Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juillet 2017

NOUVELLE CRÉATION : GIRAFES AU GALOP

Voici une nouvelle création "évolutive" : un groupe de girafes au galop dont je ne sais pas encore de combien d'animaux il se composera. Je retrouve ici la même inspiration que celle des éléphants d'Afrique en marche, qui a finalement compté 7 pachydermes.

Girafes 1 2 3 et 4.jpg

C'est une évidence, la girafe est un superbe animal et ce n'est pas maintenant, alors que dans quelques semaines une sculpture grandeur nature de ce beau mammifère prendra place au Parc de la Tête d'Or à Lyon, que je vais me lasser de représenter cet ongulé.

P1020169.JPG

Je ne suis bien sûr pas le premier à modeler la girafe : Barye, Rembrandt Bugatti et bien des artistes contemporains se sont attaqué à ce modèle en fait difficile. Outre les problèmes techniques que posent les pattes fines et le cou très long, cet animal a une morphologie très particulière, avec son corps court et massif, ses omoplates saillantes, sa curieuse tête faite de bosses et de creux. Il est nécessaire de bien représenter cet air un peu hautain et fragile que l'on attribue à ces animaux effectivement sensibles nerveusement.

P1070665 copie.jpg

Lorsque les girafes courent, elles semblent le faire au ralenti et l'on craint qu'elles ne glissent et tombent, un peu comme si elles étaient montées sur des échasses. Je pense que cette allure curieuse ne vient pas seulement de l'amble mais aussi du fait qu'à la différence du cheval, par exemple, elles replient peu l'extrémité des pattes, au niveau du boulet, et ont donc un air raide. Je me suis amusé à représenter mes girafes dans différentes postures du galop.

Deux girafes ter copie.jpg

Dans son excellent "Grandeurs et décadences de la girafe", Jean-Louis Hartenberger, paléontologue, s'attarde sur le galop de la girafe et donne des informations intéressantes. La principale difficulté pour cet animal, écrit-il, est de pouvoir courir avec un corps très court et des jambes très longues : il faut éviter que les postérieurs heurtent les antérieurs. C'est pourquoi la girafe va l'amble, quelle que soit son allure. L'amble assure aussi une quasi-immobilité du corps et permet ainsi une bonne ventilation de la cage thoracique. Détail amusant, lorsqu'un groupe de girafes prend le galop, si des éléphants, leurs fréquents compagnons dans la savane, se mettent également à courir, ils ont tendance à le faire à l'amble ! 

Grandeurs et décadence de la girafe.jpg

La girafe ne trotte pas : elle marche ou galope. A la différence de beaucoup d'animaux, elle a toujours au moins un pied au sol et évite ainsi le choc de tout le corps - qui peut peser une tonne - sur une seule patte, lorsque l'animal atterrit après un temps de suspension. Seuls les girafons, moins lourds, se risquent à lever les quatre membres en même temps. 

Girafe au galop n°4 1.jpg

La girafe atteint 55 km/h. Elle est très endurante mais ne peut faire de brutal crochet comme les gazelles. Certains chasseurs, au XIXème siècle, ont entrepris de chasser à courre ces gracieux animaux. L'explorateur Thomas Mayne Reid l'a décrit en 1896 dans son roman "Les chasseurs de girafes". En général, les chevaux finissaient par épuiser les girafes mais il arrivait fréquemment qu'à pleine vitesse, la monture mette le pied dans un terrier, un trou d'oryctérope ou autre, et envoie valser son cavalier. C'était donc une chasse assez risquée.

Les girafons, plus légers, galopent plus vite que les adultes. Ils prennent d'ailleurs généralement la tête du groupe. Il est fort possible que mes quatre animaux soient un jour précédés par des plus jeunes, faisant ainsi le pendant des éléphants en marche ci-dessous ! 

DSC09621.JPG

23:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je ne vais pas être présente pour l'installation de "votre" girafe et de son girafon et j'en suis désolée ; je les attends avec tant d'impatience ainsi que mes petites voisines de mon quartier. Mais j'irai les admirer dès mon retour à l'ouverture du Parc de la Tête d'Or pour profiter pleinement de mon éblouissement.
J'ai déjà pu admirer le girafon au C.I.C place Bellecour.
Fin septembre je note de me rendre à la galerie Estades avec vos jeunes admiratrices pour l'exposition qui sera présentée sur le "parcours" d'une oeuvre. Avec toute mon admiration.

Écrit par : PASSION SCULPTURE | 23 juillet 2017

Toujours passionnant ce que tu nous apprends, Damien !

J'ai vu l'autre jour (à Paris ? J'espère que je retrouverai) une sculpture de girafe en bronze avec les taches et ce n'était pas si kitsch que ça finalement.

J'ai noté la date pour l'inauguration des Girafes du Parc de la Tête d'Or. Je viendrai avec mon sac à main (à dos) en "vraie-fausse" peau d'girafe. LOL

Écrit par : Anne Hecdoth | 25 juillet 2017

Écrire un commentaire