Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 novembre 2012

NOUVELLE CRÉATION : LE BLAIREAU ET LES CHAMPIGNONS

Voici les photos d'un nouveau membre de mon bestiaire : le blaireau d'Eurasie (Meles meles).

Il existe plusieurs espèces de blaireau : le blaireau-cochon, qui vit en Asie et dont le museau ressemble à un groin, le blaireau d'Amérique, plus petit mais proche du nôtre, le mélogale d'Asie, qui a l'allure d'un furet, le blaireau-skunks, qui vit aux Philipines et que l'on confond souvent avec la moufette rayée.

Tous ces blaireaux font partie de la grande famille des Mustélidés, qui comprend aussi la belette et l'hermine, le putois, le vison, la fouine, la martre, le glouton et le ratel, les loutres...

P1080383.JPG

Le blaireau est commun en France mais on le voit peu car il est nocturne, se cachant le jour dans des terriers compliqués, dont il change régulièrement la litière d'herbes et de mousse et qu'il partage volontiers avec d'autres animaux. C'est l'un des rares mustélidés à vivre en (petit) groupe.

Mesurant 60 à 90 cm de long pour un poids d'une dizaine de kilos, le blaireau ressemble un peu à un petit ours bas sur pattes. Il a une tête pointue rayée de noir et blanc, des pattes courtes et puissantes armées de 5 griffes, une petite queue et un pelage épais. Il possède un excellent odorat mais une mauvaise vue.

Mon modèle en terre est à la fonderie et, sur la cire, j'ai retravaillé les pattes, désormais plus fines.

En faisant sa promenade, notre animal a trouvé des champignons : on reconnaît aisément les Amanites tue-mouches ou fausses oronges (Amanita muscaria) à leur volve, leur anneau et surtout aux taches blanches sur leur chapeau rouge. Mais finalement, le rouge ne se voyant pas, ce pourrait bien être des amanites panthères (Amanita pantherina), identiques mais d'une jolie couleur fauve.

P1080379.JPG

Ces champignons, qui mesurent jusqu'à 20 cm de haut, sont vénéneux (et non venimeux, comme on l'entend parfois !) mais non mortels, à la différence des amanites phalloïdes, printanières et vireuses. Pourtant le blaireau, qui se nourrit essentiellement de vers, insectes, baies et petits animaux, ne craint pas de croquer les belles amanites tue-mouches, qu'il semble bien digérer.

20:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.