Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mars 2013

L'ARCHE DE BABYLONE (LE ZOO DE BAGDAD)

Voici un livre passionnant dont je vous conseille la lecture, et pas seulement si vous aimez les animaux et les zoos :

Arche de Babylone.jpg

Comme l'indique le sous-titre, c'est le récit du sauvetage du zoo de Bagdad en 2003 à l'initiative d'un Sud-Africain, Lawrence Anthony. Voici la fiche de présentation sur le site des "Editions Les 3 Génies" : 

Tous les amoureux des animaux et de l’aventure ne pourront qu’être conquis par le récit captivant et véridique du sauvetage du zoo de Bagdad, au milieu du chaos, des dangers et de l’incertitude d’une ville en guerre. Refusant que les lions, ours et autres pensionnaires du zoo de Bagdad soient les victimes des guerres humaines, Lawrence Anthony s’est engagée dans une mission qui l’amène, entre chars Abrahams et tirs de soldats irakiens, à faire travailler ensemble irakiens et américains au nom du respect et de l’amour des animaux. C’est avec bonheur que l’on découvre comment furent sauvés de la boucherie les derniers purs sangs arabes de Saddam et avec jubilation que l’on prend part à la traversée de Bagdad en guerre par des autruches, un dromadaire et des ours, sous le regard amusé de la population et des soldats. Au final, ce livre constitue un témoignage d’amour pour les animaux et d’humanité qui ne pourra que rendre profondément optimiste, quel que soit son âge.

LE LIVRE

Quand la guerre d’Irak a commencé, Lawrence Anthony, défenseur de la nature, était hanté par une pensée : quel serait le destin du zoo de Bagdad, pris entre deux feux au centre de la ville ? Il décida de s’y rendre alors même que les combats continuaient. Lorsqu’il arriva sur place, ses pires craintes se vérifièrent. La violence des combats et le pillage incontrôlé avaient causé la mort d’un grand nombre d’animaux.

Fort heureusement, il y avait des survivants. Même au plus fort de la bataille, des soldats américains avaient pris le temps de s’en occuper et quelques employés du zoo étaient revenus travailler malgré les fusillades incessantes. Ensemble et en dépit de la méfiance et des préjugés de tous bords, Américains et Irakiens s’organisèrent pour maintenir en vie les animaux qui avaient échappé aux bombes et aux pillards.

L’Arche de Babylone est la chronique d’un zoo détruit par le chaos et transformé en un parc paisible grâce aux efforts considérables d’un homme dont l’objectif était de maintenir les animaux en vie et de ramener la sécurité. Au long du livre, Lawrence Anthony raconte notamment comment il a soigné un groupe de lions ayant appartenu à Uday Hussein, le fils de Sadam, fait fermer un zoo privé servant à alimenter le marché noir et sauvé les purs-sangs arabes de l’ex-dictateur cachés dans une écurie d’Abu Ghraib.

Vivre à Bagdad fut une expérience unique qui permit à Lawrence Anthony de faire de L’Arche de Babylone une histoire chaleureuse et extraordinaire sur la façon dont des défenseurs des animaux, des soldats et des civils ont balayé leurs différences et se sont unis pour reconstruire un zoo, seul vrai signe d’humanité au milieu de la guerre.

P1080468.JPG

Ce livre est très intéressant à plusieurs titres. Il évoque d'abord l'intérêt du clan de Saddam Hussein pour les animaux - en particulier les fauves et les chevaux - et les zoos, qu'ils soient privés ou public. Je ne dis pas "amour" des animaux mais "intérêt" car les bêtes n'étaient pas toujours bien traitées et le pouvoir tolérait trafics et ménageries sordides, où les animaux vivaient dans des conditions atroces, tel cet ours dont le plafond de la cage était si bas qu'il avait le haut du crâne tout écorché. Ce livre pose également la question de l'importance des priorités : est-il bien raisonnable de risquer sa vie - réellement et à de nombreuses reprises - et celle des autres pour quelques animaux alors que le pays est en guerre, que les Irakiens connaissent la famine, que l'avenir du pays est en question ? On comprend au fil des pages que c'est effectivement fou, mais que, heureusement, le sauvetage du zoo de Bagdad se termine bien et qu'il ne s'est pas fait au détriment d'autres enjeux plus importants.

Cet ouvrage nous parle aussi de la bêtise humaine, même de la méchanceté gratuite, vis-à-vis des animaux, phénomène que tous les gardiens de zoo connaissent hélas. Dès le début de la guerre, la plupart des animaux du zoo ont été tués, parfois pour nourrir les habitants de Bagdad - ce qui peut d'une certaine façon se comprendre - mais souvent par simple jeu. Dans une autre ménagerie, les gens faisaient boire régulièrement de l'alcool à l'ours brun.

 

P1080662.JPG

Mais l'une des richesses du livre est aussi - et cela n'a plus rien à voir avec les animaux et le zoo - de décrire la vie quotidienne dans Bagdad en guerre : les pillards, qui chaque nuit volent les aménagements réalisés au zoo, les nuits où les tirs et les explosions rendent le sommeil impossible, les snipers et les balles perdues dans les rues, les marchés à la sauvette et les trafics, le rôle de l'armée américaine, des agences de presse, des "mercenaires", la peur des habitants, les règlements de compte, etc.

"L'Arche de Babylone - L'incroyable sauvetage du zoo de Bagdad"

Lawrence Anthony avec Graham Spence -Editions Les 3 Génies - 2007 - 230 p.

Ce lvre se trouve facilement sur les sites des bouquinistes.

12:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.