Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 octobre 2012

NOUVELLE CRÉATION : LE MANDRILL

Pour fêter la rentrée, un nouveau singe : le Mandrill. Après plusieurs essais infructueux ces derniers mois, j'ai enfin - je crois - réussi à apprivoiser ce singe difficile.

P1080358.JPG

Le mandrill (Mandrillus sphinx) est un cercopithecidé proche parent des babouins, qui vit dans les forêts et les plaines du Cameroun et du Gabon. Le mâle est un animal puissant, mesurant jusqu'à 80 cm de long, 60 cm au garrot et pouvant peser plus de 35 kg. Les mandrills ont les pattes postérieures et antérieures quasiment de la même longueur ; les cuisses sont relativement fines. La femelle est plus petite et moins colorée que le mâle. Celui-ci possède un pelage gris-marron-vert, une gosse tête couronnée de longs poils, une barbiche, des callosités fessières colorées et surtout des bourrelets osseux sur le visage. Ces bourrelets prennent chez les grands mâles, en particulier les dominants, une coloration d'un bleu intense qui tranche fortement sur le rouge vif du nez et de la lèvre supérieure.

Le rôle de ces couleurs serait, pour le visage, d'impressionner les autres singes, de leur indiquer le rang social du mâle - il perd rapidement ces attributs lorsqu'il est contraint de dégringoler dans l'échelle sociale -  et pour le postérieur de servir de "phare" pour les suivants lors des déplacements en forêt.

Les mandrills forment des bandes parfois gigantesques de plusieurs centaines d'individus. Les jeunes et les femelles peuvent être la proie des léopards mais ces derniers craignent la solidarité du groupe et surtout les mâles, dont la partie visible des canines peut dépasser 6 cm de long.

P1080340 - Copie.JPG

Ce singe est en voie de disparition - encore un ! - victime de la déforestation et de la guerre que lui mènent les agriculteurs, qui n'apprécient pas du tout les razzias que font ces animaux dans leurs cultures. On imagine en effet la catastrophe pour les villageois lorsque leur petit arpent de terre, disputé à la forêt et dont la récolte permet de tenir plusieurs mois, se trouve ravagé par deux ou trois cents mandrills à qui rien n'échappe.

Le mandrill est impressionnant : avec son corps ramassé, épais, au physique de lutteur, sa face colorée et surtout ses petits yeux intelligents profondément enfoncés sous l'arcade sourcillière, il fait peur. Je ne prête guère de sentiments humains aux animaux, mais le mandrill m'a toujours semblé très méchant. A tort, car en captivité il est assez facile (on peut en voir notamment au zoo de St-Martin-La-Plaine, entre Lyon et  Saint-Etienne).

P1080338 - Copie.JPG

Les singes sont assez troublants à cause de leurs quatre mains. Le mandrill a de très longs pieds, étroits et plats, avec bien sûr un pouce opposable. Il a au contraire des mains courtes, épaisses. Il faut noter qu'à la différence des gorilles, il ne marche pas sur les poings, en repliant la main, ni sur le plat de la main comme d'autres singes, mais sur les doigts : il ne pose pas la paume.

Je crois que comme pour le casoar, le modèle en bronze de ce mandrill sera coloré : la face sera rouge et bleue. Pour le postérieur, on verra...

20:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bonjour,

J'ai retrouvé dans mon grenier une statut en bronze et je voulais avoir une estimation du prix, j'ai essayé de vous envoyer un mail mais l'adresse est apparement erronée !!

Merci d'avance

Écrit par : Estelle B | 10 octobre 2012

Oups ! Eh bien je n'aimerais pas me retrouver en face ! Merci Damien pour toutes tes explications !

Écrit par : Anne Hecdoth | 10 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.