Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 octobre 2008

TORTUE GEANTE DES SEYCHELLES

Dans quelques jours, sera présentée une nouvelle pièce : la tortue géante des Seychelles. C'est une visite à la Ménagerie du Jardin des Plantes à Paris qui m'en a donné l'idée. On y voit en effet plusieurs exemplaires de très grande taille. Lorsque l'herbe de leur enclos est haute, on dirait des rochers posés çà et là.

Il n'existe plus que deux espèces de tortues géantes : celle des Galapagos et, la plus grande, celle des Seychelles, ou plus précisément de l'atoll d'Aldabra, où 150 000 vivent en surpopulation, causant d'importants dégats à la végétation. Les plus grandes - les mâles - peuvent mesurer 1,20 mètre et peser 300 kg. Leur espérance de vie est généralement de 50 ans mais pourrait aller au-delà de 150 ans. Elles ont beaucoup souffert des marins qui autrefois les embarquaient comme réserve vivante de viande pour les longues traversées.

Les tortues sont des reptiles, les seuls à carapace, et se répartissent entre les tortues terrestres, les tortues marines et les tortues d'eau douce. Aucune n'a de dents, car elles ont été remplacées au fil du temps par un bec corné.

Quand on regarde attentivement une tortue géante, on est frappé par ses caractéristiques : bien sûr la carapace semblant formée de plusieurs plaques partagées par un sillon très net, mais aussi la longueur du cou maigre et frippé, la tête de dinosaure, mais surtout la taille très importante des pattes, terminées par des griffes puissantes. Très larges, les antérieurs forment un drôle de coude à l'envers et donnent à la tortue l'air de marcher "les pieds en dedans".

La tortue m'amuse par son côté perpétuellement harassé sous le poids de sa carapace. Elle marche lentement, fait difficilement un pas, puis deux et s'effondre sur le sol, épuisée et comme mourante, pour ne plus bouger pendant deux heures. Mais elle se réveille lorsqu'on la nourrit et, étirant son cou de serpent, inclinant la tête sur le côté, elle ouvre une bouche de vieillard édenté et mâche lentement quelques fruits.

Il y a de profondes différences entre les individus d'une même espèce, en particulier sur la carapace : certaines sont presque plates et unies, d'autres sont formées d'une succession de petits dômes.

Je me suis longtemps posé la question du socle : est-il utile ou non ? J'en ai fait fondre un, mais je ne sais pas si j'y souderai la tortue, qui se suffira peut-être à elle-même, comme Platon le gorille, qui finalement n'est pas assis sur la plaque prévue à cet effet.

21:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

08 octobre 2008

ART ANIMALIER CONTEMPORAIN

Les Editions Abbate-Piolé, qui avaient publié avec Gus'Art le très beau "Art et Chasse" (cf. ma note du 12 septembre et l'album-photo "Les livres"), sortiront début novembre un livre "Art animalier - Artistes contemporains". Les auteurs m'ont demandé de présenter mon travail, ce qui est fait sur 6 pages, avec une dizaine de photos. La préface est écrite par Allain Bougrain-Dubourg.

Je n'ai pas encore vu ce livre, hormis mes pages. Dès sa sortie, entre le 5 et le 15 novembre, je mettrai quelques photos sur ce site.

Voici en pièce jointe (Word) le communiqué de presse complet.

Communiqué de presse Abbate-Piolé.doc

11:45 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

CUIVRE ET GRENOUILLES

Un article intéressant dans Le Monde daté du 5-6 octobre, intitulé "Le cuivre et les grenouilles". Il fait écho à ma note du 10 octobre 2006 (cf. Notes - Archives) où je mentionnais que le cours du cuivre à la tonne était en 2001 de 1500 dollars et en 2006 (août) de 8070 dollars.

Le Monde rappelle que "le cuivre est aux métaux non ferreux ce que la grenouille est à la météo : un superbe indicateur de tendance". Le 3 octobre, le cours du cuivre était de 5 850 dollars soit une chute de 35% depuis le printemps 2007. Les deux raisons avancées sont l'arrêt de la spéculation sur ce métal et la chute de la demande de tuyaux en cuivre pour les logements et bureaux.

Cela va peut-être réduire le nombre insensé de vols de stock de cuivre, notamment dans les fonderies mais aussi sur les chantiers et même sur les voies ferrées en cours d'électrification (caténaires).

Est-ce que cela va faire baisser le coût de production des bronzes animaliers ? Je crains fort que ce soit comme pour le pain : les boulangers évoquent l'augmentation du prix du blé pour justifier celle du prix du pain, mais quand le cours du blé diminue, ils expliquent que cela ne peut pas avoir d'incidence sur le prix du pain, la farine ne constituant qu'une infîme partie du coût de revient...

11:24 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

02 octobre 2008

COEURS D'ARTISTES POUR L'OEUVRE DE MALTE

Jeudi 23 octobre aura lieu, dans les Salons de l'Hôtel du Département à Lyon, une vente aux enchères d'oeuvres d'art contemporaines - tableaux et sculptures - au profit de l'oeuvre de Malte.

Cette manifestation est placée sous la présidence de Michel Mercier, Sénateur et Président du Conseil général du Rhône et la vente sera assurée par Me Bérard, commissaire-priseur à Lyon (Etude Chenu, Scrive, Bérard).

Parmi les sculptures, on verra "Le jeune éléphant en alerte" (cf. album-photo). La vente a lieu sans frais d'adjudication.

Le catalogue de la vente est visible sur les sites suivants :

www.artscenik.com et www.chenu-scrive-berard.com (catalogue visible en grand)

Les oeuvres seront exposées avant la vente à l'étude Chenu Scrive Bérard 6 rue Marcel Rivière 69002 Lyon aux dates suivantes :

Dimanche 19 oct. 15h-18h et lundi 20 oct. 16h-20h

21:43 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

24 septembre 2008

PHOTOS DE PROFESSIONNEL

Bon nombre de visiteurs m'ont dit que les photos des modèles sur ce site n'étaient pas de bonne qualité et, en tout cas, ne reflétaient pas la réalité. Les photos de bronze sont parmi les plus difficiles à faire, surtout lorsque la patine est noire car il y a d'importants reflets.

J'ai donc décidé de faire appel à un professionnel, le photographe lyonnais Guillaume Raulet. N'ayant pas sous la main toutes mes pièces, je n'ai pu lui en porter que treize sur les trente. Fin octobre, j'irai chercher de nombreux autres modèles et il pourra compléter la série.

Il a reconnu avoir eu beaucoup de difficultés à régler l'éclairage et passé un long moment à retravailler les photos sur ordinateur. Je suis très satisfait du résultat. Les clichés me serviront à la réalisation d'une plaquette et sans doute aussi à l'affiche de l'exposition de début 2009.

Les nouvelles photos disponibles sont sur les album-photo de l'ours brun, l'ours blanc, les banderilles, le chameau, le postier breton, le casoar, le morse, l'éléphant en alerte, le buffle couché, le gnou et le veau, le bison couché, le percheron et le canard, l'éléphant de cirque.

Voici un échantillon des photos de Guillaume. En plein écran, il est impressionnant (le taureau, pas Guillaume...) !

DSC03795.JPG

DSC03907.JPG