Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 janvier 2016

LES BEAUX MUSÉES DE PARIS : LE PETIT PALAIS

Après le Musée de l'Homme, le musée Cognacq-Jay, le musée Carnavalet, voici le musée du Petit-Palais.

P1200286.JPG

Certains ignorent ce qu'abrite le Petit Palais à Paris, que l'on prend à tort pour une espèce d'accessoire du Grand Palais. Ceux qui montent les marches et franchissent la majestueuse porte de ce bâtiment construit pour l'Exposition Universelle de 1900 sont impressionnés par le taille du grand hall mais un peu étonnés par le vide de cette pièce ; ils risquent d'en déduire que le Petit Palais est plus ou moins abandonné, ou bien qu'il sert uniquement, comme le Grand Palais, à recevoir des expositions temporaires ou des manifestations de grande ampleur.

P1200253.JPG

En réalité, il ne faut pas s'arrêter à ce premier coup d’œil : le musée du Petit Palais est l'un des plus beaux et des plus agréables musées de Paris. Comme le musée Carnavalet et le musée Cognacq Jay, l'accès aux collections permanentes est gratuit.

P1200228.JPG

Le bâtiment a été conçu par l'architecte Charles Girault selon un plan en forme de trapèze. En son cœur, un agréable jardin bordé d'un péristyle est un lieu de promenade parfait.

P1200199.JPG

Si le Petit Palais a été construit en 1900, les décors peints et sculptés, très riches, ont été réalisés entre 1903 et 1925. L'architecte a voulu donner un caractère grandiose à ce palais officiel : plafonds peints, escalier majestueux bordé d'une très belle rampe en fer forgé, coupole décorée par Maurice Denis, grands panneaux aux thèmes ambitieux (La Matière, La Pensée, La Mystique, La Plastique), bustes, médaillons... attirent l’œil et forcent l'admiration.

P1200250.JPG

Les collections du musée sont très variées : de l'Antiquité à la période contemporaine, les différentes salles présentent de façon claire, aérée et moderne des objets, meubles, tableaux sculptures illustrant parfaitement le projet culturel de l'établissement : expérience de la beauté, intelligence du sens, désir de création.

P1200201.JPG

La femme à l'arc - Marbre de Jules Desbois

Un grand nombre de ces œuvres ont été données par des collectionneurs passionnés : en 1902, les frères Dutuit ont légué 20 000 oeuvres diverses, allant d'objets antiques à des ensembles très complets de Rembrandt et Dürer en passant par des livres, des tableaux flamands, des ivoires, des manuscrits anciens, etc. En 1930, la donation Tuck permettait au Grand Palais de s'enrichir de nombreuses œuvres du XVIIIème siècle : meubles, tapisseries, tableaux primitifs, porcelaines, etc.  Et les legs ont ainsi continué jusqu'à nos jours avec des dessins de joaillerie, des sculptures de Landowski, des icônes russes, etc.

P1200217.JPG

Julia Stell Tuck - Marbre de Louis Aimé Lejeune

Les salles du Petit Palais sont belles, claires, propres, reposantes. C'est un régal pour les yeux de s'attarder parmi les meubles XVIIIème, les vases de Gallé, les superbes coupes et rhytons de l'Antiquité, les maquettes de sculpture monumentales, les immenses tableaux, très évocateurs, de Gustave Doré, ou les scènes du Paris du XIXème siècle.

P1200224.JPG

P1200219.JPG

Alexandre et Bucéphale - Huile de G.B. Tiepolo

P1200221.JPG

Pendule à orgues "Le concert des singes"

Bronze et porcelaine par Moisy, Chambellan et Kändler (vers 1755)

P1200222.JPG

P1200229.JPG

"Les premières funérailles" (Adam et Eve portant Abel) - Marbre de E.Barrias

P1200231.JPG

 "La vallée de larmes" - Huile de Gustave Doré

On aurait tort de réduire les œuvres de Gustave Doré (1832-1883) aux gravures en noir et blanc illustrant la Bible, Pantagruel ou les Fables de la Fontaine. Il réalisa aussi d'immenses toiles notamment un cycle biblique exposé avec succès en Angleterre puis aux Etats-Unis. Ces peintures, oubliées, ont été retrouvées en 1947 dans un entrepôt de Manhattan et vendues aux enchères. Cette immense "Vallée de larmes" est extrêmement puissante et évocatrice. Peinte par l'artiste peu avant sa mort, elle montre le Christ partant vers sa Passion mais déjà presque auprès du Père. Au pied d'une haute falaise, il se retourne et voit le peuple humain épuisé qui le pleure mais ne parvient pas à le suivre jusqu'au bout, attendant son retour.

P1200234.JPG

La Vierge aux anges - Huile de W.Bouguereau

P1200240.JPG

Les Halles - Immense huile de Léon Lhermitte

P1200242.JPG

Sans asile - Huile de Fernand Pelez

Une très vaste salle du Petit Palais est consacrée à la peinture XIXème et plusieurs toiles ont pour thème la vie populaire parisienne : "Les Halles", immense et très spectaculaire, "Les Saltimbanques", poignants avec leurs efforts pour donner dans leur misère l'illusion de la gaieté et du rêve, et cette scène de "Sans asile", qui valut à Pelez son premier succès au Salon en 1883. La femme aux yeux clairs, allaite un bébé mais est prostrée, écrasée, presque hallucinée par la sombre perspective qui s'ouvre devant elle. Trois enfants dorment près d'elle, dont l'un est pieds nus, tandis qu'un autre, assis, rumine de sombres pensées et peut-être des idées de vengeance. Toute la fortune de la famille expulsée est là : quelques hardes, un seau, un demi-poêle, un sac de jute servant de paillasse... Au mur, des restes d'affiches : sur l'une, le Ministère du travail annonce une adjudication au rabais de travaux à exécuter, sur les autres, dramatique ironie, une grande fête musicale et dansante, et une soirée dansante...

P1200254.JPG

Soleil couchant sur la Seine à Lavacourt, effet d'hiver - Claude Monet 

P1200259.JPG

Deux magnifiques pélicans, bronze plutôt rare de Rembrandt Bugatti

P1200265.JPG

Nausicaa - Lucien Simon

P1200276.JPG

Jugement du Pape Formose - Jean-Paul Laurens

A la fin du IXème siècle, le pape Formose fut jugé post-mortem. Son corps fut exhumé et un procès eut lieu. Il finit dégradé de ses insignes pontificaux et son corps fut jeté dans le fleuve.

Cette histoire dramatique est en fait très compliquée. En 891, Formose devient pape. On ne connaît pas bien ses origines mais selon une certaine tradition, il était corse. Formose se trouva pris dans une tempête, au cœur de querelles entre les "grands" de ce monde : entre Eudes comte de Paris et Charles le Simple en France, entre l'archevêque de Cologne et celui de Hambourg qui se disputaient la Brême, entre le patriarche et le fils de l'Empereur à Constantinople. Forcé de couronner Empereur le duc Guy de Spolète, Formose convainquit Arnulf de Carinthie de venir combattre cet empereur et de libérer Rome et l'Italie, ce qui fut fait. A la mort de Formose, les papes Boniface VI puis Etienne VI lui succédèrent. Ce dernier était sous l'influence de la femme et du fils de Guy de Spolète, qui cherchaient à venger leur époux et père. Ils persuadèrent donc Etienne VI de juger Formose post-mortem, dans ce qu'on a appelé plus tard "Le concile cadavérique".

P1200276 zoom.jpg

Formose fut jugé indigne d'être pape : on lui retira ses insignes, on trancha les trois doigts de la main droite qu'il utilisait pour les bénédictions et consécrations, son corps fut jeté dans le Tibre. On le retrouva dans les filets des pêcheurs. Après la mort du Pape Etienne, le corps de Formose fut réenterré à Saint-Pierre et on interdit les procès post-mortem. Mais l'histoire ne s'arrête pas là : Serge, pape de 904 à 911, valida les accusations portées contre Formose et exigea que les évêques consacrés par lui le fussent à nouveau, ce qui créa une grande confusion. Finalement, l'Eglise confirma les nominations faites par Formose, Serge étant identifié comme un grand pêcheur coupable de plusieurs assassinats.

Jean-Paul Laurens, républicain très anticlérical, s'est saisi de ces épisodes dramatiques pour en faire un tableau saisissant.

P1200281.JPG

Toute la délicatesse et le talent de Carpeaux

dans ce charmant buste en plâtre

de Mademoiselle Fiocre, première danseuse à l'Opéra de Paris.

P1200282.JPG

La Marquise de La Valette - Plâtre de Carpeaux

11:58 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.