Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 février 2017

LA GRANDE GIRAFE EN BRONZE EN COURS DE MONTAGE

Comme annoncé, je vous tiendrai au courant le plus souvent possible de l'avancement des travaux sur la grande girafe en bronze qui sera installée au Parc de la Tête d'Or à Lyon en 2017, probablement en septembre (la date de mai avait été évoquée mais pour des raisons administratives, cette date devrait être décalée à la rentrée).

Voici donc quelques images des premiers morceaux de la grande girafe en cours de fonte puis de montage. Elle est constituée d'une vingtaine de morceaux qui seront assemblés, soudés, retouchés avant la patine. L'ensemble sera probablement prêt d'ici mi-avril 2017.

Bravo à la fonderie Barthélémy Art (Drôme) qui non seulement assure de main de maître ce projet mais s'est également passionné pour cette entreprise un peu folle. Merci à Aurélien, le responsable de l'atelier cire, qui a pris certaines des photos ci-dessous.

Grandeur nature Lyon est soutenu par le fonds de dotation Devenir.

P1060200.JPG

Deux pattes en cire de la girafe prêtes à être mises dans les cylindres, qui seront remplis de plâtre.

P1060160.JPG

Les grands cylindres contenant les pièces en cire noyées dans le plâtre vont passer plusieurs jours dans le four afin que le plâtre sèche et que la cire fonde.

P1060190.JPG

Les cylindres sont sortis du four. La cire a fondu et laissé un espace vide où le bronze en fusion est coulé.

P1060464.JPG

Le cylindre de plâtre contenant le bronze est brutalement refroidi. Le plâtre éclate est évacué sous un torrent d'eau.

16779903_1450902738276173_1887335010_n.jpg

A peine sortis du cylindre, les morceaux de la girafe ne sont pas très beaux à voir : il reste un gros travail à faire pour les "décocher", les ébarber, reboucher les trous, etc.

16780562_1450902781609502_330429480_n.jpg

La tête de la grande girafe en cours de retouche.

P1060467.JPG

Quelques morceaux de girafe retouchés, sablés, et en partie assemblés.

P1060484.JPG

La grosse tête de l'animal, qui pèse déjà plusieurs dizaines de kilos.

P1060510.JPG

 Prochaines étapes : le corps et les pattes !

15:19 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (1)

17 février 2017

JOURNÉE SCULPTURE A LA GALERIE DE LYON LE 18 FEVRIER

La galerie Estades de Lyon m'a demandé de venir dans ses beaux locaux demain samedi 18 février pour modeler un animal. J'ai accepté et je serai heureux de vous y rencontrer.

C'est la première fois que je fais cet exercice et je ne sais pas ce que cela donnera. Il est certain qu'une journée ne suffit pas à réaliser complètement une sculpture. De plus, l'inspiratio n'est pas toujours au rendez-vous, hélas. Donc il ne faut pas s'attendre à une pièce achevée lorsque la séance prendra fin vers 18h. La question est plutôt celle-ci : à la fin de la journée, reconnaîtra-t-on l'ébauche d'un animal ou n'y aura-t-il qu'un tas de terre informe ?

!cid_ii_iyvsonfd1_15a1999b168e0809.jpg

Vous pourrez suivre le déroulement de cette expérience sur Facebook (site de la Galerie Estades Lyon).

Ce sera aussi l'occasion de découvrir les nouveaux bronzes : Coquet, taureau charolais (en patines crème et marron) et Les trois buffles d'Afrique.

P1060078.JPG

Galerie Michel Estades

61 quai Saint-Vincent - 69001 Lyon

10h-13h et 14h-18h

15:33 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)

07 février 2017

EDITION EN BRONZE DES DERNIÈRES CREATIONS

Voici les photos des dernières créations éditées en bronze par la fonderie Barthélémy Art : Coquet le taureau charolais, les trois buffles et les okapis.

NANE4745.jpg

Coquet, taureau charolais - 45 cm (L) x 24 cm (h)

Il en existera une version agrandie en 70 cm de long.

Coquet existe aussi en version crème, comme les vrais Charolais.

P1060034 détourée.jpg

Pour retrouver la note relative à la création de ce taureau, cliquez ici : Note sur Coquet, taureau charolais

NANE4679.jpg

Les okapis - 72 cm (L) x 29 cm (h)

Pour retrouver la note relative à la création des Okapis, cliquez ici : Note sur les Okapis

NANE4818.jpg

Les trois buffles - 45 cm (L) x 23 cm (h)

Il est possible que je propose d'autres formes de socle. 

Pour retrouver la note relative à la création des Trois buffles, cliquez ici : Note sur les Trois buffles

Vous pourrez découvrir bien d'autres images de ces nouveaux bronzes dans les albums photos à droite de cette page.

20:47 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

02 février 2017

LA GRANDE GIRAFE ENTIÈREMENT EN CIRE

Lancé et porté par le Fonds de dotation Devenir, "Grandeur Nature Lyon", qui consiste à offrir aux Lyonnais une sculpture en bronze, en taille réelle, d'une girafe et d'un girafon, avance au rythme prévu. Les animaux sont réalisés par la fonderie Barthélémy Art à Crest.

Pour mémoire, ce projet a pour objectif de mettre à la disposition de tous une grande oeuvre d'art figurative, d'honorer le zoo du Parc de la Tête d'Or pour son action en faveur des girafes (au Parc où elles se reproduisent très bien et ailleurs comme au Niger où le zoo participe à des actions de conservation) ainsi que de montrer la beauté de la nature et la nécessité de préserver ce merveilleux patrimoine vivant hélas en danger.

P1050936.JPG

Le girafon en bronze est aujourd'hui terminé : il ne reste plus qu'à le patiner, ce qui sera fait d'ici quelques jours. Les Lyonnais auront la chance de le découvrir en "avant-première" au mois de mars, à l'occasion d'une exposition. 

P1050937.JPG

Le girafon a été fondu en une dizaine de morceaux puis ceux-ci ont été assemblés et soudés. Les soudures doivent être solides et absolument invisibles.

P1050951.JPG

Pour le vérifier et contrôler qu'il n'y a plus aucune retouche à apporter, la sculpture a été sablée. Nous avons encore apporté quelques petites corrections sur la crinière, la pupille, un flanc mais les travaux sont maintenant terminés. L'animal pèse 230 kg.

P1060100.JPG

P1060104.JPG

A ce jour, la grande girafe, elle, est complètement imprimée en cire et en 3D. On compte plus de vingt morceaux, chacun d'eux devant être fondu séparément. L'un des morceaux est tombé au sol et s'est brisé comme du verre, la cire étant très fragile quand elle est très froide. Il a donc fallu en urgence réimprimer ce bloc.

P1050950.JPG

J'ai particulièrement retouché la tête pour lui redonner cet aspect un peu pelucheux des girafes. La crinière, les oreilles, les sabots et toute la surface de la peau ont également fait l'objet de retouches, notamment pour effacer l'aspect tissé de la cire issue de l'imprimante 3D.

P1060054.JPG

S'est posée la question du réalisme et des bonnes proportions de la grande sculpture : malgré tout le soin apporté à la réalisation de la maquette, à sa numérisation, à l'impression, aux retouches, ne risquait-on pas d'avoir des incohérences, des raccords difficiles entre les morceaux, des disproportions ? Pour se rassurer, nous avons joint, sans les souder, un certain nombre de morceaux en cire, comme on le voit ci-dessous, et, ô joie, il n'y avait rien de choquant.

P1060052.JPG

Par ailleurs, la réalité virtuelle est venue à notre secours. La fonderie Barthélémy Art a investi dans ces lunettes qui vous plongent littéralement dans un autre monde. Je me suis ainsi retrouvé à côté de ma maquette agrandie virtuellement à la taille réelle et j'ai pu tourner autour, passer dessous, l'observer de loin ou au contraire me placer à quelques centimètres de la bête. C'est une expérience stupéfiante.

P1060118.JPG

P1060119.JPG

En vue de la fonte, une armature en bambou a été placée dans le corps de la girafe en cire. Elle maintient la forme de chaque morceau de cire et ne laissera pas de trace puisque le bambou brûlera totalement lorsque les cylindres emplis de plâtre seront mis au four.

P1050948.JPG

D'ici quelques jours, vous pourrez découvrir le girafon complètement patiné et prêt à être installé. 

09:25 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)

25 janvier 2017

ROUEN : MUSEE DES BEAUX-ARTS

"Le musée le plus complet de France après Paris" : c'est en ces termes que l'on parlait du Musée des Beaux-Arts de Rouen à la fin du XIXème siècle.

P1050806.JPG

Créé officiellement en 1801 par le décret Chaptal, le musée existait en réalité depuis quelques années puisque les premiers "récolements" (contrôle de la réalité de l'inventaire) en vue de la constitution d'une collection publique ont été entrepris dès 1790, et en 1799, le public pouvait avoir accès aux œuvres alors présentées dans l'église des Jésuites.

P1050830.JPG

En 1809, le musée est déménagé dans l'Hôtel de ville. Il comprend alors moins de 300 tableaux. L'enrichissement des collections se fait tout au long du XIXème siècle par des saisies, des achats, des dons. En 1878, on dénombre plus de 600 tableaux "de premier mérite".

P1050833.JPG

Des dons très importants, comprenant pour certains (le don Baderou en 1975, par exemple) des centaines de tableaux et des milliers de dessins, vont considérablement augmenter le nombre d'œuvres du Musée.

P1050817.JPG

"La flagellation du Christ à la colonne" - Le Caravage

Le bâtiment de l'Hôtel de ville sera peu à peu agrandi puis, à la fin du XXème siècle, restauré.

P1050820.JPG

"L'adoration des bergers" - La Hyre

Le Musée possède des tableaux du Caravage, de La Hyre, Poussin, Velasquez, Rubens, Fragonard, Delacroix, Gericault, Van Dyck, Ingres, Hubert Robert, Coypel, Van Loo, Vouet, Guardi, Corot, David, Renoir, Monet, Sisley, Moreau, Rochegrosse, etc.

P1050834.JPG

"Cheval arabe gris-blanc" - Géricault

Je vous recommande donc une visite de ce musée, dont l'accrochage est clair et agréable.

P1050803.JPG

Le magnifique "Repas de noces à Yport" - Albert Fourié

Ce tableau ressemble à une scène de cinéma. L'atmosphère champêtre est merveilleuse et en même temps un rien nostalgique.

P1050807.JPG

"Pêcheur en mer" - Georges Haquette

P1050810.JPG

"Enterrement dans un village de la Manche" - A.W.N. Hagborg

Le tableau ci-dessus, peint par un artiste suédois venu compléter sa formation à Paris, est bouleversant. On sent le froid, l'humidité, la mer invisible mais si proche, la sidération face au drame de la mort, on entend les chuchotements, on s'attend à voir la veuve sortir de la maison, accablée par la disparition du proche.

P1050838.JPG

"La barque pendant l'inondation à Port-Marly" - A.Sisley

P1050805.JPG

"Un vendredi au Salon des Artistes Français" - J.A.Grün

Cette toile monumentale (6 m de long) illustre bien la cohue qui régnait au Salon autrefois. Barye se plaignait de cette affluence, de la vulgarité du public et de retrouver des manteaux accrochés à ses sculptures. Ici, c'est le "beau monde" qui vient au Salon : artistes, personnes en vue dans le monde politique, médiatique, économique, et dont les noms n'évoque plus rien aujourd'hui. On peut noter que l'affluence est toujours de mise au Salon, qui se tiendra cette année mi-février au Grand Palais : il y a deux ans, une bagarre a éclaté devant le guichet, provoquée par des visiteurs furieux de ne pouvoir entrer faute de place...

P1050811.JPG

"Intérieur de la cathédrale de Reims" - P.-C. Helleu

Trois particularités à signaler : une partie du musée réservée à Jeanne d'Arc (on est à Rouen !), une étonnante anamorphose et enfin une salle présentant de nombreux trompe-l'oeil.

P1050840.JPG

"Le sommeil de Jeanne d'Arc" - C.W. Joy

P1050842.JPG

"Jeanne d'Arc sur le bûcher" - A.-E.Fragonard (fils de Jean-Honoré Fragonard)

P1050813.JPG

"Anamorphose d'après "L'érection de la Croix" de Rubens - D.Piola

Une anamorphose est une image déformée qui ne peut se lire correctement que dans une certaine position ou à l'aide d'un accessoire. Cet accessoire est ici un cylindre poli faisant miroir et que l'on place au centre de la toile : l'image sur ce cylindre est alors compréhensible (cf. ci-dessous). Cette anamorphose a été réalisée par Domenico Piola au cours du XVIIème siècle.

P1050814.JPG

Le Musée de Rouen a acquis le trompe-l’œil ci-dessous, de François Jouvenet (1664-1749). La fausse vitre brisée est remarquable.

P1050821.JPG

"Trompe-l’œil à la vitre brisée d'après "St-Antoine-de-Padoue adorant l'Enfant Jésus" de Van Dick - F.Jouvenet

P1050823.JPG

Un autre trompe-l’œil amusant : il s'agit d'une toile sans cadre donc totalement plate. Ni le crucifix, ni le buis, ni le cadre ne sont réels. 

Musée des Beaux-Arts de Rouen

Esplanade Marcel Duchamp

Ouvert de 10h à 18h tous les jours sauf le mardi

Collections permanentes gratuites

http://mbarouen.fr/fr

15:47 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)