Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 février 2016

GIRAFES DU PARC DE LA TÊTE D'OR : OU EN SOMMES-NOUS EXACTEMENT ?

Je vous propose de faire ici un point à peu près complet du grand projet Grandeur Nature Lyon consistant à réaliser en bronze et installer au cœur de Lyon, au Parc de la Tête d'or, une girafe adulte et son girafon en taille réelle.

Girafe réelle et girafon bronze droite + logo.jpg

Ce projet, porté par le fonds de dotation Devenir créé par Jean Brunet-Lecomte, épaulé par Faustine Lepinoy, a plusieurs objectifs : inviter les 3 millions de visiteurs du Parc à la contemplation de la beauté animale, leur offrir une oeuvre d'art figurative, faire réfléchir à l'avenir de la faune sauvage et plus généralement à la préservation de la biodiversité, impliquer les plus jeunes dans cette démarche.

NANE8117.jpg

Photo JD Nogier

Techniquement :

La maquette en terre de la girafe et du girafon a été créée fin 2015 et début 2016. Celle de la girafe adulte mesure environ 55 cm de haut et 70 cm de long. Réalisé par Pierre Revol, installé à Crest (Drôme), le moule en élastomère est presque terminé, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous.

P1000908.JPG

Sur la maquette en terre de la grande girafe, les différentes couches d'élastomère ont été appliquées. Elles sont scindées en plusieurs parties qui permettront le démoulage. Pour rigidifier l'ensemble du moule, il faut maintenant appliquer sur l'élastomère, qui reste souple, une épaisse couche d'un mélange de plâtre et de fibres de sisal qui, en séchant, formera une carapace dure.

P1000920.JPG

Sur la maquette du girafon, on voit parfaitement cette carapace rigide, à l'intérieur de laquelle se trouve le moule en élastomère.

Courant mars, un exemplaire en cire du girafe et du girafon sera réalisé dans ces moules. J'irai alors à la fonderie Barthélémy Art à Crest (Drôme) le corriger et le modifier si nécessaire, puis cette cire sera numérisée, éventuellement corrigée encore à l'écran et l'impression en 3 dimensions sera lancée. Avec ce procédé, un fil d'amidon appelé PLA est guidé automatiquement par ordinateur et vient se déposer sur une plaque selon le modèle à reproduire. Peu à peu, la sculpture en PLA s'élève, le fil chauffé venant se coller à l'étage inférieur. Les dimensions des pièces à créer ici obligeront à imprimer chaque animal en plusieurs morceaux.

P1180080.JPG

L'imprimante 3 D de la fonderie Barthélémy Art en action. La matière blanche ressemblant à de la fibre de verre est le "PLA". 

Et pour la voir en action, voici une brève vidéo (cliquez sur le lien ci-dessous) :

Imprimante 3D Barthélémy Art

C'est exactement ce processus que nous avons testé avec l'agrandissement du crocodile du Nil, passé de 40 cm à 180 cm environ (photo ci-dessous). L'examen de l'agrandissement a permis de voir que la silhouette du saurien serait mieux si on lui allongeait un peu la queue ; 10 cm de queue de crocodile ont donc été imprimés en 3D puis assemblés au milieu de la queue de l'animal.

P1190227.JPG

Les deux crocodiles : le petit modèle en cire, mesurant 40 cm, et l'agrandissement en PLA, issu de l'imprimante 3D, mesurant environ 180 cm de long.

Le modèle en PLA semble être en fibre de verre. Il est rigide, la surface est dure mais elle présente un aspect tissé inesthétique. De plus, les minuscules imperfections ou simplifications de quelques mm ou cm sur le modèle original deviennent très visibles sur l'agrandissement et doivent donc obligatoirement être retravaillées. Pour ce faire, toute la surface de l'agrandissement est recouvert de cire et l'artiste intervient.

DSC_0008 light.jpg

Le crocodile agrandi à côté de son modèle. Toute la surface a été recouverte de cire (bleue) et j'ai longuement travaillé chaque écaille, chaque griffe, chaque détail de la peau compliquée du crocodile.

Lorsque le modèle en PLA sera complètement prêt, le processus de la fonte reprendra normalement : l'animal sera placé dans un cylindre, noyé dans le plâtre, mis au four où le plâtre cuira et le PLA recouvert de cire fondra puis dans l'espace laissé ainsi libre, le bronze en fusion sera coulé.

P1100289.JPG

Insertion du cylindre en métal autour du modèle en cire.

P1100282.JPG

L'un des fours de la fonderie Barthélémy Art

E Coulée 19 light.jpg

"La coulée" : le bronze en fusion est coulé dans le cylindre de plâtre cuit et remplit ainsi l'espace laissé libre par la cire qui a fondu et s'est échappée.

La taille de la girafe et du girafon exigera là aussi que les sculptures soient fondues en plusieurs parties, qui seront ensuite assemblées et soudées, puis patinées avant l'installation au cœur de Lyon.

A noter : 10 exemplaires originaux des maquettes seront également édités en bronze et mis en vente auprès des collectionneurs, qui garderont ainsi chez eux la réplique en "petite" taille (environ 55 cm de haut tout de même !) des statues monumentales du Parc de la Tête d'or. Le premier exemplaire de ces bronzes devrait être édité vers le 20 mars 2016.

Girafe et girafon.jpg

La date d'installation des girafes au Parc n'est pas encore précisément arrêtée : elle dépend des délais de réalisation technique et du bouclage du budget de l'opération.

Les actions périphériques :

Comme nous l'avions demandé au début du projet, la Mairie de Lyon et l'Académie ont désigné une classe qui suivra le projet de bout en bout. Il s'agit de la classe de CM2 de M.Michel Tchoukriel du Lycée Jean Rostand de Lyon.

Damien présente le projet des girafes aux CM2 de l'école Jean Rostand Lyon.jpg

Les élèves de CM2 de l'école Jean Rostand à Lyon

Je me suis donc rendu dans cette classe le 11 février pour faire une conférence aux enfants et leur permettre de découvrir ainsi la sculpture, l'art animalier et le projet Grandeur Nature Lyon. Très attentifs durant toute la durée de mon intervention, qui a duré plus de 90 mn, les enfants ont posé des questions pertinentes et ont fait preuve de beaucoup de vivacité et d'intelligence. Si tout se passe bien, les enfants visiteront les coulisses du zoo de Lyon et, événement rare, la fonderie Barthélémy à Crest.

P1030529 compressée.JPG

Les girafes du Parc de la Tête d'or à Lyon

En parallèle de la création des sculptures, il faut mener des actions techniques indispensables : détermination avec la Mairie, la Direction des Espaces verts, la Direction du zoo de Lyon et les Architectes des Bâtiments de France du lieu d'installation des sculptures, examen du sous-sol pour identifier le passage d'éventuels réseaux, conception du socle, rencontre avec Véritas qui certifiera la solidité de la girafe, du socle et de la pose, etc.

06016-2010-05-PTO Plan-General-300dpi.jpg

Plan du Parc de la Tête d'or

Communication :

Grandeur Nature Lyon passionne les médias lyonnais. Lors du lancement de la 1ère campagne de financement participatif, en juin-juillet 2015, les articles de presse furent très nombreux : Lyon Citoyen, Le Progrès, C'est en ville, Lyon Capitale, Lyon Mag, MétroNews, 20 Minutes, RCF, etc.

Presse.jpg

La deuxième campagne, actuellement en cours, a également bénéficié d'une très belle couverture médiatique.

Le Progrès 20 janvier 2016.jpg

Le Progrès - 20 janvier 2016

JC Decaux s'est associé au projet et a offert deux semaines d'affichage dans Lyon en janvier sur une vingtaine de panneaux, très remarqués.

IMG_1155.jpg

La radio RCF a diffusé récemment une interview de 12 mn ; vous pouvez la retrouver ici :

Interview Damien Colcombet sur RCF

Enfin, le réalisateur Jean-Dominique Nogier a décidé de filmer tout le projet, de la création des maquettes en terre à l'installation des sculptures au Parc en passant par l'impression 3D, la fonte en bronze, les activités de la classe de CM2 qui suit le projet, les échanges avec la Direction du zoo, le transport des girafes de Crest à Lyon, etc. L'objectif est de réaliser un documentaire d'environ 52 mn.

C'est déjà Jean-Dominique qui a réalisé la vidéo de présentation du projet :

Vidéo Grandeur Nature Lyon au Parc

 

Financièrement :

Grandeur Nature Lyon bénéficie du soutien de la Mairie de Lyon au plan technique et en termes de communication, mais le financement du projet se fait exclusivement sur fonds privés. A la différence de la plupart des projets publics, Grandeur Nature Lyon bénéficie uniquement de la déductibilité fiscale des dons mais ne reçoit aucune subvention de la ville, du Grand Lyon, de la région ou de l'Etat. Ce projet n'alourdira donc pas les impôts des Lyonnais ! Mais il faut trouver des fonds privés, ce qui, en période de crise, n'est pas facile.

Le budget de Grandeur Nature Lyon est inférieur à 200 000 € (pour comparaison, voir par exemple cet article de presse) : 

Une sculpture à 769 000 €

Sur les 190 000 € recherchés, une partie importante est apportée en "mécénat de compétence", donc sous forme de don en nature ou en prestation. J'ai décidé d'offrir mon travail et donc de ne pas me rémunérer du tout sur ce projet malgré le temps et l'énergie considérable qu'il représente. Mais il faut bien financer la réalisation de la sculpture elle-même. Et même si la fonderie Barthélémy Art à Crest fait d'importants efforts dans tous les domaines pour que ces sculptures voient le jour, il reste des dépenses incompressibles.

E Coulée 11 light.jpg

Nous nous sommes donc tournés vers les entreprises et associations et plusieurs ont répondu avec un bel enthousiasme et une générosité formidable : Marché U du 6ème arrondissement de Lyon (rue Boileau), la Fondation Bullukian, la galerie Estades, la Caisse des Dépôts, la Banque Populaire Loire-et-Lyonnais, l'UIMM, FEMAT, etc. D'autres nous rejoindront, séduites par le projet, conscientes qu'il sera vu par 3 millions de personnes chaque année et heureuses de s'associer à un événement durable et très médiatisé.

En parallèle, afin de mobiliser tous les amateurs d'art, les amoureux de la nature, les Lyonnais, les passionnés de sculpture, nous avons lancé deux campagnes de financement participatif sur le site Arizuka. La première, en juillet 2015, a permis de recueillir plus de 19 000 € et ainsi assuré la réalisation du girafon. La seconde est actuellement en cours et devra permettre la fonte de la grande girafe.

P1130424.JPG

A ce jour, 19 février 2016, cette seconde (et dernière) campagne de financement a recueilli environ 4700 €. Nous sommes encore loin des 15000 € espérés.

Toute l'équipe du fonds de dotation Devenir et de Grandeur Nature Lyon continue donc son action de recherche de mécènes et de mobilisation, persuadée que le projet ne peut pas s'arrêter si près du but.

Soutenez Grandeur Nature Lyon (et bénéficiez de la déductibilité de 66% de votre don) en allant sur Arizuka. La campagne se termine dans 20 jours :

Arizuka Grandeur Nature Lyon

Parc de la TO.jpg

17:07 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

15 février 2016

LE PAON - EXTRAIT DE "HISTOIRES NATURELLES" DE JULES RENARD

P1090894.JPG

"Il va sûrement se marier aujourd’hui.
Ce devait être pour hier. En habit de gala, il était prêt. Il n’attendait que sa fiancée. Elle n’est pas venue. Elle ne peut tarder.
Glorieux, il se promène avec une allure de prince indien et porte sur lui les riches présents d’usage. L’amour avive l’éclat de ses couleurs et son aigrette tremble comme une lyre.
La fiancée n’arrive pas.

P1130956.JPG
Il monte au haut du toit et regarde du côté du soleil. Il jette son cri diabolique :
Léon ! Léon !
C’est ainsi qu’il appelle sa fiancée. Il ne voit rien venir et personne ne répond. Les volailles habituées ne lèvent même point la tête. Elles sont lasses de l’admirer. Il redescend dans la cour, si sûr d’être beau qu’il est incapable de rancune.
Son mariage sera pour demain.
Et, ne sachant que faire du reste de la journée, il se dirige vers le perron. Il gravit les marches, comme des marches de temple, d’un pas officiel.
Il relève sa robe à queue toute lourde des yeux qui n’ont pu se détacher d’elle.
Il répète encore une fois la cérémonie."

Merveilleux Jules Renard... (Extrait de "Histoires naturelles")

P1120175.JPG

21:50 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)