Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 mai 2014

"HISTOIRES DE CŒUR ET D’ÉPÉE" AU MUSÉE DE LYON

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon propose jusqu'à fin juillet une belle exposition de dessins, peintures et sculptures sur le thème "Histoires de cœur et d'épée en Europe (1802-1850)".

P1130761.JPG

 "Henri III et le duc de Guise" - Pierre Charles Comte (1823-1895)

Cette exposition s'inscrit dans le cycle "L'invention du passé".  La notice du Musée explique qu'avant le XIXème siècle, les épisodes historiques situés du Moyen-Âge au XVIIème siècle n'étaient guère représentés : on leur préférait l'Antiquité, la mythologie, l'Histoire sainte, le XVIIIème siècle et ses fastes, ou alors les scènes de genre (paysans, auberges, fêtes campagnardes, etc.).

P1130774.JPG

"La reine Elisabeth Ier et Leicester" - WF Yeames (1835-1918)

Lorsque, durant la première moitié du XIXème, les peintres et sculpteurs vont faire des recherches et se passionner pour les représentations historiques, travaillant avec des savants et des historiens, accumulant parfois un grand nombre d'objets anciens - à l'image du peintre lyonnais Pierre Revoil, dont la formidable collection d'armures, mobiliers, tissus, ivoires sera transférée au Louvre - ils vont rencontrer un grand succès. Les écrivains s'intéresseront également à cette période de l'histoire : Walter Scott, Victor Hugo avec "Cromwell", puis Alexandre Dumas avec "Les trois Mousquetaires", par exemple.

P1130747.JPG

 "Henri IV enfant" - François Joseph Bosio (1768-1845)

P1130755.JPG

"Filipo Lippi, esclave à Alger, traçant sur le mur le portrait de son maître"

Pierre Nolasque Bergeret (1782-1863) 

Bien sûr, pour apprécier cette exposition, il faut aimer la peinture XIXème, très romantique, qui peut même parfois sembler un peu mièvre, mais elle est toujours distrayante et reconnaissons à ces artistes un très grand talent : ils savaient peindre et dessiner !

P1130748.JPG

"François Ier armant chevalier son petit-fils François II"

Pierre Révoil (1776-1842)

L'exposition permet d'admirer de nombreuses sculptures, dont deux ont particulièrement attiré mon attention : "Jeanne d'Arc pleurant la mort d'un Anglais", plâtre de Marie de Bourgogne, et le très beau bronze de Barye représentant Charles VI en forêt du Mans, lors de cet épisode fameux qui nous intriguait et faisait un peu peur, enfants, dans nos livres d'histoire : le roi passant à cheval en forêt est arrêté par un gueux qui l'invective. Peu après, le pauvre souverain, de santé mentale fragile, pique une crise de démence, tue quatre de ses soldats qu'il prend pour des assaillants, s'attaque à son frère qui parvient à lui échapper et il finit par se laisser désarmer. La folie du roi s'aggravera plus tard avec l'épisode du Bal des ardents, dont le roi réchappe de justesse. Le bronze présenté à l'exposition est celui acquis par Zoubalov, qui en fit don au Louvre. C'est un sujet très rare.

P1130768.JPG

Deux tableaux superbes sont exposés dans la dernière salle : l'un de Gérôme, l'autre de Laurens. Le premier montre le faste considérable déployé par Louis XIV - on relèvera d'ailleurs que l'on n'est plus tout à fait dans le thème de l'exposition - pour impressionner Condé, l'impression presque écrasante venant notamment du grand escalier en bas duquel s'incline le Prince, comme jugé par le souverain triomphant, sa cour et l'Histoire, représentée par les drapeaux.

P1130778.JPG

"Réception du Grand Condé par Louis XIV" - Jean Léon Gérôme (1824-1904)

Le tableau de Jean-Paul Laurens est, lui, dramatique : deux enfants sont retenus en otages dans une sinistre salle aux murs nus. On imagine la scène : une haute tour, le froid de la pierre, la lourde porte et le bruit des clefs énormes, l'attente pendant que les adultes négocient et discutent ailleurs dans le château, le plus jeune des deux enfants s'endormant finalement la tête appuyée sur les genoux de son grand frère, inquiet.

P1130780.JPG

"Les Otages" - Jean Paul Laurens (1838-1921)

Et s'il fait beau, à l'issue de l'exposition, reposez-vous un moment dans le joli square du Palais Saint-Pierre qui abrite le musée. Il y fait frais et les nombreuses sculptures - dont une étonnante pêche à la pieuvre - vous distrairont.

P1130785.JPG

Histoires de cœur et d'épée en Europe (1802-1850)

Musée des Beaux-Arts de Lyon - Du 19 avril au 21 juillet 2014

Ouvert tous les jours de 10h à 18h sauf mardi et jours fériés. 

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.