Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2014

NOUVELLE CRÉATION : L'HIPPOPOTAME AU CIRQUE

Encore un hippopotame ! Après le groupe des "Hippos au bain", en voici un au cirque (32 cm de long).

P1130053.JPG

J'aime beaucoup le cirque et je ne compte plus les séances auxquelles j'ai assisté, en France ou à l'étranger, sous des chapiteaux parfois disparus hélas : Amar, Jean Richard, Pinder, Bouglione, mais aussi l'American Circus, l'American Parade, Medrano, Moralès, etc.

Je sais qu'il est parfois mal vu, de nos jours, d'aimer les ménageries, mais autant le dire, ce sont bien les animaux que je préfère dans ces spectacles : chevaux, éléphants, fauves, otaries, dromadaires, vaches (au cirque Medrano il y a quelques années), mais aussi lamas, zèbres, girafe et même... hippopotame (vu au Circo Americano lors d'une tournée en Espagne). L'irruption sur la piste d'un tel mastodonte est impressionnante et soulève l'enthousiasme des spectateurs. Des hippo son restés célèbres dans la mémoire des amateurs de cirque, comme celui de Fredy Kie Jr. ou celui du cirque Sarrasani. Je veux bien admettre, néanmoins, que la place d'un hippopotame n'est pas forcément au cirque, où il ne dispose guère de conditions de vie acceptables.

P1130069.JPG

Mais mon hippo en terre, lui, n'est pas si exigeant et je ne souhaite surtout pas qu'il se plonge dans l'eau !

L'idée de ce sujet m'a été soufflée par Monsieur Pascal J., qui a en lui la passion du cirque et m'a parlé de grands dresseurs comme les Dourov ou les Eötvös. Sa suggestion a rejoint mon envie de modeler l'incroyable intérieur de la gueule d'un hippopotame.

P1130057.JPG

En fait, ce n'est pas une gueule, mais un gouffre compliqué fait de dents démesurées, d'un palais étroit, de replis de chairs flasques, de débordements de lèvres, tout cela sur une bouche qui s'ouvre immensément, dans un sourire vaguement menaçant, laissant en haut une partie supérieure curieusement fine par rapport à la mandibule inférieure. Autre curiosité : on ne distingue guère la langue. Enfin, si l'on compare deux gueules d'hippopotames, on voit qu'il y a souvent de grandes différences dans le nombre et la position des dents. La fonderie va maintenant devoir travailler très soigneusement pour mouler puis fondre cette bouche étrange...

Le tabouret de cirque, impossible à trouver dans le commerce évidemment, m'a causé beaucoup de soucis : comment faire une telle pièce parfaitement circulaire, symétrique et solide ? Après plusieurs essais, j'y suis parvenu en utilisant tubes de cuivre, tuyaux en plastique, clous, carton, cire, etc... Le résultat est satisfaisant.

Hippo gueule ouverte détouré.jpg

D'autres vues sont visibles dans l'album photo à droite.

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (4)

14 février 2014

"HISTOIRE DE L'ART" PAR E.H. GOMBRICH

Comme beaucoup, j'aime visiter les musées des Beaux-Arts et, dès que je séjourne dans une ville, j'en profite pour faire un tour, parfois rapide, dans ces lieux où l'on est sûr d'être saisi d'émotion par au moins un tableau, une sculpture, un meuble. Le Louvre, Orsay, les musées de Dijon, de Nantes, de Lyon et tant d'autres méritent que l'on y passe et repasse, si possible avec les enfants à qui l'on promettra une visite très rapide, d'une heure maximum pour ne pas les lasser. J'aime bien leur demander de sélectionner une ou deux œuvres qu'ils aiment particulièrement et de m'expliquer pour quelle raison elle les touche. Avec un peu de chance, on retrouvera ces tableaux en carte postale à la boutique du musée, ce qui leur fera un bon souvenir. Peu à peu, ils éduquent ainsi leur regard et trouvent naturelle la fréquentation des œuvres d'art.

P1090338.JPG

La chasse au tigre - Rubens - Musée de Rennes

J'ai donc visité beaucoup de musées, en France et à l'étranger, mais je me suis toujours senti très ignorant de l'histoire de l'art, de l'enchaînement des différents courants et de leur "articulation", des facteurs qui ont conduit à l'émergence de la peinture flamande, des impressionnistes, de l'apport d'un Picasso ou d'un Salvador Dali, de l'intérêt pour l'art d'un Jackson Pollock ou d'un Soulages.

Je me suis donc renseigné auprès de conservateurs de musées et de libraires et l'on m'a vivement conseillé "Histoire de l'art" de E.H. Gombrich, dont l'épaisseur (près de 700 pages), l'abondance des reproductions et leur diversité (dessins, peintures, sculptures, architecture...) ainsi que la mention "Plus de 7 millions d'exemplaires vendus" me semblaient des gages de sérieux.

P1130031.JPG

L'auteur, né à Vienne en 1909, fut notamment directeur de l'Institut et professeur d'histoire de la tradition classique à l'université de Londres, de 1959 à 1976. Il reçut de très nombreuses distinctions internationales et fut même anobli en 1972. Il est décédé en 1976. Son Histoire de l'art a fait l'objet de seize éditions, retravaillées à chaque fois par l'auteur.

Il serait bien prétentieux et insensé de faire ici, en quelques paragraphes, la critique de cet ouvrage monumental et la réécriture de l'histoire de l'art. Néanmoins, je me risquerai à émettre quelques avis suite à la lecture du Gombrich, en faisant d'ailleurs un écho à ma note sur le livre de Luc Ferry

(cf. http:  //www.damiencolcombet.com/archive/2013/03/08/l-art-la-beaute-et-l-esthetique-1.html).

P1100014.JPG

Une scène de déluge - J.-D. Court - Musée de Lyon

L'auteur prévient, dans sa préface, qu'il poursuit le but de simplement mettre un peu d'ordre dans l'esprit des gens qui découvrent l'art, notamment jeunes et étudiants, qu'il s'est efforcé d'éviter tout jargon prétentieux et source de confusion, et qu'il ne parle que d’œuvres d'art dont on peut retrouver l'illustration dans son ouvrage. De fait, ce livre est extraordinairement facile à lire et les illustrations, de grande qualité, permettent de comprendre immédiatement les propos de l'auteur. On balaye donc les grandes tendances de l'histoire de l'art, de la préhistoire à Cartier-Bresson ou Nicolas de Staël (l'auteur ayant disparu en 1976, il manque hélas son regard sur les œuvres plus récentes).

P1110806.JPG

La Pieta - Michel-Ange - Basilique Saint-Pierre de Rome

J'émettrai quand même quelques critiques, mineures au regard de l'intérêt de cet ouvrage. Tout d'abord, l'art selon Gombrich se limite essentiellement à la peinture et l'architecture. Il y a bien quelques rares sculptures - aucune de la grande école animalière du XIXème hélas - et photos, mais quasiment pas de meubles ni d'objets d'art tels que les pendules. Gombrich ne parle absolument pas non plus de la musique, même cela peut s'expliquer par sa volonté de ne parler que des œuvres dont une illustration peut figurer dans le livre. Enfin, curieusement, certains courants pourtant marquants tels que l'orientalisme ne sont pas évoqués.

P1130032.JPG

 Histoire de l'Art - E.H. Gombrich - Pages intérieures

La lecture de cette histoire de l'art donne vraiment envie de creuser davantage le sujet. L'auteur parle des grandes œuvres classiques et des artistes les plus connus, du Parthénon à la tapisserie de Bayeux, de Giotto à Manet, de Van Eyck à Matisse, mais il s'arrête aussi sur des artistes moins connus malgré la qualité de leurs œuvres : tout le monde ne connaît pas Peter Parler Le Jeune, Willem Kalf ou Sir John Soane. Et l'incroyable abondance des créations humaines en matière artistique est telle que l'on pressent qu'il faut aller beaucoup plus loin pour commencer à comprendre un peu plus ce vaste domaine passionnant.

intérieur basilique.jpg

Nef de la basilique de Vézelay

Je vais maintenant émettre quelques réflexions tout à fait personnelles et certainement très approximatives voire erronées aux yeux des experts de l'histoire de l'art, mais après tout pourquoi m'en priverais- je ?

J'ai été frappé en lisant ce livre de l'absence de continuité, de ligne directrice majeure dans l'histoire de l'art. Nous avons souvent en nous la conviction que l'histoire a un sens, marque une progression vers quelque chose, que chaque génération s'appuie sur la précédente pour avancer. Il en serait ainsi pour l'art, l'apogée se situerait chez les impressionnistes pour les plus conservateurs, dans l'art ultra-contemporain pour les plus engagés, et finalement chaque âge ne serait là que pour servir de support au suivant. En réalité, l'histoire de l'art me semble marquée par une série d'allers-retours, de ruptures et d'hésitations. Je ne suis pas du tout certain que Picasso se situe à un rang plus élevé dans l'histoire de l'art que Fra Angelico, que Gauguin marque un "progrès" par rapport à Chardin, que les œuvres de Pollock soit plus intéressantes que les magnifiques fresques figurant sur une certaine tombe de Thèbes, que Le Corbusier ait fait mieux qu les architectes de l'Alhambra à Grenade.

DSC03076.JPG

Le Mont Saint-Michel

Par ailleurs, la tendance actuelle est de s'intéresser à ce qui est original et, par conséquent, à croire que cette recherche de l'originalité et de la nouveauté fut le moteur principal des artistes. Il est exact qu'aujourd'hui, bon nombre de créateurs contemporains cherchant à se faire reconnaître essaient de s'affranchir à tout prix de ce qui a déjà été fait et veulent marquer leur temps par une oeuvre absolument inédite. En réalité, la mise en perspective des œuvres d'art montre, à mon sens, que les grands artistes du passé ont surtout été motivés par la volonté de faire mieux, ce qui est très différent. Cette quête de la perfection, impossible à assouvir, a parfois conduit à des nouveautés techniques et artistiques fantastiques, mais je doute fort que Le Caravage ou Michel-Ange, par exemple, aient voulu au fond d'eux marquer leur époque par la seule volonté de faire quelque chose de purement original. Leur sensibilité les a certainement amené sur des voies bien particulières, mais je crois qu'ils voulaient avant tout réaliser une oeuvre sublime.

P1010288.JPG

Mosaïque romaine - Tunisie

Enfin - et ce point est lié au précédent - on est frappé par l'importance qu'a peu à peu pris l'artiste par rapport à son oeuvre. Aujourd'hui, des artistes sont plus connus que leurs créations. Quelle différence avec une époque où l'oeuvre était au centre de tout ! Qui connaît les architectes de nos cathédrales ? Encore faut-il distinguer les artistes dont le nom est connu parce que leurs créations sont magnifiques et les artistes qui se sont efforcés de se faire connaître au moyen de leurs œuvres. Et l'on touche là à un aspect essentiel, je crois, de l'histoire récente de l'art : l'orgueil de l'artiste qui tient à s'affranchir de toute référence en vue d'exister pour et par lui-même. Il existe encore de nos jours, Dieu merci, d'excellents artistes mais je vise ici ceux que l'on met systématiquement en avant, ceux qui sont promus à toutes forces par des institutions officielles parce qu'ils sont dans la transgression et la nouveauté, les critères de Beauté et de perfection étant devenus totalement hors-la-loi.

Il serait trop long et très polémique de s'étendre encore davantage sur ce sujet, mais je renvoie, pour ceux que cela amuse, vers cette note : http://www.damiencolcombet.com/archive/2010/03/30/la-gran...

Histoire de l'art - E.H. Gombrich - Ed. Phaidon - 2001 - 688 p. - Existe également en édition poche. 

 

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

08 février 2014

LA VALEUR D'UN BRONZE (55) : LE BOUQUETIN MORT DE A.-L. BARYE

Monsieur Romain L. de Nantes possède un bronze signé Barye et me demande quelle est sa valeur.

P1120916.JPG

Il s'agit du "Bouquetin mort", d'Antoine-Louis Barye (1795-1875). En ayant souvent parlé sur ce site, je ne reviendrai pas longuement ici sur la vie et l'oeuvre de Barye, ce très grand artiste à l'origine de la prestigieuse école française de la sculpture animalière souvent qualifiée de romantique, bien que ce terme ne me semble guère appropriée. On entend généralement par là que Barye a introduit une rupture avec la sculpture animalière d'alors, assez figée et représentant le plus souvent un personnage célèbre à cheval, un lion dans une pose hiératique, un aigle martial. Barye a en effet représenté des animaux sauvages et domestiques très variés, du hibou au gnou, du lapin au dromadaire, et dans des attitudes naturelles. L'adjectif de "naturaliste" lui conviendrait donc beaucoup mieux.

P1120917.JPG

Pour créer ses sculptures, Barye a longuement observé les animaux notamment à la Ménagerie du Jardin des Plantes. Pour comprendre la nouveauté de ce courant artistique, il faut réaliser que les zoos ouverts au public sont une grande nouveauté en ce début du XIXème siècle : jusqu'à présent, les zoos étaient la propriété de quelques rois et princes et l'homme de la rue ne pouvait observer que les bêtes présentées dans les cirques et ménageries ambulantes, qui ne devaient probablement détenir que des singes, ours et autres animaux beaucoup moins intéressants que les grands fauves ou les pachydermes.

P1120918.JPG

L'animal ici représenté ne fait pas partie, bien sûr, de la catégorie des animaux exotiques mais c'est peut-être à la Ménagerie que Barye, qui n'a jamais quitté Paris, a observé ce bouquetin, à moins que ce ne soit quelque chasseur qui le lui ait soumis, en supposant qu'il se soit correctement conservé. Quoiqu'il en soit, le bouquetin est un sujet que Barye a travaillé à plusieurs reprises, plutôt en petites tailles. En témoigne par exemple ce "Bouquetin effrayé" mesurant moins de 10 cm de long. Il existe également un bouquetin debout, fort joli. Il faut se méfier du titre des œuvres proposées en salle des ventes car il y a parfois des erreurs : récemment, un modèle identique à celui de notre collectionneur était annoncé comme "Bouc couché". Un kevel (petite gazelle) de Barye a également porté ce nom erroné dans un catalogue de vente. Et même dans l'excellent "Catalogue raisonné des bronzes de Barye", ouvrage de référence de MM.Poletti et Richarme Gallimard, un groupe de mouflons est appelé "Famille de bouquetins".

P1090977.JPG 

Barye n'est pas le seul à avoir été inspiré par ce bel animal : Dubucand (1828-1894), par exemple, a réalisé le grand bouquetin ci-dessous.

P1060611.JPG

Revenons à notre bronze de Barye : il a été édité pour la première fois vers 1874, donc tout à fait à la fin de la vie de Barye. Le musée du Louvre en conserve le modèle en plâtre et le chef-modèle en bronze. En fait, comme expliqué dans "La griffe et la dent" édité par ce musée, il s'agirait d'une reprise d'une des pièces constitutives du grand surtout de table commandé à Aimé Chenavard et Antoine-Louis Barye en 1834 par le Duc d'Orléans. Terminé en 1838 et porté aux Tuileries en 1839, ce spectaculaire ensemble comprenait au centre une Chasse au tigre à dos d'éléphant et aux quatre coins des duels animaliers : Un lion et un sanglier, Un python étouffant un gnou, Un tigre renversant une grande antilope et Un aigle qui vient de s'abattre sur un bouquetin mort. Il faut encore mentionner quatre scènes de chasse entourant le surtout : Chasse au lion, Chasse au taureau sauvage, Chasse à l'ours et Chasse à l'élan. Je recommande vivement d'aller admirer, au Louvre, le modèle en plâtre de ces scènes extraordinaires.

Louvre 3.jpg

Pour reprendre les termes de "La griffe et la dent", "cette monumentale création va constituer pour Barye un vivier riche de modèles et de schémas dans lequel il puisera tout au long de sa vie". Effectivement, Barye va éditer presque en l'état le Sanglier blessé ainsi que Le bouquetin mort, et reprendra avec quelques transformations des fragments des autres scènes.

P1120924.JPG

Le Catalogue raisonné précise que l'édition du vivant de Barye de ce Bouquetin mort fut extrêmement réduite - ce qui semble logique puisque Barye a disparu l'année suivante - et que les éditions posthumes par Barbedienne sont également peu nombreuses. La représentation d'un animal mort peut avoir déplu aux collectionneurs. Mais justement, ce sont les modèles les plus rares qui sont aujourd'hui les plus recherchés : posséder ce bouquetin mort, même en fonte posthume, est beaucoup plus intéressant que d'avoir dans sa collection un Barye édité à des dizaines voire des centaines d'exemplaires et que l'on peut retrouver chaque semaine ou presque dans la Gazette de Drouot.

P1120919.JPG

Les dimensions du bronze de notre internaute sont les suivantes : 30,2 cm de long x 19 cm de large (terrasse). A quelques millimètres près, ce sont bien celles mentionnées dans le Catalogue raisonné. Mais il n'y avait de toutes façons aucun doute possible sur l'authenticité de ce bronze : outre sa rareté, la finesse de sa ciselure et la qualité de la patine, il porte la marque du fondeur F.Barbedienne Fondeur et surtout le "cachet or" avec les initiales FB, qui date avec certitude une fonte des années 1876-1889.    

P1120920.JPG

Monsieur L. possède donc une pièce absolument remarquable : très rare, parfaitement fondue et ciselée, elle s'inscrit dans une histoire prestigieuse - le surtout du Duc d'Orléans - et elle peut-être datée avec certitude du XIXème siècle. Et pour l'anecdote, on retrouve sur des croquis de Barye une étude au crayon de l'entrecroisement des pattes postérieures du bouquetin.

P1120922.JPG

Pour une pièce si rare, il est difficile de trouver des estimations en salle des ventes. J'ai relevé toutefois les deux éléments suivants :

- New York en octobre 1992 pour "L'aigle terrassant un bouquetin mort" : adjugé à l'équivalent de 9700 Euros, mais il n'est pas dit s'il portait une marque de fondeur ;

- Saint-Germain-en-Laye en octobre 2012 cette fois pour le même modèle que celui de notre internaute, en fonte Barbedienne mais sans cachet or : estimé 6000 à 8000 Euros mais invendu.

Bien qu'un animal mort puisse décourager certains acheteurs et que le prix des bronzes anciens ait tendance à baisser, un véritable collectionneur des bronzes de Barye ne devrait pas hésiter devant une telle pièce en fonte ancienne cachet or. Il me semble donc qu'une bonne estimation pour ce bouquetin serait de l'ordre de 6000 Euros.

Si vous possédez un bronze animalier et que vous voulez connaître son histoire et sa valeur, envoyez-moi des photos très nettes (vue d'ensemble, dessous, signature, marque éventuelle du fondeur) et ses dimensions précises à damiencolcombet@free.fr et je vous répondrai.

18:55 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

03 février 2014

RENCONTRE LE 6 FÉVRIER AUTOUR DU LIVRE "INSTANTANÉS ANIMALIERS"

INVITATION

 

A l'occasion de la sortie de mon livre "INSTANTANES ANIMALIERS", la galerie Michel ESTADES de Lyon organise une rencontre et soirée dédicace. Je serai heureux de vous y retrouver.

Jeudi 6 février 2014 de 18h à 21h

Galerie Michel Estades (www.estades.com)

61 quai Saint Vincent (quai de Saône à hauteur de la place des Terreaux)

69001   LYON 

04 78 28 65 92

COLCOMBET couv3D.jpg

20:35 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

31 janvier 2014

NOUVELLE CRÉATION : LE BAIN DES HIPPOPOTAMES

L'hippopotame, cet animal énorme, touchant et grotesque, qui fait immédiatement penser à un sac, un polochon, mais qui inquiète un peu car l'on sait que c'est aussi une bête dangereuse.

Hippo mâle trois quart face.jpg

Grand mâle hippopotame (terre)

L'hippopotame ("cheval de fleuve" en grec) est un mammifère de l'ordre des Artiodactyles, animaux possédant un nombre  pair de doigts à chaque pied (ce qui s'oppose aux Périssodactyles, qui présentent un nombre impair de doigts, comme le cheval ou le rhinocéros). Il existe deux genres d'hippopotames : l'hippopotame amphibie, le plus gros et le plus connu, et l'hippopotame nain ou hippopotame pygmée, qui mesure moins de 1 m au garrot et vit en Afrique de l'Ouest où il se fait très discret.

P1010398.JPG

Hippopotame nain (photo prise au zoo de Tunis)

L'hippopotame amphibie, que j'ai représenté en terre, mesure plus d'1,60 m au garrot et jusqu'à 4,50 m de long. On note d'ailleurs des différences très importantes entre certains spécimens relativement bien "proportionnés" et d'autres étonnamment longs. Un hippo adulte pèse environ 4 tonnes. L'hippopotame amphibie est présent dans une grande partie de l'Afrique subsaharienne, mais plus rare à l'ouest qu'à l'est, de la Somalie au Mozambique.

Hippo et petit profil gauche.jpg

Femelle et son petit (terre)

Cet animal vit généralement en troupeaux qui peuvent atteindre une centaine d'individus, passant leur journée dans l'eau. L'hippo ne possède pas de glandes sudoripares et ne peut donc se rafraîchir qu'en se baignant longuement. S'il reste trop longtemps au soleil, sa peau vire au rouge et une espèce d'huile suinte de son corps. Il peut rester plus de 5 mn sous l'eau et marche volontiers sur le fond des rivières et mares. Les femelles sont très attentives à leurs petits, qu'elles portent souvent sur le dos.

Hippopotame de Toronto light.jpg

Hippopotame amphibie (zoo de Toronto)

La nuit, quand la température baisse, les hippo sortent pour brouter l'herbe. Ils aiment emprunter souvent les mêmes chemins et finissent par y tracer des ornières assez semblables à celles des voitures. Il est dangereux de se placer entre un hippopotame et l'eau car il charge alors facilement, croyant sans doute qu'on lui barre sa retraite. D'ailleurs, comme les rhinocéros, les hippopotames sont réputés pour leur mauvais caractère et le danger qu'ils font courir aux personnes qui empruntent les voies d'eau où ils séjournent.

P1120170.JPG

Hippopotame amphibie (zoo de Rome)

La tête de l'hippopotame est tout à fait adaptée à ses longs séjours dans l'eau : les oreilles, les yeux et les narines sont parfaitement alignés et placés légèrement en hauteur afin que seuls ces trois organes émergent lorsque l'animal prend son bain. Lorsqu'il sort ainsi la tête de l'eau après une longue plongée, l'hippopotame souffle un grand coup, créant un panache comme le font les baleines.

Hippo au bain face.jpg

Le bain des hippopotames (terre)

La gueule de l'hippopotame est immense et peut s'ouvrir selon un angle de 150°. C'est d'ailleurs souvent ainsi qu'il est représenté. On voit alors l'intérieur compliqué de la bouche, fait de bourrelets, de stries, de dents jaunes et pointues semblant pousser en désordre. Cet ivoire est très recherché pour sa finesse.

FH000022 zoom.jpg

Selon l'Encyclopédie des animaux de grande chasse en Afrique, de Pierre Fiorenza, la plus longue canine inférieure d'hippopotame répertoriée a été trouvée sur un animal tué en 1909 au Kénya : elle mesurait 1,64 m ! Il s'agissait d'une malformation, mais plusieurs records de plus de 1,10 m ont été répertoriés. Ces canines sont parfois si longues qu'elles percent la mâchoire supérieure, de chaque côté des narines. Sans aller jusque là, j'ai représenté sur mon grand mâle la bosse que font ces canines inférieures près des naseaux.

FH000022.JPG

Hippopotames amphibies (zoo de Ziniaré - Burkina Faso)

Il y a deux ans, un homme ayant recueilli un bébé hippopotame et l'ayant apprivoisé comme un chien - il pouvait le chevaucher - a été tué par l'animal (voir : http://www.megaportail.com/Animaux/9646-un-hippopotame-ap...). En novembre 1999, un hippopotame également apprivoisé par le directeur du zoo de Pessac (Gironde) l'a subitement attaqué et tué alors que l'homme se promenait en vélo dans les allées du parc. Et pour ceux qui croient encore que l'hippopotame est un lourdaud incapable de se déplacer rapidement, une petite vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=icFDZj-XXJ8

Hippo au bain dessus.jpg

Le bain des hippopotames (terre)

J'ai créé plusieurs hippo : le grand mâle, la femelle avec son petit, avachi sur le sol, et une grande scène "Le bain des hippopotames" où l'on retrouve ces animaux au bord de l'eau, un mâle émergeant de la mare tandis qu'un autre hippo sort juste le haut de la tête pour respirer. Cette grande scène mesure 37 cm de côté et 17 cm de haut. Je me suis bien amusé à modeler ce corps lourd et lisse, dont on se demande comment les petites pattes peuvent supporter le poids, ainsi que la tête faite au contraire de plis et bourrelets compliqués, la petite queue boudinée et ridicule, les pieds très obliques surtout aux pattes avant. La version en bronze devrait être prête d'ici deux mois environ. 

Hippo mâle profil gauche.jpg

Grand mâle hippopotame (terre)

11:15 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)