Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mai 2014

ALBERT BRENET ET LES ANIMAUX

Connaissez-vous Albert Brenet ? Ce peintre, dessinateur et illustrateur extraordinairement doué est né en 1903 à Harfleur en Seine-Maritime et mort à Paris en 2005, à l'âge respectable de 102 ans.

Avec Marin Marie, Mathurin Meheut et Roger Chapelet, il est l'un des plus grands peintres de la Marine du XXème siècle. Mais, à la différence de certains, il ne se limite pas aux scènes de mer : il est le seul à être à la fois peintre officiel de la Marine, de l'Armée de l'Air et de de l'Armée de terre. Il est également peintre de la SNCF. Il est encore dessinateur et sculpteur animalier (il réalise en 1922 l'aigle foudroyé du monument du carrefour de l'Armistice à Rethondes) et peintre orientaliste.

P1060407.JPG

Défilé sous l'Arc-de-triomphe du Carrousel du Louvre

Albert Brenet a fait l'Ecole des Beaux-Arts de Paris et s'adonne d'abord à la sculpture animalière. Il envoie plusieurs œuvres au Salon des Artistes français et au Salon animalier. Passionné par les chevaux, il souhaite faire son service militaire dans les Dragons à Paris mais part finalement en Allemagne dans un régiment d'aviation. Il y dessine beaucoup d'avions et de scènes d'aéroport.

P1060407 zoom.jpg

En 1925, il obtient une bourse pour aller peindre en Afrique équatoriale française et séjourne alors au Tchad mais aussi au Congo belge. En septembre 1929, il voit un grand voilier de commerce, un trois-mâts, entrer au port du Havre. Il est émerveillé et rencontre le capitaine pour obtenir un embarquement. Le voila parti pour 7 mois de navigation pour l'avant-dernier voyage de l'un des derniers grands voiliers de commerce. A double titre, ce voyage marque un tournant très important dans l'oeuvre de Brenet : d'une part il se passionne pour la mer, d'autre part constatant les inconvénients de la peinture à l'huile, il passe définitivement, sur les conseils de Marin Marie, à la gouache, qu'il juge "épatante". En 1933, Albert Brenet embarquera cette fois sur un charbonnier qui se rend en mer Noire. Il fera bien d'autres voyages en mer, sur des bateaux de commerce ou militaires. La marine de plaisance ne l'intéresse guère.

P1100745.JPG

En 1934, le prestigieux journal "L'Illustration" le remarque : une longue collaboration avec Brenet commence. Il illustre de nombreux articles, couvre des événements comme la visite du Roi d'Angleterre à Paris, le couronnement de Georges VI, l'Exposition Universelle de 1937, des défilés... En 1936, il est nommé Peintre de la Marine puis Peintre de l'Air. Il devient affichiste en 1937, après avoir remporté un concours sur le thème des Etalons reproducteurs. Il travaillera alors pour la Compagnie (maritime) des Chargeurs, la SNCF, Air France, la Compagnie Générale Transatlantique, des musées, etc.

P1100783.JPG

Les rogations

En février 1939, il est mobilisé dans l'Armée de terre (Train des équipages) ; son régiment subira une violente attaque. Démobilisé, il retourne à Paris et exposera régulièrement dans divers salons. En 1944, il réalise plusieurs grandes scènes historiques telles que "La fête des galères sous Louis XIV", "La Réale de France" ou "Chaloupe passant à l'arrière du Soleil Royal". Cette même année, il est envoyé sur le front des Vosges où, au milieu des combats, sous les obus allemands, il peint des scènes de guerre.

P1100785.JPG

Notre-Dame de Paris

Après la guerre, il continuera à travailler d'arrache-pied, mais aussi à voyager : Autriche, Japon, Iran, Istanbul, Etats-Unis lui donneront l'occasion de peindre de magnifiques œuvres. Le 11 mai 1960, il assiste avec son ami Marin-Marie au lancement du France et peint une vue saisissante du navire au moment où le mastodonte glisse lentement vers l'eau.

P1100788.JPG

La traite

Les peintures d'Albert Brenet sont présentes dans de très nombreux musées : musée de la Marine, de l'Armée, de l'Air et de l'Espace, de la Légion d'Honneur, de l'Aéronautique, du Chemin de fer, etc. De nombreuses rétrospectives de son oeuvre ont lieu. Plusieurs ouvrages montrent son travail ; l'un des plus intéressants est "Albert Brenet, peintre reporter" coédité par l'Association des peintres de la Marine et Ouest-France. Il est épuisé mais on le trouve facilement sur internet.

P1100786.JPG

Moisson dans le Gers

Émerveillé par le talent prodigieux de cet artiste, je me souviens d'avoir recherché son nom dans l'annuaire et de l'avoir appelé au téléphone quelques années avant sa mort. Il m'avait dit qu'il ne pouvait plus peindre, étant trop fatigué pour rester longtemps debout, mais il était aussi très triste du décès de sa chère épouse Hélène, qui l'avait accompagné dans de nombreux voyages. Plus tard, il m'avait permis de voir ses carnets de croquis et une partie de son fond d'atelier, qui recelait des merveilles, et me dédicaça l'une de ses grandes gouaches, la moisson dans le Gers (ci-dessus), me racontant qu'il avait peint cette scène pendant l'Occupation, alors qu'on ressortait les vieilles moissonneuses attelées à des bœufs.

P1100790.JPG

Albert Brenet était un passionné, s'intéressait à tout et savait tout peindre : les animaux, les bateaux et les avions, la campagne et l'orient, l'Afrique, les machines industrielles et les scènes de rues parisiennes. Il a toujours montré un attachement très fort aux chevaux, faisant notamment des séjours à Saumur, peignant des scènes de manège, de haras, de défilé.

P1100792.JPG

De temps en temps, des peintures et études de Brenet passent en salle des ventes. Hormis les marines, souvent très chères (certaines ont fait la couverture de la Gazette de Drouot), les autres sont encore assez bon marché, pour une raison qui m'étonne. Ses huiles sont parfois trop épaisses mais ses gouaches sont toujours superbes.

P1100793.JPG

Ses croquis d'animaux, visiblement réalisés en vitesse, notamment au zoo de Vincennes (on peut reconnaître ici Siam, le très grand éléphant d'Asie aujourd'hui naturalisé à la Grande Galerie du Muséum d'Histoire naturelle de Paris), sont toujours très justes.

P1100794.JPG

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.