Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 août 2014

NOUVELLE CREATION : ORYX AU GALOP

L'Oryx est une grande et magnifique antilope africaine, certainement l'une des plus belles avec le grand koudou. Élancée et puissante, élégante, armée de deux immenses cornes, elle ressemble à un bel athlète, avec son cou épais, ses longues jambes fines, son beau masque noir mystérieux.

Oryx 1.jpg

L'oryx fut d'abord l'un de mes grands échecs, une tentative ratée, douloureuse, de représenter ce très bel animal qui me fascine depuis que, enfant, je jouais avec un oryx de la marque Starlux que possédait mon frère et qui me semblait très fin. Il avait également un grand koudou qui rejetait la tête en arrière mais, avec ses longues cornes torsadées, il ressemblait à une hystérique. L'oryx avait vraiment plus belle allure ! Mais, bien des années plus tard et jusqu'à ce jour, je n'avais pas réussi à représenter en terre la finesse et la puissance de cette antilope et j'ai dû détruire l'ébauche en terre, ridicule.

Oryx gazelle, gemsbok, oryx d'Arabie, oryx algazelle, voire addax... Il  a de quoi se perdre parmi les multiples noms d'espèces et sous-espèces qui se ressemblent plus ou moins.

Traitons tout de suite le cas de l'addax (Addax nasomaculatus) : même s'il fait partie de la grande famille des Hippotraginés (Oryx et Hippotragues rouans et noirs), ce n'est pas un oryx ; il en a un peu l'allure et les longues cornes (plus d'1 m) mais celles-ci sont légèrement torsadées comme celle des koudous et sa robe est plus claire, presque blanche l'été. 

On peut également reconnaître facilement l'oryx algazelle (Oryx dammah) à la courbure de ses longues cornes (le record mondial est de 1,27 m sur un spécimen tué au Tchad en 1959), à sa robe très claire et à l'absence de marque noires aussi nettes que chez ses cousins.

Zoom oryx.jpg

Oryx algazelle (zoo de Trégomeur en Bretagne)

Restent les animaux se ressemblant le plus : le Gemsbok, l'Oryx beisa, l'Oryx à oreilles frangées et l'Oryx gazelle. En fait, les trois premiers sont des sous-espèces du quatrième, l'Oryx gazelle.

L'Oryx beisa, le plus lourd, vit en Erythrée, en Somalie, en Ethiopie et au nord du Kénya. Il peut peser plus de 220 kg. L'Oryx à oreilles frangées, qui doit son nom à la touffe de poils qui prolonge chacune de ses oreilles, est le plus léger, ne dépassant guère les 200 kg. Il habite le sud du Kénya et la Tanzanie. Enfin, le Gemsbok se trouve franchement au sud-ouest de l'Afrique, en Namibie, Botswana et Zimbabwé.

Il est bien difficile de distinguer ces trois sous-espèces à leur seule apparence. Notons toutefois les oreilles de l'Oryx à oreilles frangées, la robe plus grise et les traits noirs particulièrement marqués sur le Gemsbok.

Zoom oryx.jpg

Gemsbok

Les cornes d'Oryx les plus longues ont été mesurées sur un animal tué en 1981 au Botswana. Elles mesuraient 1,23 m. Presque parfaitement droites sauf pour l'algazelle, les cornes d'Oryx sont des armes terribles, qui peuvent être extrêmement efficaces contre les grands fauves comme les chasseurs. Selon Pierre Fiorenza ("Encyclopédie des animaux de grande chasse en Afrique"), "Cet animal est belliqueux et assez dangereux, surtout blessé par un chasseur ou un fauve. Ses charges sont si fréquentes que les lions eux-mêmes, pourtant amateurs de sa chair, l'abordent avec prudence. La captivité lui est pénible et il y conserve son humeur combative".

Curieusement, l'Oryx a été acclimaté en Amérique du Nord où il est maintenant chassé.

Chez les Oryx, mâles et femelles portent des cornes. Elles sont même généralement plus hautes et plus fines chez les secondes, ce qui en fait des trophées recherchés. A noter encore, comme chez de nombreuses antilopes, la position des oreilles, situées très en arrière de la tête, presque déjà sur le cou.

Zoom oryx à oreilles frangées.jpg

Oryx à oreilles frangées

Cette fois, je crois être parvenu à modeler un Gemsbok au galop, ses jambes fines, son cou très épais qui descend obliquement presque jusqu'au milieu du dos, son museau bien droit, ses cornes fines parfaitement alignées sur le chanfrein, sa queue touffue, la courte crinière en brosse qui se prolonge en "raie de mulet" jusqu'à la queue, la bouche largement fendue et les naseaux à peine visibles. La fonderie réussira-t-elle à modeler les cornes très fines que j'ai faites en terre et qui se sont cassées trois fois ? Je ne sais pas, mais s'il le faut, je les referai en cire. Sur certaines photos, n’apparaît qu'une seule corne : bien qu'il existe de tels Oryx dans la nature, ce ne sera pas le cas du mien, qui aura bien deux armes sur la tête. Mais pour qu'elles soient bien identiques, je n'en ai fait qu'une et la fonderie la réalisera en double. La pointe sera affinée lorsqu'elle sera en bronze, ce qui n'est pas possible en terre.

Oryx 2.jpg

Dimensions : 26 cm (long) x 24 cm (haut) x 7 cm (prof.). Si j'en ai le courage, je ferai bientôt des compagnons d'échappée à ce bel Oryx.

20:14 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Es-tu sûr que les cornes soient parfaitement symétriques et semblables dans la nature ? De même que je chausse du 42 à droite et du 41 à gauche... ???

Écrit par : Anne Hecdoth | 20 septembre 2014

Oui, les cornes sont presque toujours symétriques. Il y a des exceptions : cornes cassées suite à un accident (combat entre oryx, lutte contre un prédateur...) ou rare dissymétrie de naissance, avec parfois des formes radicales comme une corne droite et l'autre complètement courbe. Chez nos grands herbivores (chevreuils, cerfs, daims), aux bois presque symétriques, on appelle cela une tête bizarre ou aussi "bizarde".

Écrit par : Colcombet | 22 septembre 2014

Les commentaires sont fermés.