Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juillet 2014

NOUVELLE CRÉATION : LE COUPLE DE GUEPARDS

Puisque me voilà lancé dans la série des grands fauves, je continue avec ce couple de guépards.

Guépards 2.jpg

J'avais déjà modelé un petit guépard, qui m'a bien aidé à comprendre les formes étonnantes de cet animal à mi-chemin entre le chien et la panthère.

Du premier, en particulier du lévrier, il a l'allure altière, la petite tête, les griffes non rétractiles, la mâchoire peu puissante, le thorax profond et la taille de guêpe. De la seconde, il a la tête ronde, le pelage tacheté (bien que les tâches soient plus grandes chez la panthère). Comme d'habitude, c'est en le modelant, en passant de longs moments sur le dos, les postérieures, les doigts que l'on étudie le mieux la morphologie d'un animal. J'ai donc dû être fidèle à la réalité : une tête minuscule, un long corps, un cou assez court (que j'avais à l'origine fait plus long mais que j'ai raccourci), un torse d'un volume considérable, des pattes d'une longueur inouïe, une taille ultra-fine, des "pectoraux" imposants, des cuisses fines mais arrondies, véritables ressorts pour les courses effrénées à plus de 110 km/h, et l'ensemble dégageant une allure assez raffinée, presque fragile.

Guépards 1.jpg

C'est la tête du mâle debout qui m'a sans doute donné le plus de difficultés : pendant des heures, j'ai ajouté de la terre, j'en ai enlevé, je l'ai travaillée pour arriver à ce résultat dont je ne suis finalement pas mécontent. Le guépard a une tête petite, ronde, avec un tout petit museau, des arcades sourcilières très prononcées sans doute pour se protéger tant du soleil que du vent de la course. Petit entorse à la réalité : j'ai marqué les traces des deux "larmiers", lignes noires qui descendent des yeux aux commissures des lèvres, alors qu'en réalité il ne s'agit que de taches sur la fourrure. Mais ça me paraissait utile.

Guépards 3.jpg

J'aime le contraste entre la femelle, encore jeune, qui se roule sur le dos, mi-joueuse mi-séductrice, tandis que le mâle feint de l'ignorer et observe au loin les dangers ou les proies. Pourtant, il finira par baisser la tête et regarder la belle femelle, et les choses iront alors plus loin entre eux...

Et si, sur ces photos, la femelle semble plus foncée que le mâle, c'est simplement que la terre de celle-ci n'était pas tout à fait sèche !

12:38 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.