Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 décembre 2014

MISE EN VENTE DE LA MAISON DE ROSA BONHEUR

P1160117.JPG

Rosa Bonheur (1822-1899), géniale artiste française, a vécu les 40 dernières années de sa vie à Thomery, joli petit village situé près de Fontainebleau, où elle se fit construire une belle maison, "le château de By", comprenant un atelier. C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai découvert la demeure de cette femme remarquable.

P1160119.JPG

On imagine la joie pour Rosa, qui eut une enfance très pauvre et difficile - sa mère est morte d'épuisement et de misère, laissant quatre enfants, pendant que son mari s'enfermait dans un phalanstère - lorsqu'elle s'installa dans cette maison, située tout près de la forêt, où elle pouvait se consacrer à la peinture, à l'observation de ses animaux familiers (dont un cerf et une lionne !) et aux échanges avec ses amis artistes.

P1160124.JPG

C'est dans cette maison qu'elle reçut la visite de l'Impératrice Eugénie, venue la décorer de la Légion d'honneur (remise à une femme pour la toute première fois), puis de Sadi Carnot, Buffalo Bill, et tant d'autres personnages illustres.

P1160121.JPG

Cette maison, restée jusqu'à présent dans la famille de la meilleure amie de Rosa Bonheur, Anna Klumpke, a été mise en vente. La commune de Thomery n'a pas les moyens financiers de l'acquérir mais souhaiterait avant tout que l'atelier de Rosa, laissé parfaitement intact depuis la mort de l'artiste, soit préservé. On y voit les petits pots de peinture, la palette et les pinceaux, la blouse, une oeuvre en cours : il semble que Rosa se soit éclipsée un instant avant de revenir.

P1160118.JPG

Jeudi 27 novembre, le maire de Thomery, Monsieur Bruno Michel, organisait avec l'aide de Anne Zoé Vanneau, adjointe à la culture et au patrimoine, une table ronde autour de Rosa Bonheur pour faire connaître davantage cette grande artiste française, dont les œuvres figurent dans les plus belles collections, aux Etats-Unis notamment.

P1090078 zoom.jpg

Ce soir-là, devant une centaine de personnes, sont intervenus Marie Borin, biographe de Rosa Bonheur ("Rosa Bonheur - Une artiste à l'aube du féminisme" aux Editions Pygmalion, à lire absolument) et Pascale Nys, à propos de l'oeuvre picturale de l'artiste. Pour ma part, j'ai évoqué le sculpture de Rosa.

P1030503.JPG

Brebis broutant - Rosa Bonheur

Ce fut donc l'occasion d'expliquer que R.Bonheur était aussi talentueuse pour la sculpture que pour la peinture et que dès ses premières expositions, à 20 ans, ses premières créations furent remarquées. Et pourtant Rosa Bonheur réalisa peu d’œuvres : en bronze, on connaît trois taureaux, trois moutons, et il existe quelques sujets en cire, terre ou plâtre mais qui n'ont pas été édités (isard,sanglier, cheval...). Rosa a également modelé des fragments d'animaux, en particulier des jambes de chevaux et de taureau, mais il s'agit là d'études et non de modèles aboutis. Alors, si elle était à ce point talentueuse, pourquoi a-t-elle produit aussi peu de sculptures ?

P1030496.JPG

Brebis couchée - Rosa Bonheur

C'est tout simplement parce qu'elle a choisi de laisser cette technique à son frère Isidore, qui deviendra sculpteur après laissé la critique décider de son avenir : il a exposé au Salon peintures et sculptures (en particulier un cavalier africain attaqué par un fauve) et attendu les réactions pour savoir vers quelle technique il se tournerait.

Il est malgré tout certain que Rosa a fortement influencé Isidore et sans doute a-t-elle même réalisé certains des sujets portant la signature de son frère.

P1090542.JPG

Dromadaire harnaché - Isidore Bonheur

Rosa Bonheur choisit ses sujets parmi le bétail et les animaux sauvages de nos régions, mais, contrairement à Barye par exemple, ou à son frère Isidore, elle ne réalise pas d'animaux exotiques bien qu'elle possède une lionne apprivoisée.

Juliette, la jeune sœur de Rosa, s'est mariée avec Hippolyte Peyrol, excellent fondeur (ils auront un fils sculpteur, Auguste Hippolyte). Peyrol fond donc (au sable) les bronzes de la famille Bonheur et sait parfaitement restituer tous les détails de ces œuvres et leur donner une belle et riche patine. Les plus belles fontes de Rosa et Hippolyte portent un tout petit cachet "PEYROL" généralement sur le côté de la terrasse. Peyrol achètera quelques modèles et moules de Barye et les éditera avec le même soin.

P1050509.JPG

Comme Barye, Rouillard, Cain et son beau-père Pierre-Jules Mêne, avec qui elle entretient une abondante correspondance et qu'elle appelle "mon vieux PJ", Rosa Bonheur passe beaucoup de temps à la Ménagerie du Muséum de Paris (le zoo de Vincennes n'existe pas encore). Elle collectionne les bronzes de ces artistes et s'en inspire pour ses peintures. Ses propres bronzes lui servent aussi : elle pose les sculptures sur une table, projette dessus une lumière et dispose ainsi d'un modèle très réaliste pour le jeu des ombres. Elle utilisera par exemple, son taureau marchant pour son tableau des bœufs rouges du Cantal.

P1050270.JPG

Taureau couché - Rosa Bonheur

P1090082.JPG

Les "interactions" entre les artistes de la famille Bonheur sont nombreuses : une étude de Rosa représente un loup sur le dos que l'on retrouve exactement dans le bronze d'Isidore "Vache encornant un loup". Isidore s'inspire du grand tableau de Rosa "Le marché aux chevaux" pour créer plusieurs bronzes.

P1060451.JPG

Vache encornant un loup - Isidore Bonheur

Les œuvres de Rosa Bonheur montrent toutes une grande sensibilité, une certaine paix, à la différence de Barye qui aimait au contraire créer des animaux pris sur le vif, surpris ou en pleine action, souvent dans des scènes de prédation (serpent avalant une biche, tigre et gavial, lion et serpent, panthère surprenant un zibeth, etc.).

P1030502.JPG

Bélier couché - Rosa Bonheur

P1090081.JPG

Et comme un clin d’œil de cette géniale famille d'artiste, sur le chemin du retour, en passant devant le château de Fontainebleau, j'ai découvert ce bronze grandeur nature d'Isidore Bonheur : le zèbre attaqué par une panthère.

P1160128.JPG

00:03 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.