Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2009

LA VALEUR D'UN BRONZE (18) : LION ASSIS (N°4) DE BARYE

Pendant les vacances, j'ai reçu beaucoup de demandes d'expertises. J'ai répondu à toutes mais j'ai sélectionné en cette rentrée une très belle pièce d'Antoine-Louis Barye (1795-1875), envoyée par Madame Chantal A. Pour en savoir plus sur ce très grand sculpteur, tapez "Barye" dans le moteur de recherche de mon site en haut à gauche.

Lion n°4 5.jpg

Il s'agit, selon le Catalogue raisonné de Barye par MM.Richarme et Poletti, du "Lion assis n°4 (esquisse du Lion des Tuileries)". Ce titre singulier s'explique ainsi : selon les auteurs, Barye aurait modelé plusieurs variantes (cinq) de ce lion, dans des tailles permettant de faire le pendant avec les différents modèles du "Lion au serpent" bien connu. Ces fauves assis ont des attitudes légèrement différentes. Le 5ème est une simple ébauche éditée après la mort de Barye par Barbedienne mais elle a une force remarquable, qui la fait tendre vers le style Bugatti. Je me souviens de l'avoir vu chez un antiquaire à Lyon mais j'ai tardé à prendre ma décision et quand j'ai voulu l'acheter, elle avait déjà été vendue à une galerie spécialisée, à quelques mètres de là, qui avait en quasiment doublé le prix.

 

Le lion assis N°2 est un peu figé mais ce n'est rien à côté du N°3, surmonté dune crinière assez ridicule, parfaitement peignée et qui lui donne l'air de sortir tout droit de chez le grand spécialiste parisien des mise en plis. Ce lion-là n'a pas dû voir la brousse depuis longtemps !

Le lion N°4 - celui de notre internaute - est beaucoup plus réaliste. Selon MM.Richarme et Poletti, il est malgré son numéro (n°4) le premier de la série à avoir été modelé. Il est présenté comme le plus rare de tous. Je suis entièrement d'accord car je ne l'ai jamais vu en galerie et malgré mes recherches, je ne l'ai pas non plus vu dans les archives des salles des ventes, sauf peut-être dans la vente du 11 déc 2007 à l'étude Aguttes, mais la photo de mauvaise qualité et les dimensions approximatives ne permettent pas de certifier qu'il s'agit bien de cette pièce.

 

Ce bronze a été fondu par Barye lui-même, par Barbedienne, par Hector Brame et peut-être d'autres fondeurs (Bouchard ?). Notons d'ailleurs que Brame marquait parfois certaines pièces d'un petit "H" très difficile à dénicher et qui signalait que le bronze avait été réalisé par Henri Coupens, chef d'atelier chez Barye avant de passer chez Brame. Peut-être Madame A. le trouvera-t-elle sur sa pièce.

Lion n°4 4.jpg

Madame A. nous donne pour sa pièce les dimensions suivantes :  18 cm de haut et environ 17 cm de long. Ce sont bien, à 3 mm près, les dimensions "officielles". 

Une petite chose m'intrigue, toutefois : le catalogue raisonné précise bien que la signature est "AL Barye" (AL pour Antoine-Louis) alors que sur la photo, je ne vois ici que "Barye". S'agirait-il d'une copie ? Difficile à dire sans voir la pièce, mais sincèrement  je ne le pense pas car elle est fine, possède une jolie patine et l'on retrouve bien tous les détails, certes inévitablement moins prononcés que sur d'autres pièces de Barye puisqu'il s'agit d'une esquisse. Je crois plutôt que la signature "AL Barye" a été apposée sur la première édition, qui date de 1870, et pas sur les suivantes. Cette signature avec initiales du prénom est d'ailleurs rare chez Barye père (le fils Alfred signait soit "Barye" tout court - source de confusion, volontaire ou non, avec son père - soit "A Barye").

Lion n°4 2.jpg

Quelle valeur pour ce bronze ? Ce n'est pas une grande pièce mais elle a pour elle sa rareté. A la vente Aguttes de 2007 mentionnée plus haut, elle a été adjugée 719 Euros frais compris, ce qui est un prix ridicule (mais qui montre encore une fois qu'il y a parfois des affaires extraordinaires à faire en salles des ventes). Pour ma part, il me semble que cette pièce devrait valoir environ 2 000 Euros.

 

Je réitère ici mes avertissements sur les estimations : compte tenu des frais de vente, adjugé 2000 Euros en salle des ventes, ce lion coûterait en réalité environ 2500 Euros à l'acheteur et rapporterait environ 1500 Euros au vendeur. Un marchand ou une galerie en proposerait sans doute 1000 à 1300 Euros mais cela évite au vendeur les aléas des enchères.

Vous voulez en savoir plus sur votre bronze animalier ? Envoyez-moi (damiencolcombet@free.fr) quelques photos très nettes (vue générale, signature de l'artiste et, le cas échéant, du fondeur, dessous du socle) et ses dimensions précises.   

28 mai 2009

LE VAUTOUR FAUVE

Dans l'album-photo, une nouvelle création : le Vautour fauve (modèle en terre pour l'instant).
P1010833.JPG

Comme on le sait, les vautours sont des charognards, c'est-à-dire qu'ils ne tuent pas leurs proies mais mangent des animaux morts. Toutefois, dans le sud de la France et en Espagne, la fermeture récente de dépôts de carcasses animales à ciel ouvert, qui servaient de cantines aux vautours, provoqueraient des attaques de petit bétail - moutons et veaux - par des vautours affamés.

On a tous en tête les vautours au cou déplumé et à l'air sadique des bandes dessinés et dessins animés. En réalité, il existe un grand nombre de vautours, de taille très diverses. Certains sont marrons, d'autres noirs ; certains ont une petite tête pointue (comme celui en photo ci-dessous, vu au Burkina et qui est probablement un vautour moine), d'autres comme le vautour pape un crâne coloré de rouge, jaune, bleu ; certains ont une queue assez longue tandis que d'autres, comme le vautour fauve, ont une queue courte.

FH000013 bis.JPG

 

Le Vautour fauve fait partie de la catégorie des vautours griffons, qui comprend 7 espèces, se caractérisant par un cou apparemment nu mais en fait recouvert d'un fin duvet. Cette absence de grandes plumes leur permet de plonger le cou dans les carcasses sans se salir outre-mesure. Le vautour que l'on voit habituellement au Kénya et en Tanzanie est le vautour africain à dos blanc. Le vautour fauve, qui lui ressemble beaucoup, vit plutôt dans la moitié sud de l'Europe - dont la France - et sur le pourtour de l'Afrique (Afrique du Nord, Egypte, Afrique du Sud, etc). Son envergure atteint 2m80. Il a des serres peu puissantes puisqu'à la différence des aigles, le vautour ne s'en sert pas pour tuer. La base de son cou est entourée de petites plumes blanches soyeuses. Son bec semble en deux parties, séparées par une ligne verticale, détails que l'on voit bien sur cette photo que j'ai prise dans un zoo.

 

Vautour (DC).JPG

Les vautours, comme tous les rapaces, ont un air fier et ils ne sont pas si lâches que cela. Bien sûr, ils s'écartent quand un grand fauve dévore une proie, mais ils savent se faire pressants si l'attente se prolonge, et se font respecter notamment des chacals. En vol, ils sont magnifiques, leurs larges ailes étant parfaitement adapté au vol plané. Leur vue perçante leur permet de repérer très rapidement une proie et il ne faut pas attendre longtemps pour qu'ils s'abattent en grand désordre à quelques mètres d'un fauve qui vient de tuer une antilope ou un zèbre.

Pour être mis régulièrement au courant des nouveautés (sans publicité), inscrivez votre adresse mail en haut à droite dans la case "Newsletter".

11 avril 2009

ARISTOTE ET LE CAMELEON

Après Platon le gorille, Socrate le chimpanzé et sa tortue, j'héberge désormais dans ma collection Aristote, son fils et leur caméléon. J'en ai ainsi terminé avec les "grands singes", considérant que le Bonobo n'est qu'une sous-espèce de chimpanzé et que drills et mandrills ne font pas partie de cette famille.

Toutefois, je n'arrêterai pas là les singes car M.Thivillon, fondateur du zoo de St-Martin-La-Plaine m'a donné l'idée de modeler un mandrill, ce que je ferai certainement et je pense que, comme pour le casoar, j'utiliserai exceptionnellement des patines de couleur pour rendre les fantastiques coloris de la face (et du postérieur) des grands mâles.

Revenons à nos philosophes : Aristote, que l'on voit en terre sur l'album-photo qui lui est dédié, est un orang-outan de Bornéo et a déjà atteint un certain âge puisqu'il possède ces étranges excroissances de chaque côté de la tête et sur la poitrine. Contrairement aux gorilles, ces singes sont de très bons grimpeurs et sont parfaitement adaptés à la vie dans les arbres, ce qui se traduit notamment par de très longs bras, qui semblent disproportionnés par rapport à des jambes assez réduites, et une force colossale qui leur permet de monter sans problème à la force d'un seul bras.

L'Orang-outan se caractérise par ses longs poils, qui lui donnent une allure très négligée. Je me souviens, au zoo de Vienne en Autriche comme à celui de Romanèche-Thorins (Touroparc) d'avoir eu le sentiment en voyant ces singes qu'ils s'étaient vaguement habillés avec des guenilles sales et déchirées.

Aristote a trouvé un caméléon et l'observe. Il s'agit forcément d'une scène de zoo car ces animaux ne vivent pas dans les mêmes régions. Je soupçonne fort le petit orang-outan d'avoir volé le pauvre caméléon et de l'avoir apporté à son père, qui l'a subtilisé et ne compte pas le rendre, malgré les supplications de son fiston.

Ce singe est de la même taille que Platon : 28 cm de haut.

06 décembre 2008

GIRAFE ET OURS AUX ENCHERES

Le samedi 13 décembre à Viilefranche/Saône, aura lieu une vente aux enchères d'artistes contemporains. La Girafe et l'Ours brun seront proposés aux amateurs.

La vente, dirigée par Me Breuilh, aura lieu à 14h30 à la salle des ventes au 1725 route Riottier à Villefranche, à 14h30.

 

20:45 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sculpture, animalier, lyon, bronze, zoo

26 novembre 2008

UN SITE D'ART ANIMALIER

A l'occasion de la toute récente parution (mi-novembre) du très beau livre "Art animalier - Artistes contemporains", Les Editions Abbate-Piolé ont ouvert un site sur l'art animalier : www.art-animalier.fr

En allant sur "Accueil", vous y trouverez les 20 ou 30 premières pages du livre (en fait toute la première partie). Dans "Artistes", sont présentés de nombreux artistes, avec galerie photos de leurs oeuvres. Bon nombre d'entre eux sont dans le livre.

Tous mes bronzes sont visibles sur ce site (on peut agrandir les photos en cliquant dessus).