Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2016

NOUVELLE CREATION : LE DRAGON DE KOMODO

Voici une nouvelle sculpture, encore en terre : le "Dragon de Komodo". Ce très grand varan, sorte de lézard, vit en Indonésie centrale, dans quelques îles près de Bornéo, dont l'île de Komodo. Il en reste environ 5000 individus.

P1010480 détourée N&B.jpg

Varanus komodoensis peut dépasser les trois mètres et peser plus de 150 kg. Le plus grand varan connu mesurait 3,13 m pour 166 kg.

P1010532 détourée N&B.jpg

Le Dragon de Komodo peut courir à 20 km/h et plonger profondément. Les jeunes grimpent aux arbres pour éviter de se faire dévorer par les grands adultes. Ceux-ci possèdent un corps massif, aux pattes puissantes armées de très grandes griffes. Leur queue est aussi longue que leur corps. Ils marchent généralement à pas assez lents, les coudes vers l'extérieur, ce qui leur donne un air patibulaire, la queue traînant au sol. Ils sortent constamment leur langue, qui est leur principal organe sensoriel. Leur peau forme de nombreux plis.

P1010520 détourée N&B.jpg

Les Dragons de Komodo peuvent s'attaquer à des proies aussi grosses qu'un cerf, un sanglier et même un buffle. Pour ce faire, ils mordent un animal et attendent patiemment que cette blessure s'infecte. Selon certaines sources, l'infection est rapide à cause des marigots, où traînent tous les microbes et bactéries imaginables, et du climat humide et chaud. Selon d'autres sources, le dragon de Komodo empoisonne lui-même ses proies, soit par venin, soit par les nombreuses bactéries hébergées sur ses gencives et ses dents. La question de savoir si le dragon de Komodo est venimeux ou non ne semble pas tranchée. Vidéo Dragon et buffle

P1010539 détourage N&B.jpg

La mâchoire de ces animaux peut s'ouvrir démesurément et leur permet d'avaler une proie aussi grosse qu'une chèvre. Le varan de Komodo peut être dangereux pour l'homme. Toutefois, les cas d'attaques sont très rares. Nicole Viloteau, herpétologue, a réussi à approcher de très près les dragons et a établi une sorte de familiarité avec eux, allant jusqu'à les caresser, les abreuver, arracher les tiques qui les font souffrir, etc. Les varans restent toutefois imprévisibles. Voir : Vidéo Nicole Viloteau et dragons

Dans l'un des derniers James Bond, Skyfall, une rixe se termine dans une fosse contenant des dragons de Komodo et ceux-ci n'ont pas l'air d'apprécier cette intrusion : Vidéo James Bond et les dragons

P1010493 détourée N&B.jpg

Je me suis attaché à rendre ici l'aspect massif d'un grand varan, son ventre lourd, ses pattes puissantes et sa tête si particulière. Il se hisse sur ses antérieurs pour apercevoir une proie ou quelque chose qui l'intrigue. La peau laisse deviner par endroit l'aspect écailleux, toutefois beaucoup moins marqué que sur un crocodile.

P1010521 détourée N&B.jpg

10:24 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Très très belle réalisation. Pour en avoir vu en vrai à Komodo c'est tout à fait fidèle à la réalité. Pour être plus que parfait vous auriez peut-être pu rajouter la langue si particulière aux varans qui est presque en permanence sortie. Prochaine sculpture?
Bien à vous
Philippe Dumas

Écrit par : dumas | 15 avril 2016

Bonjour,
Merci beaucoup pour toutes ces informations que nous avons lues avec ma petite-fille de 10 ans. Nous sommes aussi allées voir les vidéos: Vidéo Dragon et buffle et Vidéo Nicole Viloteau et dragons. C'est très instructif et fort intéressant.
Pour en revenir à votre oeuvre, elle est superbe! comme d'habitude! Et puis, ce n'est pas souvent qu'un sculpteur s'intéresse à cette espèce.
Bien sincèrement
Sylvie DL rencontrée au salon de Bry sur Marne

Écrit par : Sylvie Ducloux-Lebon | 16 avril 2016

Merci de ces commentaires sur un animal quand même assez étonnant. Effectivement, je crois que peu de sculpteurs se sont "attaqués" à ce sujet...
J'ai hésité à montrer la langue, qui rentre et sort constamment, c'est vrai, mais quelques essais ne m'ont pas convaincu. Sans doute parce que c'est le mouvement incessant qui fascine dans cette langue, et qu'on ne peut évidemment le rendre en sculpture.

Écrit par : Colcombet | 21 avril 2016

Les commentaires sont fermés.