Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 janvier 2015

NOUVELLE CRÉATION : LES BOUQUETINS

Pour bien commencer l'année 2015, voici une nouvelle création : les bouquetins sur le rocher. Inspiré sans doute par la précédente création, les chamois, je persiste dans la ligne des animaux de montagne.

Bouquetin couché 2.jpg

Il existe un grand nombre d'espèces de bouquetins : bouquetin d'Espagne, du Népal, de Nubie, de Sibérie, sans parler des animaux appelés bouquetins à tort et qui sont en fait de la famille des chèvres, comme par exemple le bouquetin du Caucase dont le nom véritable est "chèvre aégagre". Les animaux que j'ai représentés sont des bouquetins des Alpes. 

Yvette Mathieu.JPG

Le bouquetin des Alpes est un gros animal, lourd, massif, proche d'un gros bélier auquel on aurait ajouté deux immenses cornes. Les plus gros mâles peuvent mesurer 90 cm au garrot, 160 cm de long et peser 100 kg. Les cornes atteignent 100 cm de long. Ce sont ces cornes qui caractérisent bien cet animal. Hautes, élégamment recourbées, elles portent à intervalles réguliers de grosses nodosités qui ne marquent d'ailleurs pas le nombre d'années de l'animal. Ces cornes sont si longues qu'un grand mâle peut aisément se gratter le postérieur en rejetant simplement la tête en arrière. C'est bien utile lors de la mue, quand l'animal quitte son pelage d'hiver, car cela provoque de fortes démangeaisons. C'est sans doute le bouquetin de Nubie qui porte les plus belles cornes, parfaitement recourbées en formant presque trois quarts de cercle.

Bouquetins sur rocher 2.jpg

Les cornes sont plus ou moins écartées selon les individus. Sur mon modèle, le bouquetin qui est debout au premier plan a les cornes un peu trop écartées et surtout elles ne sont pas tout à fait symétriques. Cela vient du fait que sur le modèle en terre, il est très difficile de faire tenir correctement les cornes, très lourdes. Pendant la prise des photos, l'une d'elles a légèrement pivoté ! Mais tout ceci sera corrigé sur le modèle en bronze, bien sûr.

Bouquetins sur rocher 1.jpg

L'histoire de la population des Alpes est intéressante. Jusqu'au XVème siècle, cette population était importante, mais, peu farouches et constituant une abondante réserve de viande, les bouquetins se sont fait tuer quand les armes à feu se sont répandues. C'est grâce au roi Charles-Félix de Savoie que les derniers bouquetins ont été sauvés : en 1821, il interdit leur chasse dans le domaine de Grand Paradis puis sur l'ensemble des terres de Savoie. Le roi Victor-Emmanuel II fera de Grand Paradis sa réserve de chasse et créera même un corps de garde-chasse affecté spécialement à la horde de bouquetins. 

P1010644.JPG

Côté français, à cette époque, il reste une petite population d'animaux dans une région plus isolée et escarpée : le massif de la Vanoise. Au cours du XXème siècle, des animaux passent de la Savoie à la Vanoise et accroissent ce groupe. La création de réserves et parcs naturels ainsi que la réintroduction d'animaux puis en 1981 un arrêté ministériel protégeant totalement l'espèce permettent à la population française des bouquetins de s'accroître pour atteindre aujourd'hui plus de 10 000 individus.

 

P1010634.JPG

 

Le bouquetin est dit animal de haute montagne mais en fait il peut se déplacer des crêtes situées à 3000 m l'été aux vallées à moins de 600 m en hiver. Sans doute parce qu'il n'est pas chassé, mais peut-être aussi parce qu'il est d'un naturel confiant, le bouquetin n'est pas farouche et se laisse approcher par l'homme, parfois à de très faibles distances. 

Bouquetin couché 1.jpg

Et pour terminer, deux anecdotes : le bouquetin fait partie des rares animaux à posséder dans le cœur un petit os en forme de croix ; il était autrefois très recherché car évidemment il était censé porter bonheur. Au début du XXème siècle, les autorités suisses demandent au roi d'Italie quelques bouquetins pour pouvoir les réintroduire chez elles ; le roi refuse. Elles demandent donc à un membre d'une famille de braconniers bien connus et très habiles de se rendre en Italie et de capturer des animaux. C'est ce qu'il fera, ramenant deux jeunes femelles et un mâle. J'ignore quelle fut la réaction du roi...

 

P1010657.JPG

Merci à Yvette M. qui m'avait fourni de nombreuses photos des chamois et illustre cette note avec ses photos de bouquetins.

11:27 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.