars, inutiles, ridicules. L'ocelot semble sans pitié pour ce monarque réduit à l'état de simple proie mais le fauve est encore tendu par la bataille qui a dû faire rage, à grands coups de bec et de griffes, de plumes envolées. C'est le romantisme de la nature sauvage et sans pitié qui ressort ici.

P1040396.JPG

Monsieur C. donne les dimensions suivantes pour son bronze : 31,5 cm x 13,8 cm pour la terrasse. Le "Catalogue raisonné" donne plutôt 31,7 cm x 14,3 cm et dans "La griffe et la dent", on trouve 31,3 cm x 16,1 cm.

D'où viennent de tels écarts, trop importants pour être simplement le résultat d'une erreur de mesure ou des différentes fontes du même modèle ?

Dans "La griffe et la dent", ce ne sont pas les dimensions de la terrasse qui sont données, mais celles du bronze dans sa plus grande largeur, c'est à dire d'une aile du héron à l'autre. A ma demande, Monsieur C. a remesuré son bronze et il arrive exactement au résultat espéré : 16,1 cm de large (les 0,2 cm d'écart sur la longueur, soit 0,6%, n'ont pas d'importance sur un bronze de cette taille).

L'écart avec le "Catalogue raisonné", qui précise bien que ses mesures sont celles de la terrasse, a une autre explication, semble-t-il : ce bronze a été créé en deux versions, l'une avec une terrasse fine puis une autre avec une terrasse épaisse. Le Catalogue raisonné donne les dimensions du premier modèle et notre collectionneur possède l'un des exemplaires du second modèle. On notera que lors de la très belle vente Fabius en octobre 2011, c'est un exemplaire de cette version qui a été vendu par Sotheby's.

P1040398.JPG

On retrouve ce héron à terre dans une autre oeuvre de Barye : l'aigle tenant un héron. C'est exactement le même oiseau, dans la même position, au-dessus duquel l'artiste a placé un grand aigle aux ailes déployées (en deux versions légèrement différentes). 

P1040401.JPG

Outre la signature BARYE soulignée d'un trait, le bronze de Monsieur C. porte deux indications importantes : d'une part la marque du "F.BARBEDIENNE Fondeur", d'autre part le dessous du socle, avec le montage en plusieurs parties assemblées à vis, les deux barres, un numéro à l'encre (1080). Tout ceci indique évidemment une bonne fonte de Ferdinand Barbedienne de fin XIXème. La mention "Paris" sur la marque du fondeur aurait daté la fonte du XXème, ce qui est beaucoup moins apprécié. Notre amateur a également relevé une lettre "i" gravée sous le bronze et sur chacun des deux montants. Il s'agit probablement d'une indication pour le montage des différents morceaux de la pièce.

P1040402.JPG

Quelle estimation pour ce beau bronze ? Curieusement, les résultats de ventes aux enchères donnent des chiffres très disparates. Mettons de côté les 15000 Euros de la vente Fabius en 2011, le bronze vendu présentant une ciselure exceptionnelle. On trouve par ailleurs :

- Drouot juillet 2006 : estimé 1500 à 1800 Euros mais invendu, ce qui est très étonnant (la pièce présentait-elle des défauts ?)

- New York Christie's avril 2003 : adjugé l'équivalent de 18 800 Euros frais compris, donc plus qu'à la très belle vente Fabius de 2011. Les photos montrent une ciselure identique à la pièce de notre collectionneur.

- Rambouillet mars 1995 : adjugé l'équivalent de 3 400 Euros

- Londres mai 1991 : adjugé l'équivalent de 4700 Euros

Par comparaison avec des estimations récentes d'une pièce proche, l'aigle et le héron, je pense que ce très beau sujet pourrait être estimé autour de 3000 à 4000 Euros.

P1040394 zoom.jpg

20:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

10 août 2012

LA VALEUR D'UN BRONZE (46) : LE SINGE ET LE CHAT, D'ISIDORE BONHEUR

Voici aujourd'hui un très amusant petit bronze signé Isidore Bonheur. Il représente une scène de cuisine, un chat tendant sa patte vers le feu qui couve sous la marmite tandis qu'un singe, assis sur une casserole retournée, la taille prise dans un collier, grignote quelque chose. Le carrelage de la cuisine est bien dessiné, avec ses tommettes hexagonales.

Il mesure 16,7 cm de long, 8,8 cm de large et 9,5 cm de haut

P1070404.JPG

Isidore Bonheur, frère de Rosa et de Juliette Bonheur, beau-frère de Peyrol (qui fit fondre en bronze bon nombre des créations familiales) a réalisé de superbes sujets, en particulier des chevaux, taureaux et moutons, mais aussi des animaux plus rares : yack, bison, etc.

Ce petit bronze fait penser aux pyrogènes, sortes de vide-poche où l'on mettait autrefois les allumettes. Fratin en créa un grand nombre, fait de singes ou d'ours portant une hotte ou un panier.

P1070405.JPG

Il est possible que la marmite, creuse, fasse effectivement office de pyrogène, mais en réalité cette scène est l'illustration d'une fable de La Fontaine :

 

LE SINGE ET LE CHAT 

Bertrand avec Raton, l'un Singe et l'autre Chat, 
Commensaux d'un logis, avaient un commun Maître. 
D'animaux malfaisants c'était un très bon plat ; 
Ils n'y craignaient tous deux aucun, quel qu'il pût être. 
Trouvait-on quelque chose au logis de gâté, 
L'on ne s'en prenait point aux gens du voisinage. 
Bertrand dérobait tout ; Raton de son côté 
Etait moins attentif aux souris qu'au fromage. 
Un jour au coin du feu nos deux maîtres fripons 
Regardaient rôtir des marrons. 
Les escroquer était une très bonne affaire : 
Nos galants y voyaient double profit à faire, 
Leur bien premièrement, et puis le mal d'autrui. 
Bertrand dit à Raton : Frère, il faut aujourd'hui 
Que tu fasses un coup de maître. 
Tire-moi ces marrons. Si Dieu m'avait fait naître 
Propre à tirer marrons du feu, 
Certes marrons verraient beau jeu. 
Aussitôt fait que dit : Raton avec sa patte, 
D'une manière délicate, 
Ecarte un peu la cendre, et retire les doigts, 
Puis les reporte à plusieurs fois ; 
Tire un marron, puis deux, et puis trois en escroque. 
Et cependant Bertrand les croque. 
Une servante vient : adieu mes gens. Raton 
N'était pas content, ce dit-on. 
Aussi ne le sont pas la plupart de ces Princes 
Qui, flattés d'un pareil emploi, 
Vont s'échauder en des Provinces 
Pour le profit de quelque Roi. 

P1070407.JPG

On s'étonnera peut-être de ce qu'un chat puisse s'appeler "Raton" mais après tout, pourquoi pas. Le plus intéressant dans cette affaire est que cette fable permet de retrouver le sens véritable de l'expression "Tirer les marrons du feu". Aujourd'hui, on l'entend à peu près comme : "profiter gratuitement du travail préparatoire d'autrui". Autrefois pourtant - et cette expression existait avant La Fontaine - elle signifiait plutôt : "travailler pour le compte d'autrui et n'en tirer aucun profit". C'est bien ce qui arrive à Raton, que le malin Bertrand fait travailler mais qui ne parviendra pas à manger un seul marron, le singe les croquant au fur et à mesure qu'ils sortent de la braise. La morale renvoie d'ailleurs bien aux seigneurs et capitaines que le roi envoie à la guerre mais qu'il ne récompensera pas de leurs efforts.

J'aime beaucoup cette phrase de la fable :

Nos galants y voyaient double profit à faire, 

Leur bien premièrement, et puis le mal d'autrui. 

En quelques mots, La Fontaine dessine parfaitement la mentalité des deux pirates, complices dans les mauvais coups qu'ils imaginent sans cesse.

P1070409.JPG

Ce bronze ne porte pas de marque de fondeur mais il s'agit assurément d'une fonte ancienne. Il est apparu en vente à Paris à plusieurs reprises, à des prix élevés pour une pièce de cette taille : par exemple, en 2008, mis en vente par l'étude Coutau-Bégarie et estimé  1200 à 1300 Euros, il a été adjugé à 1800 Euros. Je pense que la valeur de cette pièce devrait plutôt tourner autour de 700 à 800 Euros, mais il faut bien reconnaître qu'elle semble très recherchée.

20:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)