Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2013

REOUVERTURE DE LA GALERIE MICHEL ESTADES DE LYON

Après de longs mois de travaux, la galerie Michel Estades de Lyon vient de rouvrir. Le résultat de ces profondes transformations est spectaculaire. Le sous-sol, qui abrite notamment un vaste espace réservé à la sculpture, a été réaménagé, facilitant la circulation des visiteurs et l'éclairage des œuvres. 

P1110672.JPG

C'est au rez-de-chaussée que l'agrandissement est le plus visible. Des espaces auparavant réservés aux bureaux, réserves et autres ont été réunis et ouverts au public. La galerie offre désormais un espace incroyablement vaste, remarquablement agencé et éclairé.

P1110667.JPG

Les murs sobrement peints, laissant apparaître les vieilles pierres des voûtes et la lumière venant d'une belle verrière ouvrant sur une cour typiquement lyonnaise mettent en valeur les peintures, dessins, sculptures.

P1110666.JPG

P1110668.JPG

Pour l'inauguration de sa galerie, Michel Estades a réuni de nombreux artistes et des œuvres prestigieuses, comme ce tableau de Georges Matthieu de très grandes dimensions, des peintures de Buffet, un dessin de Cocteau, une sculpture de Niki de Saint-Phalle, etc.

P1110656.JPG

Les artistes contemporains sont très largement représentés, de Sylvie Derely à Charles Malle, de Pim de Chabannes à Geymann, de Gambino à Boudon...

P1110670.JPG

"Le Grand Socrate" accueille les visiteurs à l'entrée de la galerie.

P1110662.JPG

"L'abreuvoir" est présenté dans la galerie de sculpture, au sous-sol.

P1110669.JPG

Galerie Michel Estades

61 quai Saint Vincent 69001 Lyon

(rive de Saône à hauteur de la place des Terreaux)

Ouverte du mardi au samedi - Tél : 04 78 28 65 92

www.estades.com

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

06 octobre 2013

MESURES FISCALES EN FAVEUR DE L'ART

On me demande souvent s'il existe pour les entreprises des mesures fiscales relatives au mécénat. Il y en a, effectivement, et justement pour les œuvres d'artistes vivants.

Les avocats, experts-comptables, notaires, chefs d'entreprise, etc. qui ne le savent pas ou n'y pensaient plus seront donc intéressés de l'apprendre car il leur est ainsi possible de déduire de leur résultat le prix d'achat de belles œuvres d'art qui orneront leurs bureaux.

Eléphant chargeant de profil détouré compressé.jpg

Voici donc en synthèse ces mesures, que toute galerie d'art, expert-comptable ou commissaire-priseur connaît (article 238 bis AB du code général des impôts, issu de l'article 7 de la loi du 23 juillet 1987).

Les professionnels qui ont acheté des œuvres originales d'artistes vivants et les ont inscrites à un compte d'actif immobilisé, peuvent déduire du résultat de l'année d'acquisition et des 4 années suivantes, par fractions égales, une somme égale au prix d'acquisition dans la limite de 5 pour mille du chiffre d'affaires HT.

En contrepartie de cette déduction fiscale, l'entreprise doit présenter au public pendant 5 ans les œuvres acquises. Pour les œuvres dont le prix d'acquisition est inférieur à 5 000 € HT, il est admis que la condition d'exposition au public est satisfaite dès lors que l'œuvre est exposée dans un lieu «accessible aux clients et/ou aux salariés de l’entreprise, à l’exclusion des bureaux personnels». Un bureau où l'on reçoit des clients est donc admis.

Girafe et girafon détourée compressée.jpg

La décision de pratiquer cette déduction relève de la gestion de l'entreprise et n'est subordonnée à aucune autorisation préalable de l'administration. L'oeuvre reste la propriété de l'entreprise même à l'issue des 5 années.

Concrètement, l'entreprise qui décide de pratiquer cette déduction doit joindre à sa déclaration de résultats un document conforme au modèle présenté par l'administration.

Je précise que mes bronzes entrent dans le cadre de ce texte puisque je suis (encore) vivant et que mes créations sont, conformément à la loi, des œuvres originales et non des exemplaires multiples.

Croco vu de dessus sans socle détouré.jpg

Prenons l'exemple d'une entreprise ayant un chiffre d'affaires de 300 000 Euros, un résultat de 15 000 Euros et qui achète un bronze d'un artiste vivant pour 5000 Euros afin de le placer dans une vitrine à l'entrée des bureaux ou dans un bureau recevant des clients.

L'entreprise déduira donc de son résultat imposable 1000 Euros (un cinquième du prix du bronze) chaque année, pendant 5 ans, le plafond annuel de déduction étant de 300 000 (chiffre d'affaires) x 5 pour mille = 1 500 Euros par an.

Au terme des cinq années de déduction, l'entreprise aura donc bénéficié d'une économie totale d'impôt d'un tiers du montant du bronze (au taux actuel de l'IS).

L'abreuvoir vu de gauche détouré compressée zoom.jpg

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

02 octobre 2013

ELEPHANTES D'ASIE AU ZOO : LE BRONZE

En pendant du grand groupe "Éléphantes d'Afrique s'abreuvant", voici les photos du bronze des "Éléphantes d'Asie au zoo", que je suis allé chercher à la fonderie il y a quelques jours (d'autres photos dans l'album à droite).

Voir la note : http://www.damiencolcombet.com/archive/2013/06/13/nouvell...

DSC09544.JPG

Ces deux groupes seront exposés à la Galerie Michel Estades de Lyon à partir du 5 octobre 2013. A l'issue de longs mois de travaux, la galerie s'est considérablement agrandie et présente un espace magnifique. Une visite s'impose !

Galerie Michel Estades 61 quai Saint-Vincent à Lyon (quai de Saône à hauteur de la place des Terreaux). La galerie sera ouverte samedi mais aussi, exceptionnellement dimanche 6 octobre de 10h à 19h.

DSC09555 zoom.jpg

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

30 septembre 2013

EXPOSITION A MORESTEL : LA FLEUR A LYON

La belle Maison Ravier située à Morestel en Isère, où le peintre François Auguste Ravier passa de longues années, propose depuis le 23 juin et jusqu'au 27 octobre 2013 une exposition sur le thème "La fleur à Lyon".

Fleurs expo Ravier Francine Durosier.jpg

En ces jours d'automne, où la lumière est si belle, je vous conseille de visiter ce joli coin d'Isère, le calme village de Morestel et cette grande demeure XVIIème qui possède un charme indiscutable. Outre l'exposition du moment, elle présente de belles œuvres d'art.

Voici l'une des peintures de l'exposition, de la main de Francine Durosier (1938-2010), au nom prédestiné...

Durosier zoom.jpg

Toutes les informations sur le site maisonravier.fr

20:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

26 septembre 2013

NOUVELLE CREATION : LE GORILLE ET LA POMME

Plus de 6 ans après la création de "Platon, gorille des plaines de l'Ouest", qui a vite été épuisé, je me suis à nouveau penché sur cette étrange créature fort peu sculptée par les artistes du XIXème siècle, à l'exception notable d'Emmanuel Frémiet qui réalisa un "Gorille enlevant une négresse". Cette scène fit d'ailleurs grand bruit, comme on peut le lire dans cette note :  http://www.damiencolcombet.com/archive/2012/04/04/la-vie-...

Gorille et pomme profil droit.jpg

A la différence de Platon, ce gorille est à quatre pattes et a trouvé un fruit. Il l'examine attentivement, probablement avant de le croquer. C'est une scène comme on peut en voir souvent dans les zoos qui hébergent ces grands primates : Bâle, Jersey, Lisbonne et bien d'autres dont, entre Lyon et Saint-Etienne, l'espace zoologique de Saint-Martin-La-Plaine d'où viennent les photos ci-dessous.

DSC02133.JPG

DSC02123.JPG

Il existe plusieurs sous-espèces de gorilles : celle des plaines de l'Ouest (Gorilla gorilla gorilla), celle des plaines de l'Est (Gorilla gorilla graueri) et celle des Montagnes (Gorilla gorilla beringei). La dernière est probablement la plus connue car elle a été popularisée par divers films et documentaires (Gorilles dans la brume et autres reportages sur le Rwanda) : c'est la plus velue, au crâne assez plat. Au contraire, chez les gorilles des plaines, la face est surmontée d'un cimier, sorte de cône de haute taille.

DSC02128.JPG

Les gorilles ont de petites oreilles (à la différence des chimpanzés), une importante arcade sourcilière qui cache presque complètement deux petits yeux profondément enfoncés, et de longs bras d'une impressionnante puissance. Les jambes sont plutôt courtes et le ventre est proéminent.

Gorille et pomme profil gauche.jpg

Les grands mâles ont le dos très large, ensellé (creux) et gris. C'est pourquoi on les appelle des "dos argentés". Sur les membres, les poils sont très abondants et longs, descendant jusqu'aux mains. Lorsqu'ils se déplacent à terre, les gorilles posent à plat leurs pieds (qui possèdent un pouce opposable qui les fait ressembler à des mains) à plat mais posent les mains sur les dernières phalanges de leurs doigts.

Gorille et pomme face.jpg

Les gorilles n'ont guère de fesses, puisque celles-ci servent essentiellement à la marche verticale, mais d'importants muscles sur le bas du dos, au niveau des reins. Les plus gros gorilles (G.g. graueri) mesurent en moyenne 1,75 cm de long et peuvent peser plus de 160 kg.

Gorille et pomme trois quart droite.jpg

Les gorilles construisent dans les arbres de vastes nids, où ils ne séjournent pourtant pas longtemps, se déplaçant constamment d'une région à l'autre. Les grands mâles dorment généralement à terre, le dos appuyé à un arbre. Hormis l'Homme, les grands gorilles ne craignent pas grand chose. Les plus jeunes peuvent être victimes des léopards. Malgré des canines très développées, les gorilles sont végétariens.

Gorille et pomme dos.jpg

Dimensions : 26 cm de long x 18 cm de haut x 12 cm de profondeur.

15:47 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)