Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 janvier 2015

NOUVELLE CRÉATION : LE MOUFLON

Pour terminer ma série des grands ongulés de nos montagnes, après le chamois et le bouquetin, voici le mouflon.

Mouflon 4.jpg

L'appellation "mouflon" couvre un grand nombre d'espèces (une demi-douzaine) et sous-espèces (une trentaine), bien répertoriées par les taxonomistes (du grec "taxis" : classement, ordre, et "nomos" : loi, règle). Je ne vais pas toutes les énumérer ici mais je peux simplement dire qu'il y a trois grands groupes : les mouflons sibériens et nord-américains (parmi lesquels les beaux mouflons de Dall) ; les mouflons d'Asie orientale ou "argali" (dont le plus grand et le plus beau des mouflons, le magnifique "Marco polo" aux immenses cornes, qui peut peser 130 kg) ; les mouflons d'Asie occidentale et centrale. C'est parmi ces derniers que l'on trouve nos mouflons français.

P1090906.JPG

Il est intéressant de voir que la taxonomie n'est pas figée pour toujours. Celle du mouflon de Corse (Ovis ammon musimon), qui regroupait une population un peu trop hétérogène, a récemment fait l'objet d'une révision. Pour faire simple, on distingue désormais le mouflon de Corse (Ovis gmelini musimon) avec trois variétés (Corse, Sardaigne, Chypre) et le mouflon méditerranéen, qui regroupe des populations de mouflons introduits sur notre continent et plus ou moins hybridés avec des moutons domestiques ou diverses espèces de mouflons sauvages.

Mouflon 1.jpg

Le mouflon de nos campagnes est très proches du mouton, en effet : même corps rectangulaire et large, même museau busqué, mêmes petites oreilles, etc. Les cornes sont également assez proches bien que de taille différentes : elles sont particulièrement épaisses et larges chez l'animal sauvage et, sans aller jusqu'au splendide trophée du Marco polo, elles peuvent faire un tour complet.

P1090905.JPG

Le mouflon est-il réellement un animal de montagne ? Pas vraiment en fait, car il ne monte pas du tout aussi haut que les chamois et les bouquetins, et il craint beaucoup les couches de neige un peu épaisses, qui l'empêchent de se nourrir et de se déplacer : 20 cm de neige légère ou 5 cm de neige lourde peuvent le mettre en danger. Idéalement, son habitat est fait de vastes espaces ouverts, de collines rocailleuses à altitude moyenne et faiblement enneigées, couvertes d'herbes et d'arbustes. C'est pourquoi on trouve des mouflons en Espagne, Italie, Suisse, Luxembourg, Danemark, etc.

Mouflon 3.jpg

En France, ces animaux sont présents dans les Alpes, bien sûr, mais aussi en Auvergne, dans le Languedoc Roussillon, dans l'Oise, les Ardennes, le Périgord, etc. Ces introductions ont été faites généralement à des fins cynégétiques. Dans les régions plates, humides, il est à noter que les mouflons ne se développent généralement pas bien et présentent des maladies et des caractéristiques dites aberrantes. Le nombre de mouflons en France serait de l'ordre de 10 000 animaux.

P1090906 zoom.jpg

Mon gros mâle possède un poil épais, une véritable crinière, un garrot assez prononcé, un museau busqué, de belles cornes épaisses et usées, des orbites en relief : c'est un vieux mâle de plus de six ans. Il fait partie de ces animaux qui se déplacent beaucoup, de hardes en hardes, ne retrouvant les femelles qu'au moment du rut ou lorsque la neige favorise les regroupements. Comme les chèvres et les moutons, sa pupille est rectangulaire, ce qui lui donne un curieux regard, un peu myope.

Dimensions : 38 cm (long) x 26 cm (haut) x 12 cm (prof.)

18:54 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je suis toujours aussi admirative de la précision et de l'authenticité avec laquelle vous reproduisez tous ces animaux!

Écrit par : Sylvie Ducloux-Lebon | 01 février 2015

Merci !

Écrit par : Colcombet | 01 février 2015

Les commentaires sont fermés.