Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 février 2014

LA VALEUR D'UN BRONZE (56) : L'ANE BRAYANT DE NAVELLIER

Voici une nouvelle demande à propos d'un beau bronze, qui plus est d'un artiste dont je n'ai encore guère parlé ici : Edouard Navellier. C'est M. Loïc L. de Dinan qui m'envoie quelques photos de cet âne brayant, ou "braillant" comme mentionné dans "Les bronzes du XIXème" de P.Kjellberg. Mais après tout, un âne peut bien braire ou brailler...

P1120428.JPG

Edouard Navellier est né à Paris en 1865 et mort à Laroche-Migennes dans l'Yonne en 1944. Fils d'imprimeur, il apprend la gravure avec son père mais à la suite d'un accident qui le laissera infirme, il se tourne vers la peinture puis, à l'occasion d'une visite à Paris dans ce Jardin des Plantes qui a nourrit l'inspiration de tant d'artistes, il se lance en autodidacte dans la sculpture animalière. Comme Rembrandt Bugatti (1885-1916), il étudiera aussi les animaux au zoo d'Anvers.

P1120424.JPG

Il a commencé à exposer ses œuvres au Salon des Artistes français en 1895 puis au Salon d'Automne en 1903. Il y recevra plusieurs médailles. Le Salon d'automne lui consacrera d'ailleurs une rétrospective en 1945, un an après sa mort. 

P1120421.JPG

Navellier a créé environ 80 modèles. Selon le "Dictionnaire des sculpteurs animaliers" du Dr Hachet, on ne peut rattacher cet artiste à aucun courant existant à l'époque. On peut en effet discerner plusieurs styles dans ses bronzes : certains sont parfaitement finis, très figuratifs, comme le magnifique "Grand rhinocéros debout" qui, avec "Il Passe !" (éléphant écrasant des pélicans), est l'une de ses œuvres les plus connues. Mais on peut aussi voir dans certains autres comme notre âne justement le travail brut du sculpteur, qui ne cherche pas à lisser la surface mais à laisser visible la force des coups de spatules et d'ébauchoirs. Le beau taureau ci-dessous se situe lui dans le style de Rosa ou Isidore Bonheur.

P1120528.JPG

Navellier a créé une grande diversité d'animaux : chevaux, taureau, âne, éléphant, chat bien sûr, mais aussi kangourous, ours, buffle, bison, zébu, brebis, lionne, chevreuil, etc. Ses bronzes sont en général de très bonne facture car l'artiste les ciselait et les patinait souvent lui-même. C'est précisément le cas de notre âne, nous dit P.Kjellberg dans son ouvrage de référence "Les bronzes du XIXème". Il le date de 1907.

P1120423.JPG

Avec sa chaude patine marron et noire, cet âne, qui mesure 35 cm de long et 24 cm de haut est superbe : les pattes fines, les sabots petits, le ventre rebondi, le cou étroit, il fait connaître par son affreux cri de poulie rouillée son mécontentement d'être seul. Sa bouche grande ouverte lui donne un air benêt et le collier qu'il porte au cou semble bien lourd. A sa taille, on devine que ce n'est pas un petit âne arabe comme en a modelé Caïn, mais plutôt une grande bête du Cotentin. Quel talent pour saisir ainsi sur le vif cette scène et la rendre si vivante !

P1120426.JPG

La cote de Navellier sur le marché est assez mystérieuse : ses œuvres sont rares en galerie comme en salle des ventes (45 résultats seulement sur Artprice à comparer par exemple avec plus de 6000 ventes pour Barye), elles sont très souvent d'excellentes qualité et pourtant elles ne sont pas toujours hors de prix. A titre d'exemple, un magnifique cheval au licol de plus de 30 cm de long est généralement adjugé autour de 1600 Euros, ce qui est très raisonnable. Plusieurs pièces estimées autour de 4000 Euros ne trouvent pas preneur. Et puis au contraire, certaines estimations s'envolent avec des adjudications à 5000, 9000, 12000 Euros voire bien plus tel ce rhinocéros vendu à Londres en 2009 à plus de 15000 Euros.

P1120430.JPG

L'âne de notre internaute n'atteindrait sans doute pas la cote du rhinocéros, qui se situe toujours au plus haut des ventes d’œuvres de Navellier, mais il possède de nombreux atouts : c'est un sujet plaisant, très bien réalisé, qui a une histoire particulière puisqu'il a été édité, ciselé et patiné par l'artiste lui-même et a été présenté au Salon. Son passage en salle des ventes est rarissime, semble-t-il, ce qui d'ailleurs empêche toute référence de prix. Intuitivement, je pense donc qu'avec un tel pedigree, notre âne brayant pourrait être estimé autour de 2500 Euros, mais il n'est pas impossible qu'en vente un passionné fasse monter bien plus haut cette estimation.

20:36 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Et je ne sais pas pourquoi, pour moi cet âne a les yeux bleus...

Écrit par : Anne Hecdoth | 06 mars 2014

Les commentaires sont fermés.