Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 avril 2016

ROSA BONHEUR SUR FRANCE CULTURE. DOMMAGE QUE...

Du 7 avril au 25 juillet, le musée national de Port-Royal des Champs présente une exposition sur "Rosa Bonheur et sa famille : trois générations d'artistes". Voir : Rosa Bonheur à Port-Royal des Champs

Le 16 avril 2016, France Culture consacrait une émission à Rosa Bonheur, illustre artiste dont j'ai abondamment parlé ici. La journaliste Perrine Kervran m'a interrogé et j'ai donc participé - un peu - à cette émission, aux côtés notamment de Marie Borin, excellente biographe de Rosa Bonheur et qui est certainement la personne qui connaît le mieux cette grande artiste, puisqu'elle a eu accès à de très nombreux documents inédits dans les archives de sa propriété, le château de By à Thomery.

P1160119.JPG

Le château de By à Thomery

L'intérêt d'une telle émission est de rendre l'artiste très vivante et d'être facile et agréable à écouter. Différents points de vue sont confrontés et c'est instructif : c'est donc une belle émission que je recommande.

Mais il est curieux de constater que l'émission consacre autant de temps à la supposée homosexualité de Rosa Bonheur : ce sujet revient à plusieurs reprises comme si c'était important. Or, jamais Rosa Bonheur, femme éminemment forte et libre, n'a déclaré ou laissé entendre qu'elle était homosexuelle, malgré les affirmations farfelues que l'on entend au cours de l'émission ("lesbienne assumée" !). 

P1180184.JPG

Comme le dit fort bien Marie Borin, Rosa a certainement été choquée, bouleversée par la vie très difficile de sa mère, dont un mari fantasque prenait fort peu soin, et qui est morte jeune d'épuisement. Son corps a été mis dans la fosse commune faute de moyens, alors que son père oubliait de faire vivre sa famille et se consacrait au saint-simonisme, alors devenu une sorte de secte un peu folle.

Si Rosa a choisi de ne pas se marier, c'est certainement, comme elle le dit, pour ne pas tomber sous la coupe d'un mari qui se comporterait comme son père (que pourtant elle aimait) vis-à-vis de son épouse. Rosa a donc choisi de vivre libre, partageant sa grande maison avec Mme Micas et sa fille - elle considérait la famille Micas comme sa propre famille - puis avec Anna Klumpke, artiste américaine. Il n'y a donc pas grand chose d'autre à en dire.

P1160524.JPG

A propos de cette prétendue homosexualité, Rosa dira de ceux qui en ont vu la trace dans son amitié pour Nathalie Micas puis Anna Klumpke qu'ils n'ont rien compris. Elle précisera à la fin de sa vie qu'elle est "toujours restée pure" et fera écrire sur sa tombe que "l'amitié est une affection divine". Elle appelait sa maison "le domaine de la parfaite amitié".

Son indépendance d'esprit et financière, son anticonformisme surprenant pour son époque et qui s'exprimera tant de fois même vis-à-vis des rois, reines et empereurs, l'auraient conduit à assumer sans complexe sa condition homosexuelle si cela avait été la réalité - et nul n'aurait eu à la juger ! - mais ce n'est pas le cas. Il est risible d'entendre que le portrait où Rosa Bonheur pose avec un petit chien sur les genoux et son ami Anna près d'elle est la marque d'un petit couple bourgeois installé dans son homosexualité ! Les autres arguments avancés sont également sans fondements. 

P1030502.JPG

Il est vrai qu'en faisant intervenir très longuement une historienne d'art qui n'a pas écrit de livre sur Rosa Bonheur mais a participé au Mouvement de Libération des femmes (MLF) en 1971, à la fondation du Front homosexuel d'action révolutionnaire et des Gouines rouges, qui s'est fait une spécialité de l'homosexualité féminine, la journaliste savait à quoi s'attendre... Et d'ailleurs, sur le site de France Culture, Rosa Bonheur est présentée ainsi : "Reconnue à l'époque pour son Marché aux chevaux, on s'en souvient aujourd'hui comme une figure pionnière de la cause homosexuelle et féministe". Tout est dit : son oeuvre n'aurait donc plus d'importance aujourd'hui mais ce qui compte, c'est d'imaginer sa vie intime et d'en faire un symbole d'une cause qui lui était en fait complètement étrangère et qu'elle a réfutée elle-même.

Dommage donc qu'une grande artiste comme Rosa Bonheur soit ainsi l'objet de jugements hâtifs et de tentatives de récupération alors que c'était une femme libre, indépendante, forte, généreuse, qui a pris les moyens de vivre différemment des autres, sans juger, mais qui n'aurait certainement pas appréciée de voir sa vie intime ainsi déformée, comme si son indépendance dérangeait et devait être vite rangée dans une case.

Hormis ces divagations (qui n'ont pas plus d'intérêt que de se demander si elle n'était pas végétarienne, si elle avait des enfants cachés ou si elle aurait été résistante ou collaboratrice pendant la guerre de 40 !), l'émission est très intéressante. Bien entendu, 59 minutes, c'est beaucoup trop court pour vraiment connaître la très riche vie de Rosa Bonheur et sa famille. Je conseille donc de lire plusieurs ouvrages :

Bonheur Borin couv.JPG

L'indispensable Rosa Bonheur - Une artiste à l'aube du féminisme - Marie Borin.

Bonheur Klumpke couv.JPG

Si vous réussissez à le trouver, le formidable et très touchant livre de Anna Klupke, qui a longtemps partagé le domicile et l'amitié de Rosa Bonheur

P1180470.JPG

Le petit livre très bien fait édité par le Musée de Vernon à l'occasion d'une belle exposition sur Rosa Bonheur 

Et pour réécouter l'émission :

France Culture : Rosa Bonheur

14:43 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Ha, l'homophobie ^^

Écrit par : FabienMondan | 02 mai 2016

Non aucune homophobie. Le mode de vie de Gide, Colette, et bien d'autres artistes et écrivains que j'aime tant ne me dérangent aucunement mais avec Rosa Bonheur, il s'agit d'une théorie récurrente et pourtant fantaisiste, ce qui m'agace autant que si on faisait d'elle un porte-drapeau de la Commune, une mère de famille modèle ou une géniale femme d'affaires. C'est simplement faux. Pourquoi s'acharner à transformer ainsi les faits ?

Écrit par : Colcombet | 02 mai 2016

Bien sûr, bien sûr, ni homosexuelle, ni hétérosexuelle. Un membre de la Bienheureuse Communauté des Anges Insouillée par cet horrible sexe. Quelle bénie des dieux. ^^ D'ailleurs, si elle avait été lesbienne, elle si franche, elle l'aurait bien évidemment dit et clamé haut et fort. Qu'importe le 19ème siècle et ses frilosités. ^^

Écrit par : FabienMondan | 05 mai 2016

Les commentaires sont fermés.