Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 février 2014

"HISTOIRE DE L'ART" PAR E.H. GOMBRICH

Comme beaucoup, j'aime visiter les musées des Beaux-Arts et, dès que je séjourne dans une ville, j'en profite pour faire un tour, parfois rapide, dans ces lieux où l'on est sûr d'être saisi d'émotion par au moins un tableau, une sculpture, un meuble. Le Louvre, Orsay, les musées de Dijon, de Nantes, de Lyon et tant d'autres méritent que l'on y passe et repasse, si possible avec les enfants à qui l'on promettra une visite très rapide, d'une heure maximum pour ne pas les lasser. J'aime bien leur demander de sélectionner une ou deux œuvres qu'ils aiment particulièrement et de m'expliquer pour quelle raison elle les touche. Avec un peu de chance, on retrouvera ces tableaux en carte postale à la boutique du musée, ce qui leur fera un bon souvenir. Peu à peu, ils éduquent ainsi leur regard et trouvent naturelle la fréquentation des œuvres d'art.

P1090338.JPG

La chasse au tigre - Rubens - Musée de Rennes

J'ai donc visité beaucoup de musées, en France et à l'étranger, mais je me suis toujours senti très ignorant de l'histoire de l'art, de l'enchaînement des différents courants et de leur "articulation", des facteurs qui ont conduit à l'émergence de la peinture flamande, des impressionnistes, de l'apport d'un Picasso ou d'un Salvador Dali, de l'intérêt pour l'art d'un Jackson Pollock ou d'un Soulages.

Je me suis donc renseigné auprès de conservateurs de musées et de libraires et l'on m'a vivement conseillé "Histoire de l'art" de E.H. Gombrich, dont l'épaisseur (près de 700 pages), l'abondance des reproductions et leur diversité (dessins, peintures, sculptures, architecture...) ainsi que la mention "Plus de 7 millions d'exemplaires vendus" me semblaient des gages de sérieux.

P1130031.JPG

L'auteur, né à Vienne en 1909, fut notamment directeur de l'Institut et professeur d'histoire de la tradition classique à l'université de Londres, de 1959 à 1976. Il reçut de très nombreuses distinctions internationales et fut même anobli en 1972. Il est décédé en 1976. Son Histoire de l'art a fait l'objet de seize éditions, retravaillées à chaque fois par l'auteur.

Il serait bien prétentieux et insensé de faire ici, en quelques paragraphes, la critique de cet ouvrage monumental et la réécriture de l'histoire de l'art. Néanmoins, je me risquerai à émettre quelques avis suite à la lecture du Gombrich, en faisant d'ailleurs un écho à ma note sur le livre de Luc Ferry

(cf. http:  //www.damiencolcombet.com/archive/2013/03/08/l-art-la-beaute-et-l-esthetique-1.html).

P1100014.JPG

Une scène de déluge - J.-D. Court - Musée de Lyon

L'auteur prévient, dans sa préface, qu'il poursuit le but de simplement mettre un peu d'ordre dans l'esprit des gens qui découvrent l'art, notamment jeunes et étudiants, qu'il s'est efforcé d'éviter tout jargon prétentieux et source de confusion, et qu'il ne parle que d’œuvres d'art dont on peut retrouver l'illustration dans son ouvrage. De fait, ce livre est extraordinairement facile à lire et les illustrations, de grande qualité, permettent de comprendre immédiatement les propos de l'auteur. On balaye donc les grandes tendances de l'histoire de l'art, de la préhistoire à Cartier-Bresson ou Nicolas de Staël (l'auteur ayant disparu en 1976, il manque hélas son regard sur les œuvres plus récentes).

P1110806.JPG

La Pieta - Michel-Ange - Basilique Saint-Pierre de Rome

J'émettrai quand même quelques critiques, mineures au regard de l'intérêt de cet ouvrage. Tout d'abord, l'art selon Gombrich se limite essentiellement à la peinture et l'architecture. Il y a bien quelques rares sculptures - aucune de la grande école animalière du XIXème hélas - et photos, mais quasiment pas de meubles ni d'objets d'art tels que les pendules. Gombrich ne parle absolument pas non plus de la musique, même cela peut s'expliquer par sa volonté de ne parler que des œuvres dont une illustration peut figurer dans le livre. Enfin, curieusement, certains courants pourtant marquants tels que l'orientalisme ne sont pas évoqués.

P1130032.JPG

 Histoire de l'Art - E.H. Gombrich - Pages intérieures

La lecture de cette histoire de l'art donne vraiment envie de creuser davantage le sujet. L'auteur parle des grandes œuvres classiques et des artistes les plus connus, du Parthénon à la tapisserie de Bayeux, de Giotto à Manet, de Van Eyck à Matisse, mais il s'arrête aussi sur des artistes moins connus malgré la qualité de leurs œuvres : tout le monde ne connaît pas Peter Parler Le Jeune, Willem Kalf ou Sir John Soane. Et l'incroyable abondance des créations humaines en matière artistique est telle que l'on pressent qu'il faut aller beaucoup plus loin pour commencer à comprendre un peu plus ce vaste domaine passionnant.

intérieur basilique.jpg

Nef de la basilique de Vézelay

Je vais maintenant émettre quelques réflexions tout à fait personnelles et certainement très approximatives voire erronées aux yeux des experts de l'histoire de l'art, mais après tout pourquoi m'en priverais- je ?

J'ai été frappé en lisant ce livre de l'absence de continuité, de ligne directrice majeure dans l'histoire de l'art. Nous avons souvent en nous la conviction que l'histoire a un sens, marque une progression vers quelque chose, que chaque génération s'appuie sur la précédente pour avancer. Il en serait ainsi pour l'art, l'apogée se situerait chez les impressionnistes pour les plus conservateurs, dans l'art ultra-contemporain pour les plus engagés, et finalement chaque âge ne serait là que pour servir de support au suivant. En réalité, l'histoire de l'art me semble marquée par une série d'allers-retours, de ruptures et d'hésitations. Je ne suis pas du tout certain que Picasso se situe à un rang plus élevé dans l'histoire de l'art que Fra Angelico, que Gauguin marque un "progrès" par rapport à Chardin, que les œuvres de Pollock soit plus intéressantes que les magnifiques fresques figurant sur une certaine tombe de Thèbes, que Le Corbusier ait fait mieux qu les architectes de l'Alhambra à Grenade.

DSC03076.JPG

Le Mont Saint-Michel

Par ailleurs, la tendance actuelle est de s'intéresser à ce qui est original et, par conséquent, à croire que cette recherche de l'originalité et de la nouveauté fut le moteur principal des artistes. Il est exact qu'aujourd'hui, bon nombre de créateurs contemporains cherchant à se faire reconnaître essaient de s'affranchir à tout prix de ce qui a déjà été fait et veulent marquer leur temps par une oeuvre absolument inédite. En réalité, la mise en perspective des œuvres d'art montre, à mon sens, que les grands artistes du passé ont surtout été motivés par la volonté de faire mieux, ce qui est très différent. Cette quête de la perfection, impossible à assouvir, a parfois conduit à des nouveautés techniques et artistiques fantastiques, mais je doute fort que Le Caravage ou Michel-Ange, par exemple, aient voulu au fond d'eux marquer leur époque par la seule volonté de faire quelque chose de purement original. Leur sensibilité les a certainement amené sur des voies bien particulières, mais je crois qu'ils voulaient avant tout réaliser une oeuvre sublime.

P1010288.JPG

Mosaïque romaine - Tunisie

Enfin - et ce point est lié au précédent - on est frappé par l'importance qu'a peu à peu pris l'artiste par rapport à son oeuvre. Aujourd'hui, des artistes sont plus connus que leurs créations. Quelle différence avec une époque où l'oeuvre était au centre de tout ! Qui connaît les architectes de nos cathédrales ? Encore faut-il distinguer les artistes dont le nom est connu parce que leurs créations sont magnifiques et les artistes qui se sont efforcés de se faire connaître au moyen de leurs œuvres. Et l'on touche là à un aspect essentiel, je crois, de l'histoire récente de l'art : l'orgueil de l'artiste qui tient à s'affranchir de toute référence en vue d'exister pour et par lui-même. Il existe encore de nos jours, Dieu merci, d'excellents artistes mais je vise ici ceux que l'on met systématiquement en avant, ceux qui sont promus à toutes forces par des institutions officielles parce qu'ils sont dans la transgression et la nouveauté, les critères de Beauté et de perfection étant devenus totalement hors-la-loi.

Il serait trop long et très polémique de s'étendre encore davantage sur ce sujet, mais je renvoie, pour ceux que cela amuse, vers cette note : http://www.damiencolcombet.com/archive/2010/03/30/la-gran...

Histoire de l'art - E.H. Gombrich - Ed. Phaidon - 2001 - 688 p. - Existe également en édition poche. 

 

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.