Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 mars 2014

NOUVELLES CRÉATIONS : "LE LION AU CIRQUE", "LE TIGRE AU CIRQUE" ET "L'OURS POLAIRE AU CIRQUE"

Quel sculpteur ne s'est pas un jour confronté au lion ? Bartholdi, Moigniez, Fratin, Jacquemart, Valton, Delabrierre, Alfred Barye, Cain, Jouve, Bugatti se lancèrent dans le modelage du "roi des animaux". Antoine-Louis Barye en réalisa une bonne vingtaine sans compter les agrandissements et réductions. Même le très sage Pierre-Jules Mêne, peu attiré par l'exotisme, fit un "Lion de Haute-Nubie", en réalité peu réussi. Je crois que seul Emmanuel Frémiet négligea ce beau sujet.

Lion Tête d'Or.JPG

Lion de l'Atlas (zoo du parc de la Tête d'Or à Lyon)

Certains de ces lions ont une pose très naturelle, d'autres sont prétentieux, il y en a qui dévorent une proie ou sont en pleine bataille contre un animal aussi gros qu'un cheval, mais l'un des plus étonnants est celui de Jacquemart au Jardin des Plantes à Paris : parfaitement réalisé mais dans une position curieuse, la tête baissée, il hume un pied humain, sans que l'on sache si ce fauve est ou non l'auteur du meurtre.

Voir : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lionjac1.JPG

Lion assis 2.jpg

S'attaquer au lion, si j'ose dire, est difficile : comment rendre l'allure ennuyé et noble du félin, sa puissance et son inaction, la force et le calme ? S'y ajoute une autre difficulté : comment modeler correctement la crinière ? Ces longs poils laineux ont causé beaucoup de soucis à mes illustres prédécesseurs. Mêne a préféré ne pas en mettre sur son lion, Fratin en a fait des totalement hirsutes, comme si ses lions avaient abusé d'un puissant gel capillaire, Barye est parfois tombé dans le ridicule, l'un des lions semblant tout droit sorti de chez le coiffeur, la crinière bien gonflée par un brushing.

P1130141.JPG

J'ai donc osé travailler ce sujet mais je souhaitais simplement faire une esquisse me permettant de faire des essais de crinière. Finalement, cette esquisse, assez petite puisque le lion mesure 14 cm de haut sans la queue ni le tabouret, est devenue un véritable lion. Prolongeant l'inspiration du cirque que l'on retrouve dans l'hippopotame gueule ouverte j'ai juché mon fauve sur un tabouret. Je dois dire que, comme prévu, la crinière m'a donné beaucoup de mal : tantôt gonflée comme si elle était amidonnée, tantôt plate et minable comme si le pauvre lion venait de recevoir une averse, elle est passée par bien des étapes...

Tigre au cirque.jpg

Et notre lion a été rejoint il y a peu par un tigre puis par un ours polaire. Les dompteurs disent que les lions ne sont pas les plus difficiles à dresser, et que les ours et léopards sont plus traîtres ou moins dociles.

Ours polaire au cirque.jpg

Peut-être qu'une grande série de fauves (ours brun, léopard, puma, etc.) verra ainsi le jour, en hommage aux grands dompteurs qui, tel Alfred Court, réussirent à présenter des numéros mixtes incroyables, où l'on pouvait voir en piste 6 ou 7 espèces différentes, y compris des grands chiens danois.

Lire : http://alfred.court.free.fr/lacageauxfauves.htm

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.